Sans l’islam…


Sans l’islam, personne ne contesterait les sapins de Noël dans la rue, ni les crèches dans les mairies.
 
Sans l’islam, nous ne subirions pas la présence de 2500 mosquées, à raison d’une nouvelle par semaine, payées tantôt par les émirats du Golfe, tantôt par les pays d’Afrique du Nord, et la plupart du temps avec nos impôts.
 
Sans l’islam, autour de ces mosquées, nous n’assisterions pas à la mise en place d’un État dans l’État, où le petit État islamique ronge de plus en plus le grand État républicain et lui impose ses codes.
 
Sans l’islam, nous n’assisterions pas à une recrudescence d’agressions homophobes, antisémites et sexuelles, encouragées par les textes sacrés du Coran et la vie de Mahomet.
 
Sans l’islam, nous n’assisterions pas, dans certaines périphéries urbaines, à la mise en place d’une politique de Grand remplacement, de changement de peuple et de civilisation.
 
Sans l’islam, Saint-Denis serait toujours la ville des rois de France.
 
Sans l’islam, nos policiers ne subiraient pas une guerre quotidienne, visant à saper l’édifice de l’État français.
 
Sans l’islam, nous n’aurions pas de halal dans l’armée française, ni des militaires musulmans qui refusent de se battre contre leurs frères.
 
Sans l’islam, nous n’aurions pas, sur le territoire français, la mise à mort barbare d’animaux égorgés sans étourdissement (halal), qu’on laisse agoniser pendant un quart d’heure.
 
Sans l’islam, nous n’aurions pas l’impression, dans certains quartiers, d’avoir changé de continent.
 
Sans l’islam, le Qatar ne serait pas en train d’acheter des pans entiers de la France.
 
Sans l’islam, nous ne subirions pas sur les plateaux de télévision, les enfumeurs comme Tariq Ramadan, Malek Chebel, Dalil Boubakeur, Dounia Bouzar et bien d’autres,  qui roulent dans la farine les ignorants en leur faisant le coup de la RATP.
 
Sans l’islam, un Français d’origine pourrait aimer une née-musulmane sans être obligé par sa belle-famille de se convertir.
 
Sans l’islam, nos médecins et l’ensemble du personnel médical ne risqueraient pas de se faire agresser par des maris violents qui refusent qu’un homme ausculte leur épouse.
 
Sans l’islam, nous n’aurions jamais subi, dans un pays laïc, des prières musulmanes sur nos trottoirs ou dans les rues, afin de marquer la volonté d’occupation de l’espace public.
 
Sans l’islam, les enfants juifs pourraient encore aller dans les écoles publiques en Seine Saint-Denis.
 
Sans l’islam, on pourrait enseigner la Shoah et parler de Charles Martel dans nos écoles.
 
Sans l’islam, nous n’aurions pas d’appel au muezzin par haut parleur, comme à Nanterre.
 
Sans l’islam, nous n’aurions pas de revendications alimentaires dans nos cantines scolaires, dans les entreprises.
 
Sans l’islam, nous n’aurions pas d’accompagnatrices marquant leur religion par un voile lors des sorties scolaires.
 
Sans l’islam, nos enfants ne seraient pas en danger, lorsqu’ils mangent halal sans que leurs parents le sachent, à cause du bacille e-coli, comme nous en alerte le docteur Alain de Peretti.
 
Sans l’islam, il y aurait davantage de places dans nos prisons.
 
Sans l’islam, les Français ne connaîtraient pas la souffrance de voir leur pays défiguré.
 
Sans l’islam, ils pourraient savourer les douceurs, les insouciances délicieuses et les frivolités légères qu’offre souvent la vie. 
 
Sans l’islam, les chers souvenirs resteraient doucement mélancoliques et ne seraient pas devenus des regrets brûlants de nostalgie et de rancœur.
 
Sans l’islam, le passé ne serait pas si présent, sans l’islam, l’avenir ne serait pas si terrifiant…
 
Sans l’islam, nous ne subirions pas dans la rue, les tenues guerrières des salutistes en djellaba ou en kamis.
 
Sans l’islam, il y aurait beaucoup moins de bénéficiaires de la CMU et de l’AME, considérée comme une nouvelle version des razzias du 21 ème siècle dans l’esprit de certains musulmans.
 
Sans l’islam, on pourrait consacrer davantage d’argent à nos malades et à nos retraités, sans oublier toutes les aides utiles qui font avancer une société.
 
Sans l’islam, nous ne subirions pas, un mois par an, le cirque du ramadan, avec le bruit, les violences et les entreprises désorganisées.
 
Sans l’islam, pendant le ramadan, il y aurait moins d’absentéisme à l’école et en entreprise.
 
Sans l’islam, nous n’aurions pas des abattoirs mobiles où les jeunes garçons prennent l’habitude de voir égorger des animaux de manière barbare.
 
Sans l’islam, nous n’aurions pas des clips agressifs, sexistes et racistes, de rappeurs haineux.
 
Sans l’islam, les sites internet ne seraient pas pollués par des messages haineux et menaçants, qui nous menacent de mort, disent qu’ils vont faire la loi dans notre pays, et que nous sommes foutus.
 
