Il est beaucoup question ces jours-ci de blasphème et d’islamophobie suite à la décapitation de Samuel Paty, un professeur ayant montré les caricatures de Charlie Hebdo à ses élèves. Je ne vais pas épiloguer sur la légitimité des caricatures de Charlie Hebdo : je considère que la liberté d’expression n’est pas absolue mais doit respecter la vérité, la décence, et éviter l’offense. Si elle est donc limitée, elle ne l’est pas, à mon avis, comme l’a récemment dit un évêque “par ce qui blesse mon prochain”, mais par ce qui contredit la raison. En effet, n’importe quel abruti peut s’estimer blessé, alors qu’il l’est à bon droit. Toujours est-il que le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a accusé Emmanuel Macron d'”attaquer l’Islam” du fait qu’il a défendu la publication des caricatures de Mahomet. Le Président turc, Erdogan, victimise les musulmans français, trop heureux de se présenter comme leur défenseur et leur chef, disant qu’ils sont traités comme l’étaient les Juifs par les nazis. Il ne craint pas le ridicule. Quand il s’agit de défendre l’islam, tout est permis ! Mais il est une réalité, et même deux, que personne, pas plus musulman que non-musulman, ne semble avoir remarquées.

La première est que pour un musulman, tout non-musulman est coupable de blasphème, du seul fait que refusant de devenir musulman, il affirme ainsi, implicitement, mais nécessairement, que Mahomet est un imposteur … sans quoi il se convertirait à l’islam ! La seule existence d’un non-musulman est insupportable à un fervent musulman, à qui le Coran enseigne que les chrétiens, en particulier, ne sont « qu’impureté » (Coran 9.28), les « pires de la création » (Coran 98.6), « plus vils que des bêtes » (Coran 8.22), et tous voués au feu de l’Enfer éternel (Coran 9.17) parce qu’ils croient à la divinité de Jésus. Il faut essayer d’imaginer la vie des chrétiens et autres mécréants en pays musulmans, vivant sous la menace continuelle d’être accusés de blasphème, crime puni jusqu’à la peine de mort, que la sentence soit exécutée par la « Justice » du pays ou par le zèle des adorateurs d’Allah (Coran 4.89 ; 8.12-18). Que répondre à votre voisin qui vous demande si Mahomet est un prophète, si le coran est divin, ou si Allah est le vrai Dieu ? Or « tel est le salaire de qui refuse Allah et son messager, c’est qu’il soit tué ou crucifié, que lui soit coupé la jambe et le bras opposées, qu’il soit exclu de la terre. (Coran 5.33) » …
En s’imposant comme la norme à laquelle tout le monde doit se soumettre, l’islam produit les blasphémateurs qu’il se doit ensuite d’éliminer… Voilà donc ce qu’apporte l’islam au monde : la haine. « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous soyez musulmans ! (Coran 60.4) »

Et ici apparaît la deuxième réalité encore plus largement ignorée, occultée, que j’ai évoquée, à savoir que les musulmans ne voient pas que si Allah leur commande de venger sa gloire offensée par l’existence des non-musulmans (Coran 8.39 ; 9.4,5,14,111 ; 47.4 ; 66.9), ― que pourtant lui-même dit avoir créés ainsi (Coran 4.88,143 ; 6.149 ; 74.31 ;5.48) ― les musulmans sont eux-mêmes des blasphémateurs … En effet, l’islam débarquant six siècles après la venue du Christ, blasphème la Sainte Trinité niant qu’elle est le seul et vrai Dieu, blasphème la divinité de Jésus, Sa mort, Sa résurrection, la Rédemption qu’Il a ainsi accomplie, la Bible qui rend témoignage de cette annonce, disant qu’elle a été falsifiée (Is 40.6 ; Lc 21.33 ; Coran 2.59,75,79 ; 3.78 ; 4.46 ; 5.15,41), etc., etc. On ne saurait davantage blasphémer ! Et pourtant, l’islam a réussi à persuader les musulmans du contraire : eux pratiqueraient la religion pure de tout blasphème, et les chrétiens seraient des blasphémateurs ! Et malgré cela, les chrétiens ne vont pas humilier les musulmans, ni les racketter en échange de leur survie, ni les persécuter à mort, incendier leurs maisons ou détruire leurs mosquées, comme les musulmans le font partout où ils sont suffisamment nombreux pour imposer la légitimité de leurs forfaits…

Pourquoi les musulmans punissent-ils jusqu’à la peine capitale le soi-disant crime de blasphème, sinon pour imposer Allah et son « envoyé » aux foules ainsi terrorisées ? Ce faisant, que font-ils d’autre sinon donner la preuve qu’Allah est une idole, car une idole, qui n’est rien, ne peut non plus rien pour elle-même, et c’est pourquoi ses adorateurs doivent la secourir (Jr 10.5). A contrario, si Jésus a interdit à ses Apôtres de prendre Sa défense lors de Sa Passion (Mt 26.52), c’est parce que personne ne peut rien contre Dieu… Jésus n’a pas demandé à Son Père les légions d’Anges qui auraient pu combattre pour Lui (Mt 26.53), parce que personne ne peut rien contre la Vérité. Son comportement refusant l’usage de la violence meurtrière pour imposer le respect auquel Il avait droit, révèle Sa nature divine. La violence est la force des faibles, quand la patience est celle des forts, et parce que Dieu est Amour (1 Jn 4.8 & 16), Il ne peut que Se proposer… jamais s’imposer … Et les imbéciles continuent à rire de Le voir humilié tandis que par leur comportement à Son égard, ils se condamnent eux-mêmes. Malheur à qui ne reconnaît pas la force de Dieu dans ce qui apparaît pour de la faiblesse ! Personne ne sera en effet plus malheureux que celui qui aura méprisé et persécuté l’Amour ! Au lieu de vouloir par la violence faire régner l’Imposture, d’autant plus démoniaque qu’elle se prétend divine, et dont ils sont les premières victimes, les musulmans ne feraient-ils pas mieux d’adorer Celui qui est mort pour expier nos péchés, et ressuscité pour nous ouvrir les portes de la vie éternelle ?

Pour terminer, j’invite chacun, et spécialement les musulmans, à réfléchir aux questions suivantes :

Comment est-il possible à un non-musulman de vivre en pays musulman sans blasphémer ni professer l’islam ?

Comment l’islam peut-il accuser autrui de blasphème alors que lui-même est fondé sur le blasphème de la foi chrétienne ?

Que celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende !

Si les gens savaient qu’ils vont en Enfer, ils changeraient de vie !