Au sujet de l’orientation du prêtre durant la célébration eucharistique


L’orientation du prêtre durant la célébration eucharistique est suffisamment emblématique pour focaliser à elle seule toute la différence de « sensibilité » entre les tenants de l’ancien rit, dit de saint Pie V, aujourd’hui appelé « forme extraordinaire [1] » du rit romain, et ceux du rit dit de Paul VI. Encore que le texte du rit dit de Paul VI ne dise pas de façon explicite que le prêtre doive faire face au peuple ; certaines indications invitent même plutôt à penser le contraire.

Comme par exemple, avant la prière sur les offrandes : « Revenu ensuite au milieu de l’autel, le prêtre, en se tournant vers le peuple et en étendant puis en joignant les mains, invite le peuple à la prière en disant… [2] », ce qui laisse entendre que le reste du temps le prêtre n’est pas tourné vers le peuple, et a donc besoin qu’à ce moment-là, justement, on lui dise qu’il faille se tourner… Constatation qui ne rendra que plus difficile mon intention de justifier comme n’étant pas moins valable – sinon même plus (!) –, la direction du prêtre tourné vers l’assemblée…

L’orientation du prêtre et de l’assemblée vers l’est, lieu du soleil levant et symbole cosmique du retour du Soleil de Justice, le Christ Jésus notre Seigneur, venant juger les vivants et les morts, ainsi que le cardinal Ratzinger l’a si bien exprimé dans son livre L’esprit de la liturgie [3], permet d’intégrer symboliquement l’univers dans l’expression liturgique de l’Église, et manifeste la condition inchoative de l’Église en chemin vers son accomplissement eschatologique. Cela est certes juste, mais je voudrais montrer que cette orientation n’est pas en soi parfaite au point d’être exempte de défauts…

Le premier défaut tient à ce que la symbolique de l’attente du Christ exprimée par l’assemblée et le prêtre à sa tête tendus vers un même point, n’exprime pas en soi de façon absolument propre la foi du Peuple de Dieu, puisque d’autres peuples, comme le peuple juif, sont aussi dans l’attente… Pour prier, les musulmans se tournent eux-aussi vers un point particulier, non plus Jérusalem, mais la Mecque. Que la direction de la prière exprime l’attente n’est pas propre à la foi chrétienne. La foi chrétienne ne peut donc exprimer ce qu’elle a de propre par une tension vers un lieu géographique et symbolique… même s’il reste vrai, bien sûr, que l’attente du retour du Christ conditionne toute sa prière.

Le deuxième défaut tient à ce que dans cette disposition symbolique, la séparation géographique du prêtre par rapport à l’assemblée des fidèles peut laisser penser que la différence des sacerdoces ministériel et baptismal n’est finalement qu’une différence de degrés… Or la différence des sacerdoces n’est pas une question de degrés, symbolisés ici par ceux de l’autel, mais de nature [5]… Certes, l’on pourra dire que la présence du prêtre seul dans le sanctuaire indique cette différence de nature. Mais outre qu’il n’y a pas que le prêtre à pouvoir être admis dans le sanctuaire – les servants d’autel le sont aussi –, nous parlons ici de l’orientation du prêtre, et non pas du lieu où il se tient, d’autant que la remarque peut aussi alors être portée au crédit du prêtre tourné vers l’assemblée, qui se tient lui-aussi dans le sanctuaire…

Ce qui caractérise la foi chrétienne, c’est la Bonne Nouvelle de la venue de Dieu parmi nous, en sorte que la liturgie de l’Eglise nous permet précisément de Le rencontrer… parmi nous ! [6] Et ce dans le moment focal de toute Son existence, celui de Son sacrifice, par lequel Il Se donne Lui-même… La Messe nous ouvre les Portes du Royaume des Cieux ! Dieu est là ! Et Il nous rend contemporains de Son sacrifice, de Sa mort et de Sa résurrection, pour que par Lui, avec Lui et en Lui, nous entrions en possession de la vie éternelle [7], rendus participants de la nature divine [8] ! C’est dire que l’orientation du prêtre et de l’assemblée à sa suite vers un lieu en dehors de celui où ils se tiennent ne rend pas symboliquement compte de l’essentiel de ce qui constitue l’acte eucharistique : « Le Royaume des Cieux est au milieu de vous [9] ! », « La réalité, c’est le Corps du Christ [10] ! »… La réalité est là… devant nos yeux… c’est le Corps du Christ ! Par l’Eucharistie, le Christ nous fait la Don de Sa présence réelle… Dieu est là ! Il ne s’agit pas de Le rater dans l’attente d’un ailleurs !

