La Vierge Marie, notamment en chacune de ses apparitions tous les 13 du mois, de mai à octobre 1917, à Fatima, ne cesse de demander la récitation du chapelet pour éloigner les fléaux comme la guerre et obtenir la paix du monde. Les quelques faits suivants, parmi tant d’autres, illustrent la puissance du chapelet :

Au XIIIème siècle, St Dominique attribua au Rosaire dont il propagea la dévotion, la victoire sur la terrible hérésie albigeoise.

En 1571, les musulmans étaient à nouveau sur le point d’envahir l’Europe, et St Pie V demanda alors, parmi d’autres moyens mis en œuvre, la récitation par toute la chrétienté du chapelet. La victoire, humainement inespérée en raison du rapport de forces défavorable à la chrétienté fut cependant au rendez-vous à Lépante, célébrée aujourd’hui encore le 7 Octobre, fête de Notre Dame du Rosaire. « L’appellation de Notre Dame du Rosaire évoque, sans aucun doute, confessait en 1955 le pape Pie XII, une grande victoire remportée sur les infidèles, mais plus encore, les conquêtes de la Foi sur le mal et l’ignorance religieuse. »

Après la 2ème guerre mondiale les soviétiques occupent l’Autriche, comme d’autres pays d’Europe Centrale, qu’ils quitteront le 13 mai (tiens !) 1955, sans coup férir. Pourquoi ? Parce qu’un million d’Autrichiens, soit un sur dix, s’étaient engager à réciter chaque jour le chapelet pour demander à Dieu la libération de leur pays, intention en laquelle ils persévérèrent pendant 10 ans !

En 1964, au Brésil, toute la vie publique était ouvertement orientée vers le marxisme et les postes clés étaient aux mains de communistes ou de pro-communistes. Le pays était sur le point de passer au communisme, doctrine condamnée par l’Église comme . Mais le peuple catholique du Brésil se souvint des appels à la pénitence et à la prière lancés par Notre Dame de Fatima et, sans qu’aucune goutte de sang ne fût versée, l’impossible se réalisa… Le jour de Pâques tombait le 29 mars. Pendant la Semaine sainte, des événements miraculeux se produisirent au Brésil. La révolution communiste (doctrine « intrinsèquement perverse », condamnée par le pape Pie XI, Divini Redemptoris, 1937), qui fit plus de 100 millions de morts, dont 60 millions de croyants parce que croyants… Malheur que l’on aurait pu éviter si l’on avait obéi aux demandes que la Vierge nous donna à Fatima !), préparée pour ce pays d’Amérique latine, avortait deux jours avant son déclenchement, grâce à la campagne du rosaire en famille du Père Patrice Peyton. « Un pays qui se laisse ébranler jusqu’aux fondations par la Vierge pourra-t-il tomber au pouvoir des sans-Dieu ? Jamais. » De sorte que les appels répétés à la prière et à la pénitence selon l’esprit de Fatima ravivèrent la foi qui transporte des montagnes, et l’impossible eut lieu : le miracle d’une guerre gagnée sans verser de sang, bien que le commandement contre-révolutionnaire ait prévu au moins trois mois de lutte ! Une force, inexplicable humainement, fit s’écrouler comme par enchantement tout le dispositif militaire armé, si diaboliquement édifié par les Rouges pendant des années. L’évidence de la grâce était telle que le bruit courait, après une victoire aussi spectaculaire dans l’histoire de l’humanité, qu’elle n’avait pas d’explication naturelle. Les chefs de la contre-révolution furent presque unanimes à attribuer cette victoire à une grâce spéciale de la Sainte Vierge ; l’épiscopat le confirma le 3 juin suivant.

Ce que l’on vit aussi miraculeusement se réaliser en 1989 lorsque le rideau de fer de la démoniaque URSS s’écroula…

Pourquoi douter que Dieu aujourd’hui encore libérera le monde des présents assauts du Démon et de ses complices par cette même obéissance au message de ND de Fatima ? Jacinthe, l’une des trois enfants de Fatima, disait : «Demandez la paix au Cœur Immaculé de Marie. C’est à Elle que Dieu l’a confiée.»
Dans sa Lettre apostolique ‘Le Rosaire de la Vierge Marie’ Jean-Paul II écrit : «L’Église a toujours reconnu à cette prière une efficacité particulière dans les causes les plus difficiles. En des moments où la chrétienté elle-même était menacée, ce fut à la force de cette prière qu’on attribua l’éloignement du danger, et la Vierge du Rosaire fut saluée comme propitiatoire du salut.

C’est vrai qu’à première vue la récitation du chapelet semble contredire la demande de Jésus de ne pas rabâcher lorsque nous prions (Mt 6.7)… Mais cette demande de Jésus ne vise à rien d’autre qu’à dénoncer l’illusion de pouvoir par son insistance seule fléchir la Volonté de Dieu, tandis que la récitation du chapelet, ou de toute prière jaculatoire, a pour fin de nous établir, et garder, en présence de Dieu ou de Marie. Le chapelet est par essence une prière méditative, dont la fin, comme pour toute méditation, est la contemplation.La répétition des mêmes prières créée un “climat” psychologique et spirituel propre à garder, et ramener, inlassablement,l’âme en présence du mystère auquel la récitation de la dizaine est consacrée, et ainsi d’écouter ce que l’Esprit lui enseigne par le moyen de cette attention, non pas tant donc grâce au sens des mots répétés, qu’à la contemplation du mystère désigné au début de la dizaine.Par ailleurs, et je ne suis pas seul à en faire l’expérience : à la fin de la récitation du chapelet, Marie donne toujours le cadeau de la paix du cœur…

