« Si, grâce à Jésus-Christ, nous ne décidons pas librement de mourir pour participer à Sa passion,
Sa vie n’est pas en nous. »
(St Ignace d’Antioche, 16ème Mardi du T.O.)

 

13.03.2020

Abbé Guy Pagès                                                                                                                                                                            
XXXXXXXXXXXX XXX                                                                                                                                                                                                                                                                            
XXXXXXX                                                                                                                  
Tél. : XXXXXXXXXXX         
[email protected]

Tribunal Judiciaire de Paris
Cabinet de Clément Bourrelly
Juge d’instruction
Parvis du Tribunal de Paris
75859 Paris Cedex 17

N° Parquet : 19273000131

N° instruction : JI JI206 19000055

 

Avis préalable à mise en examen

 

Monsieur le Juge d’instruction,

 

Puisque vous me donnez la liberté de vous faire part de remarques au sujet de la mise en examen que vous envisagez à mon sujet au motif de :

  • « INJURE PUBLIQUE EN RAISON DE L’ORIENTATION SEXUELLE OU DE L’IDENTITÉ DE GENRE PAR PAROLE, ECRIT, IMAGE OU MOYEN DE COMMUNICATION AU PUBLIC PAR VOIE ELECTRONIQUE (Natinf 25691) », pour avoir publié sur Twitter le 3 juin 2019 le propos suivant : 

« Les #catholiques ne doivent pas soutenir ni assister aux événements du « Mois de la fierté » des #LGBQ. Ils promeuvent une culture et encouragent des activités contraires à la foi et à la morale. Ils sont particulièrement nocifs pour les enfants. »,

Permettez-moi de vous faire remarquer que :

      • Ce propos ne contient aucune injure formelle.
      • Etant prêtre, je fais mon devoir de garder les catholiques d’activités contraires à la foi et à la morale.
      • Il suffit de regarder des photographies, que je tiens à votre disposition, pour se rendre compte de la perversion que subissent des enfants témoins de certaines scènes lors de ces exhibitions de nudités et d’attitudes que d’aucuns pourraient poursuivre en justice pour outrages aux bonnes œuvres et incitations à la débauche.
  • « PROVOCATION PUBLIQUE A LA HAINE OU A LA VIOLENCE EN RAISON DE L’ORIENTATION SEXUELLE OU DE L’IDENTITÉ DE GENRE PAR PAROLE, ECRIT, IMAGE OU MOYEN DE COMMUNICATION AU PUBLIC PAR VOIE ELECTRONIQUE (Natinf 25691) », pour avoir publié sur Twitter le 3 juin 2019, en réponse à qui me reprochait le précédent propos, celui-ci : 

« 1) Je m’adresse aux catholiques. 2) Je ne fais que rappeler l’enseignement de l’Eglise. 3) C’est de l’amour que d’inviter son frère à rejeter son péché, à renoncer à ce qui l’éloigne de Dieu. »,

Permettez-moi de vous faire remarquer que :

      • Si ce propos est condamnable, cela signifie qu’il n’est plus possible
                 1) de s’adresser aux catholiques,
                 2) de rappeler l’enseignement de l’Eglise,
                 3) d’appeler les pécheurs à la conversion. 
      • Y a-t-il une loi qui interdise ces choses-là ?
      • Ceux qui m’accusent de provoquer à la haine et à la violence pourraient tout aussi bien me remercier d’avoir voulu les inviter au salut. Je ne suis ni maître de leur choix ni ne puis les en dispenser. 
      • Des ex-homosexuels, tel Joseph Sciambra (https://www.islam-et-verite.com/gueri-de-homosexualite/), reprochent aujourd’hui aux prêtres qu’ils avaient rencontrés de leur avoir fait croire que leur comportement était normal et de ne pas les avoir exhortés à l’abandonner. Pourquoi devrais-je mériter à mon tour de telles accusations ?
  • « PROVOCATION PUBLIQUE A LA HAINE OU A LA VIOLENCE EN RAISON DE L’ORIENTATION SEXUELLE OU DE L’IDENTITÉ DE GENRE PAR PAROLE, ECRIT, IMAGE OU MOYEN DE COMMUNICATION AU PUBLIC PAR VOIE ELECTRONIQUE (Natinf 25691) », pour avoir publié sur Twitter le 3 juin 2019, en réponse à qui contestait que Jésus condamnât la pratique de l’homosexualité, le propos suivant :

« Pour ceux qui me demandent où, dans l’Évangile, Jésus condamnerait les actes homosexuels : ‘Je vous le dis, pour le pays de Sodome, il y aura moins de rigueur, au Jour du Jugement, que pour toi. (Mt 11.24)’ « Toi » désigne aussi celui qui nie le péché d’homosexualité. »,

Permettez-moi de vous faire remarquer que :