Bien sûr, Il est là et Il est encore à venir. Mais Il ne sera jamais pour personne à venir s’Il n’a pas d’abord pour lui déjà été là… C’est à partir de ce qui nous vivons ici et maintenant, par Lui, avec Lui et en Lui, que nous pouvons espérer, sans trembler [11], attendre Son retour, le regard porté vers le point où le soleil se lève [12]… Mais on voit bien qu’il n’est plus ici question de lieu… Elle est venue « L’heure où ce n’est ni sur cette montagne ni à Jérusalem » que nous adorons notre Dieu [13]

Outre la caractéristique de la Foi chrétienne s’exprimant dans l’annonce de la Présence du Royaume des Cieux dans l’Église et par l’Église, lorsque le prêtre fait face au peuple, il exprime encore de façon incomparable la nature propre du ministère sacerdotal. En effet, par le sacrement de l’ordre, un baptisé devient capable d’offrir non plus seulement son propre sacrifice, comme n’importe quel baptisé se doit de le faire en tant que membre du Corps du Christ, « par Lui, avec Lui et en Lui », à « Dieu, le Père Tout-Puissant [14], dans l’unité du Saint-Esprit », pour Lui donner « tout honneur et toute gloire », mais le prêtre devient capable d’offrir celui du Christ Lui-même, ou plutôt, c’est le Christ qui devient capable d’offrir par lui Son propre Sacrifice… Qui en effet pourrait jamais offrir au Père le sacrifice, la vie et la mort d’un autre, et a fortiori du Fils de Dieu, sans encourir la Colère de Dieu ? Là est le fondement de la distinction de nature des sacerdoces : personne ne peut jamais offrir que son propre sacrifice, tandis que par le sacerdoce ministériel, le prêtre offre le Sacrifice du Christ !!! Crainte et tremblements !!… Et de cela, qui en serait capable sans y être appelé par le Christ Lui-même [15] ? Il est grand le mystère du sacerdoce : « C’est l’amour du Cœur de Jésus Lui-même », disait le saint Curé d’Ars. Le prêtre en tant qu’il agit in persona Christi est configuré au Christ Époux, livrant Sa vie par amour de Son peuple, rassemblé pour La recevoir… Comme un époux aime son épouse jusqu’à lui donner son corps pour ne faire avec elle plus qu’une seule chair, ainsi, à la Messe, le Christ vient donner Son corps à Son épouse pour ne faire avec elle plus qu’une seule chair. L’Église devient ainsi, et ainsi seulement, le Corps du Christ [16]… Voilà pourquoi il n’y a pas d’Église sans Eucharistie, ni d’Eucharistie sans prêtreAussi miraculeusement que le Verbe de Dieu S’est fait Jésus dans le sein de la Vierge Marie, par le mystère de notre participation à l’Eucharistie, Il Se fait Nous, si toutefois nous voulons bien devenir Lui… « Accorde-nous, Seigneur notre Dieu, de trouver dans cette communion notre force et notre joie, afin que nous puissions devenir ce que nous avons reçu », demande la prière après la communion du vingt-septième Dimanche du Temps ordinaire… Bref, le prêtre ne peut jamais si bien signifier le Don que le Christ fait de Lui-même à Son épouse, vivre donc sa vocation de Le rendre présent dans le mystère de Son Sacrifice, qu’en faisant lui-même face à l’Église comme le Christ fait face à Son épouse dans l’offrande de Lui-même… Les amoureux ne se tournent pas le dos. Lorsqu’on s’aime, on se fait face [17], dans une épreuve de vérité. Les prêtres ne sont-ils pas d’autres Christ ?

Au lieu d’être dirigée vers un point de fuite, l’assemblée fait ainsi face à un visage, celui de son Seigneur assumant celui de son prêtre [18] pour Se rendre présent, ici et maintenant, avec Son corps et Son sang, et lui offrir de s’unir à Son Sacrifice rédempteur par lequel toutes grâces sont obtenues et données. C’est cela qui est le propre de la célébration chrétienne : le Royaume des Cieux est au milieu de nous ! À nous d’y entrer, maintenant, plutôt que d’attendre qu’Il vienne à la fin du monde, où il sera trop tard pour le faire ! Nous ne sommes pas ou plus des juifs, nous sommes devenus chrétiens.

Le prêtre ne peut pas être considéré comme tournant le dos au Christ présent au tabernacle puisqu’il en est l’émanation directe par laquelle Jésus Se présente à Son Épouse pour Se donner à elle. Au total, et pour le moins, l’orientation vers le peuple ne me paraît donc pas d’une valence symbolique et théologique moindre dans le rit latin de forme ordinaire que l’orientation vers l’Orient dans celui de la forme extraordinaire.

