Merci de votre contribution pour la mise à jour de cette page…

Des chants musulmans à l’église saint Bernard de Paris

En cliquant sur les photos, vous pouvez accéder aux articles qui les contiennent.

Jean-Paul Vesco – Evèque d’Oran – 27 Février 2015 – Paris

Pour Mgr Vesco « Ceux qui accéderont au paradis ne sont pas chrétiens ou musulmans. (Source) ». Mais alors, pourquoi être encore chrétien ? Pourquoi évangéliser ? Pourquoi ne pas devenir musulman ? 
Moi je dis : “Celui qui croira [en Jésus] et sera baptisé sera sauvé, celui qui refusera de croire sera damné. (Mc 16.16)”. Or, que fait d’autre l’islam sinon refuser le baptême chrétien ?!

 

_________________

  • Après l’attaque terroriste qui a eu lieu dans une église de Normandie en juillet 2016, le clergé chrétien a ouvert les portes de ses églises aux musulmans.
  • Pour la première fois depuis plus de 700 ans, des chants islamiques ont résonné entre les murs de la cathédrale de Florence, l’église Santa Maria del Fiore. Sous le célèbre Dôme de Brunelleschi, des mélodies islamiques ont fait écho aux mélodies chrétiennes. Cette « initiative interconfessionnelle » a eu lieu une semaine après le massacre barbare des journalistes de Charlie Hebdo par des terroristes islamistes. Au programme, on a pu entendre « le Coran est la justice » et d’autres « hymnes » du même genre… 
  • Dans le sud de l’Italie, un prêtre a provoqué un vif émoi chez ses paroissiens en ornant sa crèche de Noël d’une Vierge Marie revêtue d’une burqa. Le Père Franco Corbo, curé de la paroisse saint Joachim et sainte Anne à Potenza, a dit qu’il avait fait construire cette crèche spéciale « au nom du dialogue entre les religions ». 
  • Un autre prêtre en Italie a renoncé à la traditionnelle crèche de la nativité de Noël au cimetière local pour ne pas « offenser les musulmans ». Le Père de Sante Braggie a déclaré qu’il n’y aurait pas de crèche dans le cimetière de Crémone, une ville nord de l’Italie, car cela pourrait irriter les adeptes d’autres confessions ou les personnes dont les parents ne sont pas enterrés là : « Un petit coin du cimetière est réservée aux tombes musulmanes. Une crèche trop visible depuis ce carré musulman pourrait être considérée comme un manque de respect ; la sensibilité des musulmans pourrait en être affectée, ainsi que celle de Indiens et même des athées ».
  • A Rebbio, la messe s’achevait à l’église paroissiale de Saint-Martin quand, tout à coup, une femme voilée, Nour Fayad, a pris la parole et a lu des versets du Coran annonçant la naissance du Christ. L’initiative du prêtre Don Giusto della Valle, a été conçue comme « un geste de dialogue ».
  • A Rozano près de Milan, Marco Parma, directeur d’école, à renoncé au traditionnel concert de chants de Noël. Toutes les fêtes traditionnelles de l’école Garofani ont été interdites « afin de ne provoquer personne ».
  • En juillet 2016, pour la première fois à l’occasion d’une messe, un verset du Coran a été récité à l’autel de l’église Santa Maria du Transtevere à Rome, au cours d’ une cérémonie à la mémoire du Père Jacques Hamel, égorgé en France à la gloire d’Allah. 
  • Au Royaume-Uni, Mgr Harries a suggéré que la cérémonie du couronnement du prince Charles s’ouvre sur une lecture du Coran.
  • Aux Etats-Unis, plus de 50 églises, dont la cathédrale nationale de Washington, organisent des lectures du Coran.

Toutes ces manifestations viole le Droit canonique, qui stipule : « Dans les sanctuaires seront offerts aux fidèles les moyens de salut en annonçant avec zèle la parole de Dieu, en favorisant convenablement la vie liturgique, surtout pour la célébration de l’Eucharistie et de la pénitence, ainsi qu’en entretenant les pratiques éprouvées de piété populaire. » (Can. 1234 – § 1). Est-ce que l’islam est un moyen de salut ? Est-ce que le Coran est la Parole de Dieu ? Est-ce que sa récitation a quelque chose à voir avec la célébration des sacrements ou les pratiques éprouvées de la piété populaire ?

  • Les protestants ne sont pas en reste, eMgr Heinrich Bedford-Strohm a appelé à l’enseignement de l’islam dans les écoles publiques d’Allemagne.

 

Capture-d’écran-2016-07-11-à-12.18.52

Communiqué du cardinal Philippe Barbarin du 10 juillet 2016 :

lyon-barbarin« Interpelés par Monsieur Kamel Kabtane, les responsables des Eglises catholique et reformée de Lyon apportent leur soutien au projet d’un Institut de Civilisation Musulmane dans la Métropole lyonnaise.

De même qu’existent aujourd’hui l’ECCLY (Espace culturel du christianisme à Lyon) et l’Espace Hillel (consacré à la culture juive) lancés avec le soutien du Grand Lyon, il nous parait juste qu’un lieu de présentation, d’études et de débats permettant de découvrir les apports de la culture musulmane, puisse fédérer de larges soutiens.

