Pétition au Président Macron : Fermez toutes les mosquées salafistes !


Le 14 novembre 2015, au lendemain de la vague meurtrière d’attentats islamistes qui ensanglantèrent notre pays – 130 morts, 413 blessés –, nous avions lancé une pétition destinée à François Hollande exigeant la fermeture de toutes les mosquées salafistes. Dans les mois qui suivirent, seule une poignée d’entre elles furent administrativement fermée. Le dernier en date de ces attentats, sur les Champs-Élysées le 19 juin 2017, fut commis par Adam Lotfi Djaziri, un islamiste salafiste, issu d’une famille salafiste, et proche des milieux salafistes de l’Essonne…

Notre première pétition, signée par 30 000 personnes, n’ayant pas obtenu (entièrement) satisfaction, nous en lançons une nouvelle à l’intention du Président Macron. Même en plein été, nous ne lâchons rien, jamais ! Signez et faites signer cette pétition ! Merci.

Monsieur le Président,

Aux cris de Allahou akhbar, des terroristes islamistes nous ont déclaré la guerre. Les Français, dans leur immense majorité, sont déterminés à mener cette guerre jusqu’à la victoire. Mais cela implique, en particulier, d’être capable de nommer l’ennemi et de le neutraliser – non seulement en Syrie et en Irak, mais aussi sur notre sol.

Or, selon des chiffres officiels, plus de 100 mosquées et lieux de prière salafistes sont installés en France. En invoquant une lecture littérale du coran, on y diffuse à longueur de jour des discours de haine contre la France, contre les Juifs, contre les chrétiens et contre les kafirs – mécréants. On y soutient ceux-là même qui nous font la guerre et l’on y appelle au djihad.

Il est inadmissible que de tels foyers de haine continuent leur œuvre malfaisante et puissent, directement ou indirectement, favoriser l’effusion du sang innocent de centaines de nos compatriotes. Vos prédécesseurs ont timidement pris des mesures et fait fermer une demi-douzaine de ces foyers de haine et de violence, mais aucune action d’envergure contre le salafisme n’a réellement été entreprise sur le territoire français.

Par conséquent, nous vous demandons, Monsieur le Président, de prendre les mesures qui s’imposent en faisant fermer ces mosquées et lieux de prière, expulser de France les imams étrangers qui y profèrent ces discours de haine, mettre les autres en prison, et placer sous séquestre les biens meubles et immeubles de ces officines extrémistes.

C’est la moindre des mesures à prendre dans la situation où nous nous trouvons et le moyen d’envoyer un message clair aux ennemis de la France : ils ne seront jamais chez eux chez nous.

Dans l’attente de votre action immédiate au service de la France, des Français et de la civilisation, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à notre totale détermination pour la défense de notre Patrie.

La pétition à signer est ici.

Commentaires à propos de : Pétition au Président Macron : Fermez toutes les mosquées salafistes !..


Buchmann

Ce serait déjà bien qu’il mette en application la loi du 1er juillet 1972 en particulier lorsque des Français sont visés par des actes inspirés par la haine. Pour mémoire :
Ceux qui auront provoqué à la discrimination, à la
haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe
de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à
une ethnie, une nation, une race, une religion déterminées,
seront punis d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une
amende de deux mille à trois cent mille francs. D’autre part,
seront punis comme complices d’une action qualifiée de crime
ou délit ceux qui, soit par les discours écrits ou menaces
proférées dans les lieux ou réunions publics, soit par des écrits,
imprimés, dessins, gravures, emblèmes, images ou tout autre
support de l’écrit, de la parole ou de l’image, vendu ou
distribué, mis en vente ou exposé au regard du public, auront
directement provoqué l’auteur ou les auteurs à commettre
lesdites actions si la provocation a été suivie d’effets.
Cité dans le Camp des Saints de Jean Raspail.

Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas visible.