Si l’amour unit ceux qui s’aiment, ce qui est le voeu de tous les amoureux, comment réaliser l’unité d’un couple si, sur l’essentiel, à savoir leur relation à Dieu, l’homme et la femme ne peuvent être un ? Un(e) chrétien(ne) doit se poser la question : “Comment ce(tte) musulman(ne) peut-il(elle) prétendre m’aimer sans aimer Jésus plus que tout, puisque Jésus et moi ne faisons qu’un (Jn 17.21) ?” Le propre de l’Amour est en effet d’unir, de rendre un ceux qui s’aiment. Comment peux-tu prétendre m’aimer si tu n’aimes pas Jésus, qui est l’Amour, l’Amour incarné, Dieu même ? Tu ne peux être un avec moi, comme l’Amour le demande, puisque je ne fais qu’un avec Jésus, et que toi, tu refuses de ne faire qu’un avec Lui, en qui tu ne reconnais pas Dieu, notre Sauveur… Jésus a explicitement demandé de renoncer à tout amour qui relativiserait, éloignerait du Sien : “Si quelqu’un vient à moi sans haïr son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, et jusqu’à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. (Lc 14.26)”…
———————–
Pour un chrétien, le mariage à la mosquée implique de prononcer la chahada, la profession de foi musulmane, et donc de renier la foi chrétienne, et perdre la vie éternelle…
Celui qui M’aura renié devant les hommes, Moi-aussi Je le renierai devant Mon Père et ses Anges” (Lc 12.9).
Rien ni personne ne doit être préféré à l’amour incomparable de Jésus-Christ.
Une chrétienne qui épouserait un musulman accepterait par le fait même, entre autres joyeusetés : la possibilité de la polygamie (Coran 23.6), d’être répudiée (Coran 2.230), battue (Coran 4.34), que ses enfants ne soient pas chrétiens, etc.
C’est pourquoi S. Paul demande aux chrétiens de ne célébrer de noces “que dans le Seigneur” (1 Co 7.39).

AIDE-MEMOIRE AU SUJET DES MARIAGES ISLAMO-CHRÉTIENS

CONDITIONS DE VALIDITÉ :

1.     LA LIBERTÉ

2.     LA FIDÉLITÉ

3.     L’UNITÉ

4.     LA PROCRÉATION

LE MARIAGE CHRÉTIEN

•        Le propre du mariage chrétien est d’unir ceux qui s’aiment dans la communion à Dieu qui est Un parce qu’Il est Amour. Quelle union en dehors de la communion à Dieu (1 Co 7.39) ?

•        Quel épanouissement spirituel ou vraiment humain si la béatitude promise consiste dans la fornication perpétuelle? Cf. « Niquah »

•        Sacrement : signe qui réalise ce qu’il signifie

LE STATUT PARTICULIER DE LA FEMME EN ISLAM

•        Inférieure à l’homme (Coran 2.228 ; 4.34)

•        La femme est naturellement stupide (Coran 43.18)

•        Son témoignage  (2.282) et son héritage (Coran 4.11) valent la moitié de ceux d’un homme

•        La femme impure (Coran 4.43 ; 5.6)

•        « La femme, la maison et le cheval sont de mauvais augure. » (Boukhari 7.33)

•        Au rang de la miction et de la défécation (Coran 4.43)

•        L’enfer est surtout rempli de femmes (Muslim 36.6600)

LE MARIAGE MUSULMAN

•        Épouser une non-musulmane = Djihad.

•        Violence légitime (Coran 4.15,34).

•        Perte de ses droits si l’épouse se refuse (Art.67 du Code du statut perso. égyptien).

QUELQUES NOTIONS

•        L’appartenance religieuse prime sur l’appartenance nationale.

•        La charia punit l’adultère de 100 coups de fouet ou de la lapidation (Coran 4.15 ; 24.2).

