Mariée à l’âge de six ans, l’âge d’Aïcha lorsque « le Prophète » l’épousa…


« — 15 Un musulman peut non seulement épouser sa propre fille née en dehors de son foyer, mais aussi des fillettes, comme Allah l’établit lorsqu’il traite de la répudiation, établissant que les épouses qui ne sont pas encore pubères sont soumises aux mêmes dispositions que celles qui sont enceintes ou ménopausées (Coran 65.4)… Pour échapper à la honte de ce verset certains musulmans font valoir qu’une chose est le mariage et autre chose sa consommation. Ce verset ne concernerait donc que des épouses impubères vierges. Or, un autre verset traite du délai d’attente en cas de divorce et avant la consommation du mariage (Coran 33.49), en sorte que si un délai d’attente est aussi prescrit en ce cas aux filles impubères, il est alors établi qu’il est non seulement possible d’épouser des fillettes impubères mais encore de les déflorer… Ce qui s’appelle en pratique « imiter le Prophète », parce que ce dernier a lui-même commis cette abomination au témoignage de Aïcha, son épouse préférée : « J’avais six ans lorsque le Prophète m’épousa et neuf ans lorsqu’il eut effectivement des relations sexuelles avec moi. (Bukhari 58.236 ; Muslim 2547) »[1]. Mahomet avait alors 54 ans. Il n’est malheureusement pas rare que, pour tenter d’innocenter leur « Prophète » de pédo-criminalité et justifier leurs propres mariages avec des fillettes, des musulmans avancent qu’une fillette peut avoir ses règles dès l’âge de huit ans… comme si cela suffisait à la rendre mature et libre d’engager sa vie ! C’est ainsi par exemple qu’au Yémen, la loi autorise le mariage des fillettes dès l’âge de neuf ans[2] et que le grand Mufti d’Arabie saoudite pouvait déclarer le 24 avril 2012 : « Nos mères et nos grands-mères se sont mariées quand elles avaient à peine 12 ans. Avec une bonne éducation une fille est prête à remplir toutes les tâches conjugales à cet âge. »[3] Ce vice immonde, encore donc légalement pratiqué ou remis à l’honneur dans nombre de pays musulmans, avait déjà été interdit par les Romains 1200 ans avant la venue de l’islam… Cela ne doit-il pas être compté au nombre des « bienfaits » et du« progrès » apportés par l’islam ? (Extrait de « Interroger l’islam, 1501 questions à poser aux musulmans« ).

[1] Notons la correspondance avec le talmud : « Une petite fille de trois ans et un jour peut être acquise en mariage par coït, en cas de mort de son mari et si elle a un rapport sexuel avec le frère de son mari, elle devient à lui. Une telle fille est considérée comme femme mariée, on peut se rendre coupable d’adultère à son égard (Sanhedrin 55b) » ; « Il est permis de divorcer d’avec votre femme si elle brûle votre dîner, ou si vous voyez une plus jolie fille, même si elle n’a que 3 ans. (Gittin 91a ; Kerithuth, 11a-11b) » ; « Un juif peut épouser une fillette de trois ans et un jour. » (Sanhédrin 55 b) ; « Une relation sexuelle avec un garçon de moins de huit ans n’est pas de la fornication. (Sanhédrin 59b)«  ; « Un juif peut avoir du sexe avec un enfant à condition que l’enfant ait moins de neuf ans. (Sanhédrin 54 b) ».

[2] En septembre 2013, au Yémen, la mort de Rawan, huit ans, par hémorragie vaginale, la nuit de ses « noces » avec un homme de quarante ans son aîné  à qui son père l’avait vendue pour près de 2000 € a, un temps, défrayé la chronique de quelques journaux occidentaux…

[3] Le cheikh marocain Mohamed Ben Abderrahman Al Maghrawi, a publié une fatwa en 2008 autorisant le mariage des fillettes dès l’âge de neuf ans. Grâce à une intervention occidentale et à la médiatisation internationale de son procès, Nojoud Nasser, 8 ans, a osé demander le divorce deux mois après ses noces au motif de mariage forcé par son père et d’abus sexuels par son ex-mari de vingt-deux ans son aîné (Moi Nojoud, 10 ans, divorcée, J’ai lu, 2009). Elle a eu plus de chance qu’Elham Mahdi al-Assi, fillette de 12 ans, originaire du nord-ouest de Sanaa, décédée en raison « d’une hémorragie résultant d’une déchirure vaginale » peu après sa nuit de noces avec un homme de trente ans son aîné ; ou Fawzia Abdallah Youssef, morte en couches à l’âge de 12 ans. Ces exemples, parmi tant d’autres, n’émeuvent pas les Autorités islamiques qui rejettent l’éventualité de modifier l’âge du mariage des fillettes en disant : « Les musulmans doivent rejeter cette décision politique qui porte atteinte à leur Prophète. Nous devons rester libres de nous marier très tôt. » (Ouléma Isâ Al-Qassem). Abd Al-Hamid Al-Ubeidi, expert irakien en loi islamique, estime que les filles musulmanes sont mûres plus rapidement que les occidentales : « Dans des pays froids, comme la Russie, la Biélorussie, la Scandinavie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, une fille ne peut atteindre sa maturité sexuelle avant vingt-deux ans. Chez nous, c’est beaucoup plus tôt à huit ou dix ans. »… Pour mémoire rappelons que l’âge légal du mariage établi par le Parlement de Rouen en 1666 était de vingt ans pour les filles et les garçons… Il a fallu attendre la fameuse libération sexuelle de 1968 pour que le Code Civil abaisse l’âge légal du mariage à 18 ans pour les garçons et 15 ans pour les filles.

