Le Coran enseigne que Jésus est la parole de Dieu (Coran 4:171, 19:34), et que tout a été créé par la Parole de Dieu (Coran 6:73, 16:40), et donc par Jésus…
Si tout a été créé par Jésus, Jésus n’a donc pas été créé.  Dieu seul est incréé, Jésus est donc d’après le Coran, incréé, et donc Dieu. Où l’on voit comment les musulmans étaient à l’origine des chrétiens, avant qu’Allah, ou plutôt les califes abbassides n’abrogent certains versets…

 

Les musulmans croient par ailleurs que Jésus reviendra à la fin du monde pour juger tous les hommes. Mais qui peut juger les hommes ? Qui connaît parfaitement le degré de liberté de chaque acte humain et donc son degré de responsabilité ? Qui connaît vraiment le fond du cœur de chaque homme sinon Dieu seul, capable de prononcer un jugement parfaitement juste ? Là encore, le Coran rend témoignage, malgré ses réécritures successives, de la foi chrétienne à l’origine de l’islam en la divinité de Jésus, car Dieu seul peut juger les hommes.

Allah demande aux musulmans de prier pour Mahomet (Coran 33.56). Mahomet n’est donc pas au Paradis d’Allah, sans quoi il serait inutile de prier pour lui. De fait, Mahomet avait reconnu : Je ne sais pas ce que l’on fera de moi, ni de vous (Coran 46.9). Si donc, à la différence de Jésus que le Coran confesse être sans péché (Coran 19.19) et déjà au Paradis (Coran 4.156), le fondateur de l’islam n’a pas réussi à se sauver, comment les musulmans peuvent-ils mettre leur confiance en lui ? De qui vaut-il mieux être le disciple : d’un pécheur (Coran 48.2 ; cf. 40.55 ; 47.19 ; 80.1-12 ; 18.110), mort et y enterré, qui attend d’être jugé, ou de Jésus, qui reviendra pour le Jugement Dernier (Coran 4.158-159 ; Bukhari 3,43,656 ; 4,55,657) ?

Les rédacteurs du Coran n’ont pas réussi à effacer toutes les traces de la foi chrétienne à l’origine de l’islam, comme par exemple celle dans le Retour de Jésus venant juger les vivants et les morts (Mt 25.31-46 ; Lc 18.8 ; Ac 3.20-21) : Il n’y aura personne, parmi les gens du livre, qui n’aura pas cru en lui [Jésus] avant sa mort. Au jour de la résurrection, il sera témoin à leur encontre (4.159). Les Hadiths confirment cela : Abu Huraira a rapporté que Mahomet a dit : “Le Messager d’Allah a dit : “Par Celui qui détient mon âme entre ses mains, le fils de Marie descendra bientôt parmi vous et il jugera l’humanité avec justice.” (Bukhari 4.55,657 et Muslim 2.58)[1] ; Le prophète a dit : ‘Je jure par Allah, ‘Issa Ibn Maryam descendra jugeant (l’humanité) avec la justice.’ (Bukhari 2222 & 3448 ; Muslim 155). Affirmer que Jésus doit revenir juger les hommes, alors que Dieu seul peut juger, n’est-ce pas dire que Jésus est Dieu ?

Si la Révélation du Christ porte en elle-même sa propre crédibilité : Qui de vous Me convaincra de péché ? (Jn 8.46 ; Coran 19.19), Allah est obligé de dénoncer Mahomet comme pécheur (Coran 33.56 ; 40.55 ; 47.19 ; 48.2). Qu’est-ce qui est le plus logique, que Dieu Se révèle par Lui-même, ou par un pécheur ?

[1] Ces hadiths ont pour degré d’authenticité celui de mutawatir, c’est-à-dire le plus haut qui soit.

Mohammed (l’exemple à suivre Sourate 33:21) a :
– épousé à une enfant de 6 ans (Aisha) (Sahih Bukhari, Volume 7, Book 62, Hadith 88)
– couché avec cette enfant pré-pubère âgée de 9 ans,
– eu des rapports sexuels adultérins avec Myriam (Mâria) la copte (la servante d’Hafsa) dans la propre maison de sa femme Hafsa (Sourate 66 :1-4 + cf. Tafsir al-Jalalayn)
– épousé l’ex-femme (Zaynab) de son fils adoptif (Zayd) (Sourate 33:37)
– violé les captives (Sourate 4:24),
– possédé, vendu, acheté des esclaves noirs (Sahih al-Bukhari, Book 91, Hadith 368)
– lapidé (à mort) un juif et sa femme (Sahih Muslim, Book 17, Hadith 4216)
– coupé la main d’une femme (Sahih al-Bukhari, Vol. 8, Book 81, Hadith 792)
– coupé les mains et pieds de personnes qui avaient volé ses chameaux, et marqué leurs yeux avec des pièces de fer chauffées (Sahih al-Bukhari, Vol. 7, Book 71, Hadith 590)
– ordonné l’assasinat d’un poète juif Ka’b ibn al-Achraf qui s’était mis « à exhorter les gens contre Muhammad et à composer des poèmes panégyriques pour se lamenter sur le sort des hommes jetés dans la fosse commune à Badr » (Sira Ibn Hicham)
– égorgé entre six cents et neuf cents hommes du clan juif des Banû Quraydha (Sira Ibn Hicham)
– ordonné de torturer Kinana l’époux de la juive safiya afin de découvrir l’emplacement de son trésor (Sira Ibn Hicham)
– tué les associateurs (Sourate 9:5)
– combattu les juifs et chrétiens (Sourate 9:29)
– autorisé les violences conjugales (Sourate 4:34)
– frappé son épouse enfant Aisha sur la poitrine ce qui lui fit mal (Sahih Muslim, Book 4, Hadith 2127)
– ordonné de tuer celui qui quitte l’Islam (Sahih al-Bukhari, Vol. 9, Book 84, Hadith 57)
– autorisé le mariage temporaire ou Mut’a (plaisir, jouissance) (Sourate 4:24)
– encouragé la pratique coït interrompu sur les captives (retrait de l’organe sexuel masculin avant l’émission du sperme pour éviter la conception) (Sahih Muslim 1438 a, Book 8, Hadith 3371)
– autorisé l’allaitement des adultes (Sahih Muslim, Book 8, Hadith 3425)
– autorisé le mensonge dans trois cas : guerre, réconciliation, paix du couple (Sahih Muslim, Book 32, Hadith 6303 ; Sahih al-Bukhari, Vol. 3, Book 49, Hadith 857)
– enseigné l’art de la dissimulation communément appelé la taqqya ou taqîya (Sourates 3:28 ; 16:106)
– embrassé une pierre noire (idolatrie à la kaaba) (Sahih Muslim, Book 7, Hadith 2895)
– conseillé de boire de l’urine de chameau (Sahih al-Bukhari, Vol. 7, Book 71, Hadith 590)…
– encouragé de combattre et mourir en martyr pour la cause d’Allah (Sahih al-Bukhari, Vol. 1, Book 2, Hadith 36)
– enseigné que la récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays (Sourate 5 :33)
– ordonné de découper les membres d’un voleur récidiviste jusqu’à ce que ledit voleur soit tué (Sunan Abi Dawud, Book 39, Hadith 4396)
– coupé lui-même la main d’un homme qui avait volé un bouclier valant trois dirhams(Sahih al-Bukhari, Vol. 8, Book 81, Hadith 788)
– ordonné de tuer tous les chiens avant de limiter ce massacre aux seuls chiens noirs (Sunan Abi Dawud 2846, Book 16, Hadith