Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) dans son rapport sur l’état de la population mondiale présenté lors de la conférence de Copenhague le 18 novembre 2009, a affirmé que le réchauffement planétaire ne peut être endigué “que par une réduction massive de la population mondiale”

Le salut est donc pour les mondialistes dans la réduction drastique de la population. Les peuples doivent être culpabilisés pour se suicider. Culpabilité et sacrifice vont de pair. Dans toutes les langues indo-européennes « dette » est synonyme de « péché », « culpabilité » (Geoffrey Ingham, The Nature of Money, 2004, p. 90). Le remboursement de la dette religieuse se faisait, hormis le christianisme, par le sacrifice d’un animal ou d’un être humain. Aujourd’hui, pour les écologistes qui quantifient notre dette-culpabilité envers la Terre, la déesse Gaïa : un bébé (selon une étude de l’université de l’Oregon), est responsable de l’émission de 18 à 1 644 tonnes de CO2… La solution, pour rembourser cette dette en CO2 est le renoncement à la procréation, l’avortement, un sacrifice d’enfants qui ne dit pas son nom, et les fausses couches des femmes enceintes vaccinées, et probablement la stérilisation partielle ou totale des vaccinés. Pourquoi vacciner les enfants, qui ne risquent rien du covid-19 ?

Nanoréseau intégré au corps humain. 

cliquer pour agrandir

Le IoNT est l’Internet des Nano objets. Les nanoparticules dont on vous bombarde finissent par parler pour vous. Dans cette illustration, un scientifique de très haut niveau a rédigé un document très professionnel et très détaillé qui positionne l’humain injecté dans le circuit des IoNT. Si cette planche est définitivement validée, nous pouvons conclure qu’un certain nombre d’injectés (pas forcément tous) sont en cours de mutation pour devenir des transhumains. On peut supposer que pour atteindre l’étape finale du modèle, il faut plusieurs doses.

Modifier le génome humain et potentiellement le télécommander par des lots quantiques de graphène …

– Lorsque le nanorouteur reçoit les signaux, il parvient à les encoder dans TS-OOK et à les acheminer sous forme de paquets de données à transmettre. Les signaux TS-OOK ont un modèle binaire facile à interpréter et à transmettre, ce qui augmente la capacité de transmission de données et la bande passante pouvant être prise en charge dans le nanoréseau.

Le nanorouteur n’a pas besoin de processeur pour fonctionner, car l’architecture QCA (point quantique) lui permet de fonctionner à une fréquence d’horloge, tout comme le ferait un processeur d’ordinateur.

– De cette façon, les signaux sont transmis au nanorouteur le plus proche afin d’optimiser le nanoréseau et d’éviter la saturation du signal. Pour cette raison, plusieurs de ces composants sont prévu, assis grâce à l’hydrogel.

Cliquer pour agrandir

Avec ce document, nous entrons donc de plain pied dans le processus d’intégration homme-machine. Nous voyons sur cette planche d’ensemble que le résultat correspond à la convergence NBIC. 

Cliquer pour agrandir

Voir le document complet (en anglais)

N’hésitez pas à consulter le site www.laquintacolumna.com d’où ces données sont tirées et où vous trouverez davantage d’informations et de précisions.

La loi fait obligation de ne pas procéder à un traitement médical sans le consentement éclairé du patient (Article L1111-4 du Code de la Santé publique). Or, quel patient ayant été “vacciné” a-t-il su qu’il allait recevoir  un numéro alphanumérique inamissible ?

———————–

Cliquez pour agrandir

Regardez cette émission d’Elise Blaise qui reçoit quatre invités prestigieux, tous scientifiques : la généticienne Alexandra Henrion-Caude (qui intervient aussi dans la deuxième vidéo ci-dessous), spécialiste de l’ARN, le professeur Christian Perronne, infectiologue et ancien conseiller des gouvernements en matière de santé publique, Laurent Toubiana, épidémiologiste et directeur de l’IRSAN, et Laurent Montesino, médecin réanimateur, ainsi que la participation du généticien moléculaire, Christian Vélot et le témoignage de Marc Doyer, dont l’épouse, Mauricette, aurait contracté la maladie de Creutzfeld-Jakob après la deuxième injection du vaccin Pfizer.

Au fil de ces deux heures d’émission, la stratégie du gouvernement et ses effets sont passés au crible pour expliquer pourquoi un an après le lancement de la campagne de vaccination, les pouvoirs publics et médiatiques continuent de faire peur aux Français.

Manipulation des chiffres, prise en charge des patients malades du Covid, traitements interdits, vaccination massive et effets secondaires, conflits d’intérêts… tous les sujets que les médias refusent d’aborder avec honnêteté et sérieux sont traités ici, par des scientifiques et des praticiens de renom.
Une émission de TVLibertés, que vous ne verrez pas ailleurs !