____________________

Fawad Ahmady est journaliste à Herat, dans le nord-ouest de l’Afghanistan, une ville proche de la province de Ghor où s’est déroulé le drame. Il a filmé les vidéos ci-dessous, puis les a publiées sur Facebook et dans des médias locaux.

Fawad Ahmady

Il y a environ 40 jours, Gharibgol a été forcée de se Fawad Ahmadymarier au mollah d’Obeh, le village où elle vit avec sa famille.

Son père l’a vendue en échange d’une chèvre, d’un sac de riz, de thé, de sucre, et de quelques litres d’huile cuisson. Après leur mariage, le mollah l’a emmenée à Firozkoh, dans la province de Ghor, vivre dans la maison d’un de ses cousins éloignés. Celui-ci a d’abord pensé qu’elle était sa fille.

Mais il a découvert la réalité lorsqu’il a vu le mollah la déshabiller pour dormir avec elle…. Il a demandé au mollah : « Mais ce n’est pas ta fille ? ». Et il a répondu : « Non, c’est ma femme, son père me l’a donnée ».

Le cousin a alors rapporté l’histoire à un ami, qui a appelé le bureau local des droits des femmes de la province de Ghor, lequel a appelé la police et m’a également prévenu.

Le lendemain, le 31 juillet, la police a arrêté le mollah, puis le père de Gharigbol dans son village. Mais avant qu’ils ne l’embarquent, des femmes du village l’ont pris à partie et l’ont frappé. J’ai pu filmer la scène.

Gharibgol vit désormais avec sa mère, en sécurité dans une maison de Firozkoh. Negineh Khalili, qui dirige le bureau des droits des femmes du Ghor, m’a dit qu’elle ferait de son mieux pour que son père soit déchu de ses droits parentaux, et que Gharibgol puisse obtenir le divorce. Le mollah et elle n’ont été mariés que religieusement, ce qui complique les choses : le juge ne peut pas défaire ce mariage, c’est à un autre imam d’y procéder. Et le divorce reste un sujet très tabou en Afghanistan…

« Ce n’est qu’un exemple des nombreuses violences que subissent les jeunes filles en Afghanistan »

Cette histoire n’est qu’un exemple parmi tant d’autres des violences commises sur les jeunes filles en Afghanistan. La plupart ne sont pas relayées dans les médias. Quelques cas ont néanmoins choqué les Afghans récemment. Par exemple, celui de Zahra, qui a été forcée de se marier à 8 ans. Et celui de Rokshana, 19 ans, qui a été lapidée à mort l’an dernier. Elle avait été mariée avant d’avoir l’âge légal de 16 ans, mais a été accusée d’avoir eu des relations sexuelles avec un garçon de son âge… La vidéo de sa lapidation avait circulé au-delà de l’Afghanistan et choqué le monde entier.

Selon une étude (lien en anglais) du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) de 2011, dans 46,4 % des mariages en Afghanistan, les femmes ont moins de 18 ans. Mais pour beaucoup d’activistes des droits de l’Homme en Afghanistan, cette proportion est bien plus élevée, notamment parce que dans les zones rurales, beaucoup de mariages sont uniquement célébrés religieusement, et ne sont donc pas comptés parmi les statistiques officielles.

Source

Davantage d’infos.

______________________________

Cet imam turc vient de se marier avec cette fillette de 12 ans…

mariage à 12 ans

Pour ceux qui ne veulent pas le croire, renseignez-vous sur les traditions turques : la petite fille porte le voile rouge des jeunes mariées… Le voile rouge représente le papa de la petite qui donne sa fille a un homme…

Imam turc épouse fillette 12 ans

________________________________

Turquie : une avocate qui dénonce les mariages de fillettes est inculpée pour insulte à l’islam

Source

__________________

 

Commentaires à propos de : Mariée à l’âge de six ans, l’âge d’Aïcha lorsque « le Prophète » l’épousa…..


T

MOI NOJOUD, DIX ANS, DIVORCEE, de NOJOUD ALI (2000) est un livre qui raconte a peu près la même histoire, mais au Yemen cette fois.

Laisser un commentaire


Votre courriel ne sera pas visible.