Un croyant du New Jersey a filmé un miracle eucharistique au Venezuela.

Le 8 décembre 1991, un prêtre du sanctuaire de Betania à Cúa, au Venezuela, célébrait la messe. Après la consécration, il a remarqué que l’hostie commençait à saigner d’un côté. Le prêtre préserva rapidement l’Hostie et l’étudia pour s’assurer qu’il s’agissait d’un miracle.
Selon “Miracles eucharistiques du monde“, l’Évêque du lieu a ouvert une enquête pour s’assurer qu’il n’y avait aucune explication naturelle.

“Au cours de la messe, de nombreux pèlerins ont tout de suite vérifié que le prêtre n’avait pas de plaies d’où aurait pu couler le sang présent dans l’Hostie. En outre, d’après les analyses, le résultat a conclu que le sang du prêtre ne correspondait pas à celui de l’Hostie. L’hôte du miracle a fait l’objet d’études spéciales à la demande de l’évêque de Los Teques de l’époque, SE Mgr Pio Bello Ricardo, et les résultats ont confirmé qu’il s’agissait d’un sang humain de type AB positif qui correspond à celui retrouvé dans le tissu du Saint Suaire de Turin et dans l’Hostie du Miracle eucharistique de Lanciano, qui a eu lieu en Italie en 750 après JC et qui a été analysé par 500 commissions de l’Organisation mondiale de la santé.”

L’hostie a ensuite été exposée dans un couvent de Los Teques et laissé à la vue de milliers de pèlerins chaque année. En particulier, un pèlerin du New Jersey, nommé Daniel Sanford, est arrivé au couvent en 1998. Il explique ce qui s’est passé ensuite:

“Après la célébration, le prêtre a ouvert la porte du tabernacle qui contenait l’hostie du miracle. Avec un grand étonnement, j’ai vu que l’Hostie était comme en flammes, et qu’il y avait un cœur pulsant et saignant au centre. Je l’ai vu pendant environ 30 secondes, puis l’hostie est revenue à la normale. J’ai pu filmer une partie de ce miracle avec ma caméra vidéo.”

La vidéo a été envoyée à l’Évêque local, qui a encouragé sa diffusion afin de répandre la croyance en la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie. On peut encore voir l’hostie miraculeuse aujourd’hui au couvent de Los Teques et le sang sur l’hostie est encore frais, comme ce fut le cas lors du premier miracle.

Si sont “bienheureux ceux qui croient sans avoir vu (Jn 20.29)”, ceux qui voient sans croire, ne sont-ils pas les plus malheureux ?

A noter qu’à Bétania, il y a des apparitions merveilleuses de la Vierge, qui ont été reconnues par l’évêque du lieu, Mgr Bello.