•        Il faut 4 témoins pour attester d’un viol (Coran 4.15)

•        Sinon épouser son violeur

•        Le viol des esclaves est halal (Coran 4.3 ; 23.1-6)

•        Un musulman peut épouser sa fille si elle est née hors de son foyer…

•        Régime de la séparation des biens

•        Le divorce supprime tout devoir d’assistance.

•        Que la femme, AVANT le mariage, se fasse donner une importante somme d’argent à titre prudentiel et qu’elle règle par écrit dans le contrat de mariage les questions matérielles.

US & COUTUMES

•        Contacts homme / femme

•        Travail (prévoir avant le mariage)

•        Relation de sein

•        Salutations

•        Habillement

•        Enterrement…

I.                 L’UNITÉ

·       Monogamie / polygamie (Coran 4.3) ; Nb. d’esclaves illimité (Coran 4.3,24,25 ; 16.71 ; 23.6 ; 24.33 ; 33.50,52 ; 70.30) ; Cf. Mahomet (Coran 33.50-53) ; possibilité de mariage polygame en pays musulman (vacance)

·       Le mariage temporaire (Coran 4.24)

·       Pédo-criminalité (Coran 65.4), Aïcha

·       La soumission / Col 3.18 ; Ep 5.21-22 ; 1 P 3.1

·       Pour l’Église, tout mariage valide est intrinsèquement et extrinsèquement indissoluble, même s’il n’est pas sacramentel (mariage naturel et dispar).

·       Le mariage dispar n’est pas extrinsèquement indissoluble.

 

II. LA LIBERTÉ

•        Une musulmane ne peut épouser un non-musulman. (Coran 2.221)

•        La musulmane ne peut se marier sans l’accord de son tuteur (Coran 4.25)

•        L’apostat, réel ou désigné, est condamné à mort ; voit son mariage interdit ou dissous ; perd son travail ; sa succession est ouverte…

 

III. LA FIDÉLITÉ

•        La répudiation (définitive ou révocable) par l’homme seulement. L’almuhallil (Coran 2.230)

•        La répudiation contre compensation, au gré du mari..

•        Le divorce (65.1), inégal pour l’homme et la femme.

 

IV. LA PROCRÉATION

•        Respect de la femme en raison de sa participation au djihad

•        Fornication = Béatitude

•        « Vos femmes sont un champ de labour. Allez-y à votre guise… » (Coran 2.223)

•        Le musulman ne peut reconnaître son enfant né hors mariage ni assumer d’obligation à son égard…

•        L’enfant naturel ne peut hériter que de sa mère.

•        Pas d’adoption possible

•        Stérilité du couple ? Raison de répudiation : examens médicaux prénuptiaux.

•        L’avortement (40e jour)

•        La relation de sein

•        Rapports post-mortem

 

II.               AVANT LE MARIAGE

•        S’informer sur les droits et devoirs respectifs

•        Prendre le temps de réfléchir (mariage gris)

•        Aller vivre dans la famille d’origine 2 mois

•        Consulter le Centre de Droit arabe et musulman (www.sami-aldeeb.com)

•        La femme non-musulmane qui veut garder sa religion doit le mentionner expressément dans le contrat de mariage.  Pressions ultérieures possibles.

 

III.              LE CONTRAT DE MARIAGE

•        Rédiger le contrat de mariage, signé devant notaire, en mentionnant qu’il prime sur le document établi par l’autorité religieuse ou consulaire.

•        Inclure dans le contrat l’obligation de la monogamie, l’exclusion de la répudiation, ou le droit pour la femme d’y avoir recours.

•        La non-virginité de l’épouse est une cause d’annulation de mariage en droit musulman.

•        Quelle éducation et quelle religion pour les enfants ?

•        Quels prénoms ?

•        Quelle alimentation ?

•        Circoncision, excision ? Garder les enfants en France tant qu’ils sont mineurs.

•        En pays musulman, l’épouse non-musulmane ne peut avoir la garde des enfants (famille).

•        Seuls des musulmans peuvent hériter d’un musulman.

Si quelqu’un n’aime pas Jésus,
ou Lui préfère n’importe quel autre amour, il se maudit ! (Lc 14.26)