Depuis plus d’un demi-siècle, les principaux acteurs de la vie publique lyonnaise, très attachés à une juste conception de la laïcité, portent le souci d’une heureuse entente entre les différentes confessions. Cette concorde ne doit jamais craindre de voir progresser la culture, condition indispensable de la paix. »

Cet institut jouxte la Grande Mosquée de Lyon sur 2700m2, ses travaux ont commencé en mai dernier. Il est financé à hauteur de 2 millions d’euros chacun par l’Algérie et l’Arabie Saoudite, deux pays qui mènent des politiques anti-chrétiennes. Les accointances avec l’islam radical ne font aucun doute à la Grande Mosquée. Le salafiste Abdelkader Bouziane expulsé du territoire en 2004 y était invité à donner des conférences (lire) !

Capture d’écran 2016-07-11 à 12.18.25L’imâm Bajrafil d’Ivry-sur-Seine (photo), formé à l’école des islamistes radicaux Safwat Hegazi  et Al Qaradawi  (il en est fier voir son auto-biographie) a été récemment invité par la Grande Mosquée de Lyon en conférence (29 mai 2016). Dans son livre récent Islam de France an I, (éditions Plein jour,2015)  Bajrafil qualifie de “livre de référence du droit musulman dans la gestion du pouvoir” (p.37) le livre Les Statuts gouvernementaux de El Mawerdi  (972-1058),  traité de droit devant guider un califat idéal, qui interdit d’édifier des églises entre autres discriminations légales contre les chrétiens:

« ils ne peuvent élever en pays d’islam de nouvelles synagogues ou églises, qui sont, le cas échéant démolies à leur détriment » page 308, édité par les Editions du patrimoine Arabe et Islamique, bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe.

Le refus du statut de Dhimma comprenant vexations et impôt (jizya) a pour conséquence l’annhilation des Chrétiens. Page 31 des Statuts Gouvernementaux ont lit effectivement: « Combattre ceux qui, après y avoir été invités, se refusent à embrasser l’islam, jusqu’à ce qu’ils se convertissent ou deviennent tributaires ».

Bajrafil qualifie aussi de « grand juriste musulman » Ibn Qayyim al Jaziyya (page 28) qu’il qualifie de « référence », connu pour avoir écrit un livre entier consacré au statut des dhimmi intitulé Le Statut des tributaires (Akâm ahl al dimma) qui défend aux chrétiens de sonner les cloches ou d’orner leurs églises de croix, entre autres vexations.

A cause de la naïveté d’évêques incompétents en matière d’islamologie, ces traités de charia classiques et incontournables se diffusent avec la bénédiction républicaine et ecclésiastique.

 

Capzzture

 

Capturdde

Capture

Cela ne sera-t-il pas un jour compté pour de la collaboration active, et condamné pour “intelligence avec l’ennemi”?

Prêtre flamand

le père Gaignet, défenseur de tous les croyants
Méchoui Pâques islamo-chrétiennes Angoulème

 

Le père Émile, en pull bleu, et une vingtaine de paroissiens de l’église Saint-Gildas, sont venus prier avec les membres de la communauté turque à la prière du vendredi. © Le Télégramme.

L’article du Télégramme.fr – Pages du Morbihan : “Une vingtaine de paroissiens de l’église Saint-Gildas, dont le père Émile, ont participé, hier, à la prière du vendredi au sein de la communauté turque d’Auray. Un geste plus que symbolique pour mettre à distance toute idée de guerre de religions. « Nous croyons au même Dieu », résume le curé de la paroisse (Quel blasphème !!!). Ils se connaissent suffisamment pour se tutoyer, se voient par intermittence, mais jamais le père Émile Bigumira, curé de la paroisse Saint-Gildas, n’avait mis les pieds dans la salle de prière de l’association des Turcs d’Auray, que préside Yusuf Demir. Et encore moins participé au rassemblement rituel des musulmans le vendredi. Il aura fallu les attentats de Paris du 13 novembre pour l’amener à franchir ce pas. […]

___________________

Le clergé catholique est probablement désorienté par les agissements de François lui-même, qui a autorisé la récitation de lectures du Coran au sein du Vatican lors de la visite de feu le président israélien Shimon Peres et du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Depuis son élection, François a visité de nombreuses maisons de la charia, que sont les mosquées, notamment en Turquie et en République centrafricaine ; il a été également le premier pape à visiter la Grande Mosquée de Rome. Il a déclaré plusieurs fois que la violence islamiste était l’œuvre d’un « petit groupe de fondamentalistes» qui, selon lui, n’ont rien à voir avec l’islam. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’évoque pas la violence islamique, le pape a répondu « si je parle de la violence islamique, je dois parler de la violence catholique », et ce bien qu’il soit difficile trouver des prêtres, des religieuses ou d’autres catholiques qui posent des bombes un peu partout au nom de Jésus-Christ.

Puisque l’État islamique a annoncé son intention de frapper la tombe de Dante en Italie, la basilique Saint-Marc à Venise et la basilique San Petronio de Bologne, coupables de présenter Mahomet en Enfer, selon la Divine Comédie de Dante, est-ce que le clergé de la cathédrale de Florence va ôter le tableau de Domenico di Michelino représentant cette réalité plus que probable ? Déjà Gherush92, l’organisation italienne des droits de l’homme, qui officie auprès des Nations Unies, a déjà demandé que Dante soit retiré des programmes scolaires au nom de sa prétendue « islamophobie »…

Comment ces initiatives interreligieuses pourraient-elles ne pas contribuer à effacer l’héritage occidental chrétien au profit de l’islam ?

Les musulmans ne demandent pas mieux : Pour la première fois depuis  85 ans, ils ont prié à l’intérieur de la basilique Sainte-Sophie à Constantinople, devenue musée en 1935, ne cachant pas leur but de la transformer en mosquée.

_________

Merci de votre contribution pour la mise à jour de cette page…