Sans l’islam, nous ne partagerions pas les angoisses de Michel Onfray, jugeant que dans moins de cinquante ans, notre pays sera intégralement sous domination musulmane.
 
Sans l’islam, il n’y aurait plus de péril fasciste en France, et nous pourrions jouir de tous les charmes d’un pays formidable.
 
Sans l’islam, nos enfants ne seraient pas confrontés à un choix terrible devenir résistants ou dhimmis, avec forcément beaucoup de dégâts dans les deux cas.
 
La France ne redeviendra un pays formidable, que quand elle se sera débarrassée définitivement de l’islam.
islamislamisme

Commentaires à propos de : Sans l’islam…..


anthony fabre

De toutes façons , le pire ennemi de l’islam est l’islam lui-meme.
Il est destructeur et auto-destructeur.
Dans l’islam on trouve de tout ce qui peut satisfaire la soif de sang de certains dégénérés, et tout ce qui peut satisfaire les instincts les plus bas de l’homme.
On ne peut meme plus appeler ça une idéologie politico-religieuse, l’islam c’est une sorte de machin qui vous explique , en gros que si vous tuez les mécrants au nom d’allah, vous aurez 72 vièrges au paradis.
Le paradis des 72 vièrges est d’ailleurs tiré d’une légende paienne perse.
L’islam fait souffrir l’humanité entière.

GUY

anthony fabre
On a coutume de dire que les révolutions mangent leurs enfants ,que le royaume de satan est divisé contre lui même,n’ayons pas part à leurs orgies ,laissons les s’entre tuer ,nous arriverons peut être à convertir le peu qu’il en restera .

Damien 1er

« Sans l’islam, nous n’aurions pas de halal dans l’armée française, ni des militaires musulmans qui refusent de se battre contre leurs frères. »

Il est piquant de constater que les militaires musulmans de l’Armée Française refusent de tirer sur leurs coreligionnaires ennemis de la France quand on sait que les Musulmans n’hésitent pas à s’entretuer quand des pays musulmans se font la guerre ! Je pense à la petite mais véritable guerre entre l’Algérie et le Maroc dans les années soixante, la guerre actuelle entre ce dernier et le Polisario appuyé par l’Algérie dans le Sahara occidental ( ex Rio de Oro espagnol ), la guerre entre l’Irak et l’Iran, l’invasion du Koweit par l’Irak de Saddam, la guerre de Nasser contre le Yemen, l’actuelle guerre entre la Saoudie et le Yemen, la guerre sans pitié livrée en Syrie et en Irak contre Al-Qaida et Daesh, et j’en oublie beaucoup sans même trop remonter dans le temps…

C’est dire combien les Musulmans sont inassimilables en Europe ou en pays non-musulman, comme il en va de l’huile et de l’eau !!!

NOUMEA

Cher Alain, comme je vous comprends !
Le seul conseil (si je puis me permettre) que je vous donne, puisque la majorité de nos compatriotes est devenue zombie et ne semble pas s’inquiéter de cet envahissement : PRIER, PRIER, et encore PRIER la Vierge et Son Divin Fils pour venir nous sauver. Prier aussi pour que les zombies ouvrent les yeux et se rebellent, protestent.
Ne nous inquiétons pas de savoir comment Dieu répondra à nos appels insistants, mais Il répondra, c’est certain.
Plus nous serons nombreux à prier, plus ce sera efficace. Car Dieu ne répondra que SI la majorité des baptisés revient à la prière et à la messe.
La faute des Occidentaux ? Avoir abandonné la prière et quitté le chemin de la messe.
Si les baptisés n’avaient pas abandonné leur Dieu, nous ne serions pas envahis, car les Armées angéliques auraient empêché l’envahissement de l’Occident.
« Demandez et vous aurez ». Mais il faut insister.
Courage ! Soyons des résistants par la prière, notre seul arme.
Bien à vous.

Alain

Oui l’Occident moderne va mourir je suis en train de mourir moi même. Le mal À triompher. Je vais attendre la fin. Je vais encore payé pour les pots cassés de nos dirigeants joyeux Noël à tous et bonne année. Moi j’ai plus rien pour vivre. Et je suis originaire du Québec amen Mon père et le père de mon père on fondé ce pays. C’est rien au yeux de Justin Trudeau premier ministre du Canada. C’est fini pour l’Occident moderne et pour moi. J’ai toujours payer mes impôts jamais de retour amen je vais devenir un réfugiés dans mon propre pays . C’est épouvantable pour moi. Mais en 400 ans d’histoire vous changerez jamais mon origine je suis un petit canadien français et ils y a encore des millions de mes compatriotes comme moi tu es un vendue. Justin Trudeau premier ministre du Canada tu te suicide en reniant ton propre peuple. Pour De l’argent Sale tu peux bien m’avoir coupé tout les vivre dans un système d’argent Sale et malpropre. C’est peut-être pas ta faute tu as le cerveau brûlé par le pot j’encourage aux prochaines élections mes compatriotes à voté cette fois ci Les immigrants criminels on voter pour notre destruction totale pourquoi pour la cause de l’immigration je dois disparaître c’est pas humain . J’ai plus le droit de vivre moi j’ai plus rien . C’est du racisme à l’envers

Laisser un commentaire


Votre courriel ne sera pas visible.