Voyez quelques unes des quinze promesses
faites par la Sainte Vierge :

  1. 1. À tous ceux qui réciteront dévotement mon Rosaire, je promets ma protection toute spéciale et de très grandes grâces ;
    2. Celui qui persévérera dans la récitation de mon Rosaire recevra quelques grâces signalées ;
    3. Le Rosaire sera une armure très puissante contre l’enfer ; il détruira les vices, délivrera du péché, dissipera les hérésies ;
    4. Le Rosaire fera fleurir les vertus et les bonnes œuvres et obtiendra aux âmes les miséricordes divines les plus abondantes ; il substituera dans les cœurs l’Amour de Dieu à l’amour du monde, les élevant au désir des biens célestes et éternels ; que d’âmes se sanctifieront par ce moyen !
    5. Celui qui se confie en moi par le Rosaire, ne périra pas ;
    6. Celui qui récitera pieusement mon Rosaire, en considérant ses mystères, ne sera pas accablé par le malheur. Pécheur, il se convertira ; juste, il croîtra en grâce et deviendra digne de la Vie éternelle ;
    7. Les vrais dévots de mon Rosaire seront aidés à leur mort par les secours du Ciel ;
    8. Ceux qui récitent mon Rosaire trouveront pendant leur vie et à leur mort la lumière de Dieu, la plénitude de ses grâces et ils participeront aux mérites des bienheureux ;
    9. Je délivrerai très promptement du Purgatoire les âmes dévotes à mon Rosaire ;
    10. Les véritables enfants de mon Rosaire jouiront d’une grande gloire dans le Ciel ;
    11. Ce que vous demanderez par mon Rosaire, vous l’obtiendrez ;
    12. Ceux qui propageront mon Rosaire seront secourus par moi dans toutes leurs nécessités ;
    13. J’ai obtenu de mon Fils que tous les confrères du Rosaire aient pour frères, en la vie et à la mort, les saints du Ciel ;
    14. Ceux qui récitent fidèlement mon Rosaire sont tous mes fils bien-aimés, les frères et sœurs de Jésus Christ ;
    15. La dévotion à mon Rosaire est un grand signe de prédestination.

Les bénédictions du Rosaire (d’après le Magistère des Papes) :

Les pécheurs obtiennent le pardon ;
Les âmes altérées sont rassasiées ;
Ceux qui sont liés voient leurs entraves brisées ;
Ceux qui pleurent trouvent la joie ;
Ceux qui sont tentés trouvent la tranquillité ;
Les indigents reçoivent du secours ;
Les religieux sont réformés ;
Les ignorants sont instruits ;
Les vivants triomphent de la décadence ;
Les morts sont soulagés par manière de suffrage.

Les bienfaits du Rosaire (d’après saint Louis-Marie Grignion de Montfort) :

Nous élève insensiblement à la connaissance parfaite de Jésus Christ ;
Purifie nos âmes du péché ;
Nous rend victorieux de tous nos ennemis ;
Nous rend la pratique des vertus facile ;
Nous embrase de l’Amour de Jésus Christ ;
Nous enrichit de grâces et de mérites ;
Nous fournit de quoi payer toutes nos dettes à Dieu et aux hommes ;
Et enfin nous fait obtenir de Dieu toutes sortes de grâces.

Tout cela, vous l’obtiendrez si, dans vos 24 heures quotidiennes, vous réservez un petit moment pour votre chapelet. Pourquoi ne décideriez-vous pas dès maintenant de le faire ?

 LES PAPES RECOMMANDENT LE CHAPELET

   Léon XIII : « Nous mettons dans le Rosaire la plus grande espérance. Plaise à Dieu que, selon Nos vœux, cette sainte pratique de piété soit partout rétablie dans son antique honneur ; qu’elle soit aimée et suivie dans les villes et dans les campagnes, dans les familles et dans les ateliers, chez les grands et chez les humbles, comme un signe marquant de la profession de foi chrétienne et un moyen excellent et assuré d’attirer la clémence divine » (Encyclique Jucunda Semper, du 8 septembre 1894).

Pie XII : « C’est en vain qu’on s’efforce d’enrayer le déclin de la civilisation si on ne ramène pas à la loi de l’Évangile la famille, principe et fondement de la société. Nous tenons à le déclarer : la récitation du rosaire en famille est un des moyens les plus efficaces pour réaliser une entreprise si difficile… Nous n’hésitons donc pas à le répéter : Nous mettons une grande espérance dans le rosaire pour la guérison des maux qui affligent notre époque (Encyclique Ingruentium malorum, du 15 septembre 1951)

   Jean-Paul II : Le rosaire, lentement récité et médité, en famille, en communauté, personnellement, vous fera entrer peu à peu dans les sentiments du Christ et de sa Mère, en évoquant tous les événements qui sont la clef de notre salut. (Homélie de la messe à Kisangani, le 6 mai 1980).

Le chapelet, une arme venue du Ciel…

Vous aussi, vous pouvez à votre tour donner ce chapelet en cadeau à l’un de vos proches, c’est là un geste d’apostolat important que vous pouvez faire.  

Pour commander un chapelet bénit et sa méthode illustrée.