En visitant les catacombes romaines, je me souviens fort bien du guide nous ayant montré la base des quatre colonnes servant de support à un autel. Or celui-ci n’était pas collé à la paroi – et quelle n’est pas l’exiguïté de ces lieux ! Ce qui laisse entendre que le prêtre se tenait bien entre la paroi et l’autel, face à l’assemblée…

Abbé Guy Pagès

Cliquez ici si la vidéo ci-dessus ne fonctionne pas

1. Cf. Benoît XVI, Lettre apostolique Summorum pontificum, 7 juillet 2007, art. 1 (La Documentation catholique, n. 2385, 5 août 2007, p. 703).

Ancre2. Présentation générale du Missel romain, n 146.

Ancre3. Traduit de l’allemand par Génia Català, Genève, Ad Solem, 2001.

Ancre4. Cf. 1 Co 15 28.

Ancre5. Cf. Concile œcuménique Vatican II, Constitution dogmatique De Ecclesia, n. 10.

Ancre6. Cf. Mt 10 7 ; Lc 10 9.

Ancre7. Cf. Jn 6 54.

Ancre8. Cf. 2 P 1 4.

Ancre9. Lc 17 21.

Ancre10. Col 2 17.

Ancre11. Cf. Rm 2 5, 5 9 ; 1 Th 1 10.

Ancre12. Cf. Mt 24 27.

Ancre13. Cf. Jn 4 21-24.

14. Désolé de devoir contredire Mgr Rey, mais la prière chrétienne n’est pas “essentiellement tournée vers le Christ“, mais vers le Père. 

Ancre15. Cf. Jn 6 53.

Ancre16. Cf. He 5 4.

Ancre17. Cf. 1 Co 13 12 ; He 9 24 ; Ap 22 4.

Ancre18. Et si le prêtre n’est pas beau ou est antipathique, qu’est-ce d’autre qu’une invitation à l’aimer de l’amour dont l’aime Jésus ? 

 

Commentaires à propos de : Au sujet de l’orientation du prêtre durant la célébration eucharistique..


Wilfrid

Demain,
Mercredi 3 Août 2016 à 9 h , dans une paroisse de province , sera célébré une messe pour le sacerdoce de l’Abbé Pagès .

Vous êtes tous conviés par la pensé ou par la prière à participer à cette Eucharistie .

Communion de prière .

Abbé Guy Pagès

@ Wilfrid,

Merci de cette Messe ! Dieu nous donne tout dans la Messe. Puisqu’Il Se donne Lui-même, que pourrait-Il nous refuser ? Encore merci à vous tous mes amis qui avez la bonté d’animer les discussions de ce site.

Claire

Bonjour Père,
Le Motu Proprio de Benoît XVI , en 2007, indique les conditions pour utiliser la forme extra-ordinaire de la
Liturgie.
Le Cardinal Sarah viendrait d’encourager à célébrer avec le rite traditionnel, dite forme extra-ordinaire.

Claire

Père,
La Consécration est trop importante pour que le Prêtre puisse ne pas être complètement absorbé
par l’immense grandeur des Paroles de Consécration.
Face à l’assemblée, il y a certainement moins de recueillement.
Et puis, ce n’est plus seulement le Prêtre, mais c’est l’Assemblée Dominicale qui officie.
Il faut que chacun retrouve sa place.

C’est trop éprouvant de se demander si le Prêtre dit bien les Paroles.

Parfois, même dans ce rite abrégé, il y a des prières non dites.

J’ai relu le Missel de mon enfance, le rite de Saint Pie V, comporte beaucoup plus de prières qui
demandent le pardon de nos fautes, et aussi des prières pour la Gloire de Dieu.

Le motu proprio du 07 juillet 2007, permet à tout Prêtre de célébrer avec le rite de Saint Pie V,
lorsqu’il célèbre seul.
Je vous en prie Père, pour la Messe que je vous ai demandé, reprenez ce rite.Merci.

Et pour d’autres Paroisses, un petit groupe peut en faire la demande au Prêtre.
http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/motu_proprio/documents/hf_ben-xvi_motu-proprio_20070707_summorum-pontificum.html

La Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, a préparé un DVD pour les Prêtres.
http://laportelatine.org/mediatheque/videotheque/dvdmesse/dvdmesse.php
Il y en aura un bientôt pour les fidèles.

“Le Fils de l’Homme, quand il viendra trouvera-t-il la foi sur la terre ?”
De tout notre cœur, répondons OUI, Seigneur.

Maranatha.

Abbé Guy Pagès

Claire,

“La Consécration est trop importante pour que le Prêtre puisse ne pas être complètement absorbé
par l’immense grandeur des Paroles de Consécration.”

Vous avez bien raison.

“Face à l’assemblée, il y a certainement moins de recueillement.”

Nullement : je ferme les yeux et sais mon texte par coeur.

