Voici l’histoire du miracle Eucharistique de Lanciano* et les conclusions des analyses scientifiques dont il a été l’objet.

 Un prêtre basilien de cette petite ville, au VIIIe siècle, au moment de la consécration, douta de la Présence réelle de Notre Seigneur Jésus-Christ dans l’Eucharistie. Soudain, il vit apparaître sur la patène et dans le calice ce qui jusqu’à ce jour est conservé et adoré dans cette petite église de Lanciano : l‘Hostie transformée en Chair et le Vin en Sang ! 

Le miracle de Lanciano fut offert non seulement à ce prêtre en proie au doute, aux habitants de Lanciano et aux hommes de ce temps, mais aussi aux hommes de toutes les générations à venir, car le miracle demeure… Sans le moindre usage d’un quelconque produit de conservation permettant à la Chair et au Sang de rester frais, la Sainte Hostie, transformée en Chair, et le Vin transformé en Sang, depuis plus de douze siècles, demeurent parfaitement intacts !!!

En 1970, 1971 et 1981, des investigations scientifiques furent demandées par l’Évêque du lieu à l’illustre Professeur Odoardo Linoli, professeur d’anatomie, d’histologie pathologique, de chimie et de microscopie clinique afin de déterminer l’exacte nature des espèces conservées. Les analyses donnèrent les conclusions suivantes :

Le spécimen “Chair” de l’Eucharistie est indubitablement de la chair humaine.

Le spécimen “Sang” de l’Eucharistie est indubitablement du Sang humain.

L’un et l’autre appartiennent à l’espèce humaine.

Le spécimen “Chair” de l’Eucharistie est composé de tissus musculaires d’un cœur humain.

La manière dont cette tranche de chair a été obtenue par dissection dans la myocarde suppose une habilité exceptionnelle de la part du “Praticien”.

Les spécimens “Chair” et “Sang” sont du même type sanguin, AB (Même type sanguin que celui du Saint-Suaire de Turin, analysé par le Professeur Baima Bollone).

Le diagramme de ce “Sang” correspond à celui d’un sang humain frais, vivant.

Les protéines contenues dans le Sang sont normalement réparties, dans un rapport de pourcentage identique à celui du schéma séroprotéique du sang frais normal. 

Plusieurs minéraux ont été trouvés dans le spécimen “Sang” de l’Eucharistie : Chlorites, phosphores, magnésium, potassium, sodium et calcium.

La préservation de la Chair et du Sang, qui furent exposés dans leur état naturel, sans le moindre moyen quelconque de préservation, pendant douze siècles à l’action d’agents physiques, atmosphériques et biologiques, reste un phénomène scientifiquement inexplicable.

De plus, il fut observé un étrange phénomène : une fois liquéfié, le Sang Eucharistique de Lanciano garde toutes ses propriétés chimiques et physiques sans se détériorer sous une forme quelconque. En effet, normalement, quinze minutes après l’extraction d’un sang humain ordinaire, toutes les activités biologiques périssent irrémédiablement, cependant le spécimen de Lanciano, en tous temps, conserve toutes ses propriétés biochimiques intactes.

En conclusion, on peut dire que la Science a donné une réponse précise et exhaustive sur l’authenticité du miracle Eucharistique de Lanciano. Comment se fait-il que cet événement ne fasse pas la une chaque jour des journaux d’information, au moins de chaînes comme KTO ?

* Lanciano est une petite ville, pour ne pas dire village médiéval, en Italie, à quelques kilomètres de la mer Adriatique. Longin, qui enfonça sa lance dans le flanc du Christ lors de la crucifixion, perforant Son Sacré Cœur et versant l’Eau et le Sang du Rédempteur (Marc 15, 29), était de cette petite ville d’où le changement de nom de celle-ci d’Anxamun en Lanciano voulant dire “Lance”.

Le miracle de Lanciano n’est pas unique en son genre. Cliquez ici pour avoir la liste de miracles similaires.