Si l’on veut vous culpabiliser, jouant du chantage à l’affect, vous diabolisant comme “no-vaxx” …  alors, rappelez-vous que :

Notre choix est un choix raisonnable de prudence, selon le principe de précaution, qui veut que dans le doute, on s’abstienne (Les essais d’expérimentation ne sont pas terminés !). Et cela parce que nous aimons la vie, nos enfants, et qu’un virus ne nous effraie pas autant qu’un remède nouveau.

Si les hôpitaux sont en grande souffrance, c’est à cause des politiques de santé successives qui ont transformé l’hôpital en parapluie sans le tissu, ne laissant apparaître que les baleines dudit parapluie.

Le gouvernement a empêché les médecins de prescrire les traitements qui fonctionnent.

La “Déclaration de Béthléem” expose les raisons pour lesquelles la vaccination contre le covid est illégitime et immorale.

Personne n’a le droit de modifier notre code génétique par l’injection d’un ARNm venant communiquer à notre génome une information qui n’est pas humaine pour lui faire produire une protéine du virus sars cov-2.

Parmi les “non vaccinés”, sont comptés aussi les vaccinés 1 dose (bon, y en a de moins en moins), les vaccinés 2 doses de moins de 15 jours ET les vaccinés 2 doses de plus de 6 mois …

Combien sont dans la situation de cette personne faisant une grave neuropathie périphérique à 3 semaines de son Janssen (j’vous jure, on ne l’y reprendra plus, il a compris la leçon), ou de ce jeune homme de 21 ans présentant des signes d’infarctus du myocarde à 2 mois de sa 2e dose de Pfizer, ou de cette jeune fille avec 6 mois sans menstruations dès son 1er shoot Moderna ? Voir ici le document Pfizer déclassifié qui révèle cent nouveaux types d’effets secondaires

Si l’hôpital est en crise, la faute n’est pas à ceux qui font travailler les neurones essentiels à leur survie, qui écoutent leur bon sens, et surtout, SURTOUT, qui ont cessé de se laisser endoctriner par leur téléviseur, diffusant en continue la peur, le délire, comme le sifflement du chef de gare lance le train et ses wagons à bestiaux vers une destination inconnue. Inconnue, vraiment ?

—————-

Connaissez-vous ces textes législatifs ? Servez-vous en !

Article 111-4 de la loi Kouchner du 4 mars 2002 :

« Toute personne prend avec le professionnel de santé et compte tenu des informations qu’il lui fournit, les décisions concernant sa santé. Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d’interrompre un traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en œuvre pour la convaincre d’accepter les soins indispensables. Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment »

Arrêt Salvetti c/Italie-CEDH décision du 9 juillet 2002 ; n°42197/98 :

Aucun traitement médical n’est obligatoire au sein de l’Union européenne : « en tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales.”

Article 16-1 du Code civil français :

Chacun a le droit au respect de son corps. Le corps est inviolable.”

Résolution 2361 du Conseil de l’Europe du 28 janvier 2021 :

“Avis consultatif : l’Assemblée demande instamment aux États membres et à l’Union européenne :

Article 731 : « de s’assurer que les citoyennes et les citoyens sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement »

Article 732 : « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risque potentiel pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner. »

—————————

Sur les effets secondaires” :

_____________________

“Les vaccins anti-Covid peuvent-ils altérer la fécondité des jeunes ?”

Réponse du Docteur Alexandra Henrion-Claude : Eh bien, c’est une question tout à fait centrale, quand on injecte des jeunes en capacité de procréation, on ne peut pas assurer que les vaccins COVID-19 ne les rendent pas infertiles. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous n’avons pas eu le temps matériel de faire des études, nous n’avons pas eu le recul suffisant pour savoir ce qu’il en est. Personne ne peut dire aujourd’hui qu’il n’y aura aucun effet sur la fertilité. Pourquoi je suis inquiète ? Parce que j’ai regardé si la protéine Spike atteignait les testicules et les ovaires, et que la réponse est oui. Et est-ce qu’elle était capable d’être reçue par les cellules ? Et la réponse est oui. Tous les vaccins nous font produire cette protéine Spike, or, ce que nous voyons n’est pas franchement encourageant : pour les femmes, nous avons assisté à énormément d’effets sur leur cycle menstruel, beaucoup d’hémorragies du vagin (un organe qui ne doit pas saigner), et de l’utérus (celui-là doit saigner cycliquement); des hémorragies en-dehors des cycles, très abondantes, ou a contrario, il y a eu plutôt des blocages, le sang qui ne s’écoule plus, et donc une absence de cycle menstruel. Et c’est d’autant plus incompréhensible que, je vous rappelle, les jeunes et les enfants ne sont pas à risque du Covid…


Voir : Le Plan