« Si, grâce à Jésus-Christ, nous ne décidons pas librement de mourir pour participer à Sa passion,
Sa vie n’est pas en nous. »
(St Ignace d’Antioche, 16ème Mardi du T.O.)

 

13.03.2020

Abbé Guy Pagès                                                                                                                                                                            
XXXXXXXXXXXX XXX                                                                                                                                                                                                                                                                            
XXXXXXX                                                                                                                  
Tél. : XXXXXXXXXXX         
[email protected]

Tribunal Judiciaire de Paris
Cabinet de XXXXXXXXXX
Juge d’instruction
Parvis du Tribunal de Paris
75859 Paris Cedex 17

N°Parquet : XXXXXXXXX

N°instruction : XXXXXXXXX

 

Avis préalable à mise en examen

 

Monsieur le Juge d’instruction,

 

Puisque vous me donnez la liberté de vous faire part de remarques au sujet de la mise en examen que vous envisagez à mon sujet au motif de :

  • « INJURE PUBLIQUE EN RAISON DE L’ORIENTATION SEXUELLE OU DE L’IDENTITÉ DE GENRE PAR PAROLE, ECRIT, IMAGE OU MOYEN DE COMMUNICATION AU PUBLIC PAR VOIE ELECTRONIQUE (Natinf 25691) », pour avoir publié sur Twitter le 3 juin 2019 le propos suivant : 

« Les #catholiques ne doivent pas soutenir ni assister aux événements du « Mois de la fierté » des #LGBQ. Ils promeuvent une culture et encouragent des activités contraires à la foi et à la morale. Ils sont particulièrement nocifs pour les enfants. »,

Permettez-moi de vous faire remarquer que :

      • Ce propos ne contient aucune injure formelle.
      • Etant prêtre, je fais mon devoir de garder les catholiques d’activités contraires à la foi et à la morale.
      • Il suffit de regarder des photographies, que je tiens à votre disposition, pour se rendre compte de la perversion que subissent des enfants témoins de certaines scènes lors de ces exhibitions de nudités et d’attitudes que d’aucuns pourraient poursuivre en justice pour outrages aux bonnes œuvres et incitations à la débauche.
  • « PROVOCATION PUBLIQUE A LA HAINE OU A LA VIOLENCE EN RAISON DE L’ORIENTATION SEXUELLE OU DE L’IDENTITÉ DE GENRE PAR PAROLE, ECRIT, IMAGE OU MOYEN DE COMMUNICATION AU PUBLIC PAR VOIE ELECTRONIQUE (Natinf 25691) », pour avoir publié sur Twitter le 3 juin 2019, en réponse à qui me reprochait le précédent propos, celui-ci : 

« 1) Je m’adresse aux catholiques. 2) Je ne fais que rappeler l’enseignement de l’Eglise. 3) C’est de l’amour que d’inviter son frère à rejeter son péché, à renoncer à ce qui l’éloigne de Dieu. »,

Permettez-moi de vous faire remarquer que :

      • Si ce propos est condamnable, cela signifie qu’il n’est plus possible
                 1) de s’adresser aux catholiques,
                 2) de rappeler l’enseignement de l’Eglise,
                 3) d’appeler les pécheurs à la conversion. 
      • Y a-t-il une loi qui interdise ces choses-là ?
      • Ceux qui m’accusent de provoquer à la haine et à la violence pourraient tout aussi bien me remercier d’avoir voulu les inviter au salut. Je ne suis ni maître de leur choix ni ne puis les en dispenser. 
      • Des ex-homosexuels, tel Joseph Sciambra (https://www.islam-et-verite.com/gueri-de-homosexualite/), reprochent aujourd’hui aux prêtres qu’ils avaient rencontrés de leur avoir fait croire que leur comportement était normal et de ne pas les avoir exhortés à l’abandonner. Pourquoi devrais-je mériter à mon tour de telles accusations ?
  • « PROVOCATION PUBLIQUE A LA HAINE OU A LA VIOLENCE EN RAISON DE L’ORIENTATION SEXUELLE OU DE L’IDENTITÉ DE GENRE PAR PAROLE, ECRIT, IMAGE OU MOYEN DE COMMUNICATION AU PUBLIC PAR VOIE ELECTRONIQUE (Natinf 25691) », pour avoir publié sur Twitter le 3 juin 2019, en réponse à qui contestait que Jésus condamnât la pratique de l’homosexualité, le propos suivant :

« Pour ceux qui me demandent où, dans l’Évangile, Jésus condamnerait les actes homosexuels : ‘Je vous le dis, pour le pays de Sodome, il y aura moins de rigueur, au Jour du Jugement, que pour toi. (Mt 11.24)’ « Toi » désigne aussi celui qui nie le péché d’homosexualité. »,

Permettez-moi de vous faire remarquer que :

      • Jamais Jésus n’a appelé à la haine ou à la violence contre quiconque, en sorte que Son enseignement ne peut être accusé de cela, ni moi de l’avoir rappelé.
      • Il est odieux et profondément pervers d’amalgamer la provocation à la haine et à la violence avec l’appel à la conversion.
  • « INJURE PUBLIQUE EN RAISON DE L’ORIENTATION SEXUELLE OU DE L’IDENTITÉ DE GENRE PAR PAROLE, ECRIT, IMAGE OU MOYEN DE COMMUNICATION AU PUBLIC PAR VOIE ELECTRONIQUE (Natinf 25691) », pour avoir, le 8 juin 2019, sur Twitter, « porté des allégations ou imputations d’un fait portant atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne ou d’un groupe de personnes, en l’espèce Olivier CIAPPA, à raison de son orientation ou identité de genre, en l’espèce en ayant retweeté les propos suivants tenus à l’origine par Agnès Cerighelli en les accompagnant de propos élogieux :

« Ce couple #LGBT est criminel. Il a acheté illégalement un ovocyte à l’étranger puis a loué un ventre féminin pendant 9 mois. Il a ensuite délibérément privé une petite fille de sa maman. Il se vante maintenant sur Twitter d’avoir violé la loi française qui interdit la #GPA. Honteux !!! »

Permettez-moi de vous faire remarquer que :

      • Ce tweet n’incrimine pas l’orientation ou l’identité de genre de Olivier CIAPPA, mais le fait qu’il ait enfreint la loi française en matière de GPA.

———————————————-

 

Tout cela grâce à la vertueuse association :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3/3