“Et puis, ce n’est plus seulement le Prêtre, mais c’est l’Assemblée Dominicale qui officie.
Il faut que chacun retrouve sa place.”

Et donc ?

“C’est trop éprouvant de se demander si le Prêtre dit bien les Paroles.”

Le fait que vous ne les entendiez pas, change-t-il quelque chose ?

“Parfois, même dans ce rite abrégé, il y a des prières non dites.”

Je ne sais ce qu’est le rite abrégé, et s’il y a des prières qui devraient être dites et qui ne le sont pas, cela ne relève pas du rite mais de la faute de l’officiant.

“Je vous en prie Père, pour la Messe que je vous ai demandé, reprenez ce rite.Merci.”

Le rite ne change rien à la valeur de la Messe, qui n’est autre que celle du Sacrifice de Jésus-Christ.

Que votre participation au divin Sacrifice vous donne toujours plus la vie !

Je vous bénis au Nom de la divine Victime, morte et ressuscités pour notre salut.

Maranatha.

Guillaume

Monsieur l’Abbé,
Le débat sur l’orientation du prêtre est, vous le savez bien, périphérique au sujet central qui remue l’Eglise, à savoir, la présence du divin dans la Sainte Messe, ou son absence… A mon sens, ce sujet ne remue pas que la Terre, il doit aussi sérieusement secouer le Ciel…
Vous ne pouvez passer sous silence la collégialité absurde (le prêtre est sensé représenter le Christ, comment se peut-il qu’ils soient plusieurs ?) la disposition honteuse du Saint Sacrement dans des niches toujours plus discrètes, toujours plus cachées, les rites toujours plus édulcorés, toujours plus courts, toujours moins divins sans parler des homélies plus puériles années après années. Je passe sous silence les messages criminels favorisant le péché de Présomption (on ira tous au Paradis). On oubliera aussi les largesses faites aux pécheurs, les communions systématiques, les jeunes mariés vivant en concubinage que l’on ne confesse même plus avant l’échange des consentements (cela fait des mariages canoniquement caducs d’ailleurs ! Une aubaine pour des dissolutions express ! Peut-être est-ce voulu ?), sans compter les hérésies et les apostats quotidiens de nos prêtres si “modernes” (lorsqu’on entend l’un d’eux clamer fièrement pendant un mariage que l’église est “la maison du peuple” pour bien préciser son propos stipulant que toutes les formes de croyance y sont acceptées, on en a le vertige… Du peuple, oui, mais du peuple de Dieu, de ses baptisés, de l’Eglise universelle, c’est à dire, catholique comme le rappelle notre bon vieux Credo).

Bref, monsieur l’abbé, nous nous creuserons la tête pour savoir si, effectivement le Bon Dieu préfère que nous l’honorions en cercle ou en ligne lorsque nous serons tous bien certains d’y honorer… la présence du Dieu Trinitaire.

Guillaume

PS : Précision quant à la vidéo tendant à prouver que notre cher Padre Pio ait préféré une orientation plutôt qu’une autre est maladroite ou malveillante : nous voyons le pauvre homme incapable de se tenir debout seul ou de faire même son signe de croix alors qu’on lui fait dire la messe sur un autel rajouté (le Maître autel est tjs présent alors qu’il a été détruit dans l’immense majorité des églises, fait bien étrange d’ailleurs alors qu’il ne gênait en rien). La date de ce document en dit long sur son sens profond : 1968, comme par hasard. Nous saurons là-haut si le Padre Pio était pleinement conscient de son acte ou si le pauvre homme a été manipulé à des fins de promotions d’une messe plus moderne…

marion

Guillaume
Malheureusement ,le père Pagès ne veut sans doute plus vous parler à vous non plus .
Tout ce qui est dérangeant sur ce blog ,n’est jamais commenté ,mais tourné en dérision .
Pas de discutions ,que des anathèmes !

Claire

Père,

“Constatation qui ne rendra que plus difficile mon intention – ne rejetant ou ne méprisant en rien pour autant la convenance de la direction commune du prêtre et de l’assemblée vers l’orient –, de justifier comme n’étant pas moins valable – sinon même plus (!) –, la direction du prêtre tourné vers l’assemblée…”

“sinon même plus (!)”

Que faut-il comprendre ?

Claire

Père,

Je ne suis plus certaine de comprendre ce qui est écrit ici.
Cet article était déjà sur votre premier site ?
Le tableau est de qui ?
Est-il la représentation de :

“26 Jésus lui répond : « C’est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote.”
Saint Jean 13

Claire

En regardant mieux le haut du tableau, on peut lire :
” Ceci est mon Corps ”

donc, j’ai fait une erreur grave, une faute, un péché,
j’en demande pardon à Dieu et à vous mon Père.

Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas visible.