Nous lisons en Coran 24.35 : « Allah est la lumière des cieux et de la terre ! Sa lumière est comparable à une niche où se trouve une lampe. La lampe est dans un verre ; le verre est semblable à une étoile brillante. Cette lampe est allumée à un arbre béni : l’olivier qui ne provient ni de l’Orient ni de l’Occident et dont l’huile est près d’éclairer sans que le feu la touche. »

Pour les musulmans, Allah est inconnaissable (Coran 2.255 ; 112.2 ; 20.110), et pourtant, le Coran nous décrit Allah… comme une lampe allumée dans un verre dont l’huile provient d’un arbre béni. Allah ne produit donc pas la lumière de lui-même, mais il a besoin pour cela de l’huile d’un arbre… Allah n’est donc pas tout-puissant ni autonome, et il n’est pas non plus par lui-même la lumière…

L’auteur de ce verset a transgressé dans ce verset deux principes absolus de l’islam :

1. Le premier principe musulman transgressé ici est celui de ne pas faire d’image, et a fortiori d’image de Dieu… Or, ici, le Coran représente Allah comme une lampe de verre brûlant de l’huile d’olive. Comment les musulmans pourront-ils maintenant continuer à reprocher aux chrétiens d’utiliser des images pour leur vie de foi, puisqu’Allah lui-même en utilise ?

2. Le deuxième principe transgressé est celui de l’affirmation de l’unicité divine… En effet, sans l’olivier et son huile la lampe ne donne pas de lumière… Soit donc il faut dire qu’Allah n’est pas auto-suffisant, et donc n’est pas un, soit il faut dire que l’olivier est aussi Dieu. Il n’y a pas d’autre solution si on veut respecter le texte. Mais dire que l’olivier est aussiOlivier-de-Cessenon-sur-Orb-01-©-ҮĦnicК Dieu pour affirmer que Dieu est un et auto-suffisant et donc capable de produire de la lumière par lui-même et non par un autre, c’est faire un pas vers la reconnaissance que l’affirmation de l’unicité divine ne s’oppose pas à celle de la trinité des personnes divines… D’ailleurs, ce verset rend gloire au Dieu Trinité en affirmant à la fois que Dieu est lumière et que Dieu produit de la lumière, ce qui pointe évidemment la distinction des personnes divines dans l’unité de leur commune nature. Et ce n’est pas fini : aussi vrai que Jésus est La lumière du monde (Jn 1.9+ ; 8.12), l’huile est un symbole de l’Esprit-Saint (Lc 4.18 ; Jn 10.36 ; Ac 4.27 ; 10.38 ; He 1.9)… C’est d’ailleurs pour cela que les chrétiens appellent Jésus, « Christ », Celui qui est oint et donne l’Esprit-Saint (Jn 1.33).

Bref, si Satan est capable de se déguiser en ange de lumière (2 Co 11.14), Dieu est assez puissant pour faire éclater dans le Coran lui-même aussi bien la fausseté de l’islam que la vérité de la foi chrétienne !

Si les gens savaient qu’ils vont en Enfer, ils changeraient de vie…