      • Jamais Jésus n’a appelé à la haine ou à la violence contre quiconque, en sorte que Son enseignement ne peut être accusé de cela, ni moi de l’avoir rappelé.
      • Il est odieux et profondément pervers d’amalgamer la provocation à la haine et à la violence avec l’appel à la conversion.
  • « INJURE PUBLIQUE EN RAISON DE L’ORIENTATION SEXUELLE OU DE L’IDENTITÉ DE GENRE PAR PAROLE, ECRIT, IMAGE OU MOYEN DE COMMUNICATION AU PUBLIC PAR VOIE ELECTRONIQUE (Natinf 25691) », pour avoir, le 8 juin 2019, sur Twitter, « porté des allégations ou imputations d’un fait portant atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne ou d’un groupe de personnes, en l’espèce Olivier CIAPPA, à raison de son orientation ou identité de genre, en l’espèce en ayant retweeté les propos suivants tenus à l’origine par Agnès Cerighelli en les accompagnant de propos élogieux :

« Ce couple #LGBT est criminel. Il a acheté illégalement un ovocyte à l’étranger puis a loué un ventre féminin pendant 9 mois. Il a ensuite délibérément privé une petite fille de sa maman. Il se vante maintenant sur Twitter d’avoir violé la loi française qui interdit la #GPA. Honteux !!! »

Permettez-moi de vous faire remarquer que :

      • Ce tweet n’incrimine pas l’orientation ou l’identité de genre de Olivier CIAPPA, mais le fait qu’il ait enfreint la loi française en matière de GPA.

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout cela grâce aux vertueuses associations :

STOP HOMOPHOBIE
MOUSSE
ADHEOS
CIAPPA

PS : Le talentueux avocat Jérôme Triomphe a accepté d’assurer ma défense, et la très méritoire association AGRIF prend en charge les frais de cette folie, en sorte que c’est à elle à qui vous voudrez bien adresser vos dons si vous souhaitez m’aider à supporter les frais de ce procès qui va avoir lieu vers la fin octobre 2022. D’avance je vous en remercie.

—————-

Compte rendu du procès de l’abbé Pagès qui s’est tenu le 18 octobre 2022.

Maître Jérôme Triomphe a soulevé des nullités de procédure de la plainte portée à l’encontre de l’abbé Pagès.
Madame le Procureur de la République a soutenu les nullités soulevées les plus importantes.
Au lieu de joindre l’examen de ces nullités avec l’examen au fond comme le prévoit la loi, le Tribunal a décidé de rendre un jugement distinct sur ces nullités le 29 novembre, ce qui laisse penser qu’il les trouve sérieuses et bien fondées.
Le 29 novembre, soit le tribunal annule la plainte dans son entier et le procès sera terminé, soit le tribunal rejette les nullités ou annule en partie et dans ce cas, une nouvelle date sera fixée pour l’examen au fond du dossier.
L’avocat des parties civiles a dit à l’issue de la séance à l’abbé Pagès, en présence de Maître Triomphe et de Jeanne Smits : “On vous garde dans notre viseur. On ne vous lâchera pas !” …
Il faut savoir que toutes ces associations de prétendues défenses des droits LGBT engraissent leurs équipes de subventions publiques et d’amendes qu’elles arrivent à obtenir par des procès semblables à celui-ci. Ainsi la Mairie de Paris a accordé pour la seule année 2020 pas moins de 382 650 € au lobby LGBT,
et la Région Île de France 2,1 million d’euros ! Tout cela pour que ces associations aillent imposer leur perversion dans les écoles, les entreprises, les services publics …
Si donc ces associations ont prétendu infliger à l’Abbé Pagès jusqu’à 75.000 € d’amende par l’instrumentalisation de la Justice, et ce assorti d’une peine d’emprisonnement de trois ans, selon la législation en vigueur, à combien estimer le montant de la dette qu’elles ont ainsi contractée au regard de la Justice qui veut que chacun soit payé de la mesure qu’il a utilisée ?

Par ailleurs, nous préférerions que le débat s’ouvre pour aller au fond des choses et que ce procès puisse servir de jurisprudence pour la liberté de l’Eglise de continuer à dénoncer l’homosexualité comme un péché grave (si cela doit encore faire partie de ses buts … ce dont malheureusement on ne peut que de plus en plus douter), car, au train où vont les choses, nul doute que la prédication de l’Église devienne bientôt hors la loi … C’est en effet un des enjeux de ce procès : que tout citoyen, quel que soit son âge, son handicap, sa race, ses opinions politiques ou son orientation sexuelle, puisse se sentir inclus et reconnu par toute religion, et notamment la religion catholique“. C’est pourquoi nous regrettons que Mgr Aupetit ni Mgr Jachiet, alors supérieur immédiat de l’Abbé Pagès, n’aient pas cru devoir répondre à l’invitation qui leur avait été adressée de venir témoigner de la conformité des tweets de l’Abbé Pagès à la foi et à la morale catholiques. Mgr Jachiet a justifié son refus au motif qu’il ne lui avait pas demandé de publier ces tweets, de sorte qu’il n’avait pas non plus à être solidaire de leurs conséquences … Réponse qui laisse pantois au vu de l’empressement mis par l’épiscopat à se croire pourtant solidaire des péchés commis par des prêtres pédophiles, jusqu’à vendre les biens de l’Église pour dédommager leurs victimes … 

Nous vous remercions sincèrement de votre soutien et de vos prières.

———–

Quelques images d’une “gay-pride” :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3/3