« Nous n’abrogerons aucun verset de ce livre, ni n’en ferons effacer un seul de ta mémoire sans le remplacer par un autre, meilleur ou pareil. » (Coran 2.106 ; 16.101) Si le Coran est la parole de Dieu, c’est-à-dire une parole immuable, non créée, éternelle, comment penser quelle puisse être passagère, périmée, et devoir être remplacée ? Allah est-il donc capable de se tromper qu’il doive aussi se corriger ? Si Allah est capable de se tromper, est-il vraiment Dieu ?

Et que veut dire le fait que le texte du Coran contienne des versets « abrogés » (Coran 3.7 ; 13.39 ; 85.21-22), c’est-à-dire des versets qui n’ont plus de pertinence pour aujourd’hui, des versets qui ne veulent plus rien dire ? Pourquoi sont-ils encore dans le Coran s’ils ont été abrogés ? A travers eux, Allah parle t-il donc pour ne rien dire ?

Cela étant, qu’est-ce qui empêche que les versets reconnus aujourd’hui abrogeant soient à leur tour abrogés, comme cela a été le cas pour d’autres versets ? La parole d’Allah est-elle une, ou bien double, comme celle de celui qui a la langue fourchue ?