Il y a quatre ans, Jamie Shupe expliquait dans le New York Times, qu’il voulait vivre «authentiquement comme la femme que j’ai toujours été».

Il y a trois ans, il a décidé qu’il n’était ni homme ni femme, mais non-binaire et un juge de l’Oregon a accepté de le laisser s’identifier comme un troisième sexe, ni homme ni femme.

Aujourd’hui, il veut revivre comme un homme. Et il explique qu’il a souffert de troubles mentaux.

Heureusement pour lui, il n’a pas mutilé son corps et il se considère comme chanceux. Alors il témoigne :

“Après m’être convaincue que j’étais une femme au cours d’une grave crise de santé mentale, j’ai rendu visite à une infirmière praticienne agréée au début de 2013 et j’ai demandé une ordonnance d’hormones. «Si vous ne me donnez pas les médicaments, je les achèterai sur Internet», ai-je menacé. Même si elle ne m’avait jamais rencontrée auparavant, l’infirmière a téléphoné le jour même pour obtenir une ordonnance de 2 mg d’œstrogènes par voie orale et de 200 mg de Spironolactone.

L’infirmière praticienne a ignoré le fait que j’avais un trouble de stress post-traumatique chronique, ayant déjà servi dans l’armée pendant près de 18 ans. Tous mes médecins sont d’accord là-dessus. D’autres pensent que j’ai un trouble bipolaire et éventuellement un trouble de la personnalité.

J’aurais dû être arrêté, mais l’activisme transgenre incontrôlable avait rendu l’infirmière praticienne trop effrayée pour dire non. Grâce aux documents médicaux en ligne, j’avais appris à devenir une femme sur le site Web d’un hôpital du ministère des Anciens Combattants. […] Tout ce que je devais faire était de changer mon carburant d’hormone et de transformer mon pénis en vagin. Alors je serais comme n’importe quelle autre femme. C’est le fantasme que la communauté transgenre m’a vendu. C’est le mensonge dans lequel je me suis engagé et auquel j’ai cru. Un seul thérapeute a essayé de m’empêcher. Quand elle l’a fait, non seulement je l’ai renvoyée, mais j’ai porté plainte contre elle. J’aurais dû être arrêté, mais l’activisme transgenre avait rendu l’infirmière trop effrayée pour dire non. […]

Quand j’étais enfant, j’ai été agressé sexuellement par un parent de sexe masculin. Mes parents m’ont sévèrement battu. À ce stade, j’ai été exposé à tellement de violence et à tellement d’appels rapprochés que je ne sais pas comment expliquer pourquoi je suis toujours en vie. Je ne sais pas non plus comment traiter mentalement certaines des choses que j’ai vues et vécues.

Le docteur Ray Blanchard a une théorie impopulaire qui explique pourquoi quelqu’un comme moi a peut-être été attiré par le transgenre. Il affirme qu’il existe deux types de femmes transgenres: les homosexuelles qui sont attirées par les hommes et les hommes qui sont attirés par la pensée ou l’image d’eux-mêmes en tant que femmes. C’est une chose difficile à admettre, mais j’appartiens à ce dernier groupe. Nous sommes classés comme ayant une autogynéphilie. Après avoir regardé de la pornographie pendant des années dans l’armée et avoir épousé une femme qui avait résisté à mes exigences de devenir la femme idéale, je suis devenue cette femme. Au moins dans ma tête.

Trois ans après le début de son changement de sexe, un jour, il s’est regardé dans le miroir. Et la façade de la féminité s’est effondrée.

Lorsque le fantasme d’être une femme a pris fin, j’ai demandé à deux de mes médecins de me permettre de devenir non binaire au lieu d’être une femme pour me sortir de l’ordinaire. Les deux ont accepté facilement. Après m’avoir rempli d’hormones – l’équivalent de 20 pilules contraceptives par jour – ils ont chacun écrit une lettre de changement de sexe. […] Pour échapper à l’illusion d’être devenue une femme, j’ai fait quelque chose de tout à fait sans précédent dans l’histoire américaine. En 2016, j’ai convaincu un juge de l’Oregon de déclarer mon sexe non binaire – ni homme ni femme. […] La décision historique du tribunal m’a catapulté vers une renommée instantanée au sein de la communauté LGBT. Dix jours après, les médias ne m’ont pas laissé dormir. […] Devenir une femme m’avait fait entrer dans le New York Times. Convaincre un juge que mon sexe n’était pas binaire, mes photos et mon histoire ont été publiées dans des publications du monde entier. Puis, avant même que l’encre du juge n’ait séché sur ma décision de justice en Oregon, un organisme d’aide juridique LGBT basé à Washington DC m’a contacté. «Nous voulons vous aider à changer votre certificat de naissance», ont-ils proposé. En quelques mois, j’ai remporté une autre victoire historique après que le Department of Vital Records m’a délivré un tout nouvel acte de naissance de Washington DC, où je suis né. Un groupe local, Whitman-Walker Health, a fait passer mon statut de sexe sur mon acte de naissance en “inconnu”. C’était la première fois dans l’histoire d’un acte de naissance qu’un acte de naissance était imprimé avec un marqueur de sexe autre que masculin ou féminin.”

[…]

Ce n’est que lorsque j’ai dénoncé en 2017 la stérilisation et la mutilation d’enfants et de militaires transgenres que les organisations LGBT ont cessé de m’aider. La plupart des médias se sont retirés avec eux. Du jour au lendemain, je suis passé d’un libéral chéri à un paria conservateur. […]

La vérité est que mon changement de sexe en non-binaire était une fraude médicale et scientifique. Prenez en compte le fait qu’avant l’audience historique, mon avocat m’a informé que le juge avait un enfant transgenre.

[…] Je n’ai aucun trouble de développement sexuel. Toute ma confusion sexuelle était dans ma tête. J’aurais dû être soigné. Au lieu de cela, à chaque étape, des médecins, des juges et des groupes de défense des droits se sont livrés à ma fiction.”

En janvier 2019, il a récupéré le sexe de sa naissance.

“Le poids du mensonge sur ma conscience était plus lourd que la valeur de la renommée que j’avais acquise en participant à cette escroquerie complexe.

Deux fausses identités de genre ne pouvaient cacher la vérité de ma réalité biologique. Il n’y a pas de troisième sexe. Comme moi, les personnes intersexuées sont des hommes ou des femmes. Leur état est le résultat d’un trouble du développement sexuel et ils ont besoin d’aide et de compassion.”