Centenaire du génocide des Arméniens, dignement célébré par les fils de ses auteurs…


Génocide 1915-2015

http://www.editions-des-chavonnes.com/2014/07/la-negation-du-genocide-armenien.html

Capturhe

Le génocide arménien et sa négation par la Turquie

24 avril 2015, le centenaire du génocide arménien

Le 24 avril 1915, à Constantinople (l’actuelle Istanbul), sur ordre des autorités turques alors alliées à l »Allemagne, l’élite arménienne de la capitale ottomane, soupçonnée de complicité avec l’ennemi russe, fut massacrée. On releva 600 morts.

Le premier génocide du XXème siècle, pour reprendre les termes du Pape François, venait de commencer. Il fera, dans les décennies qui suivirent, près de 1 million de morts.

Le 24 avril 2015, nous commémorerons donc un triste centenaire. Pourtant, force est de constater la discrétion sur cet évènement. Certes, en 1915, l’Europe avait les idées ailleurs : du côté de la petite bourgade belge d’Ypres, où les troupes du Kaiser venait de tester sur nos poilus leur nouveau gaz de combat : l’Ypérite ou gaz moutarde. Mais tout de même…

Le petit-père COMBES a décidé de s’interroger sur les raisons pour lesquelles on ne parle (presque) jamais du génocide arménien, de cet évènement majeur du XXèmesiècle qui vit disparaitre, sous les yeux indifférents, presque complices, de nos compatriotes de l’époque, la moitié de la population d’Arménie. Il vous propose donc un résumé factuel de l’histoire du génocide et vous invite à apporter votre pierre à édifice (en insérant un commentaire).

003_1

La genèse de l’idée génocidaire

Au crépuscule de l’empire ottoman

Les Arméniens furent longtemps de simples sujets de l’Empire Ottoman ; cet empire musulman conquérant, qui naquit au XIVème siècle sur les cendres de l’Empire Byzantin et de l’État Seldjoukide, qui avait pris Constantinople à la chrétienté (1453), qui avait assiégé Vienne (1529 et 1683) et qui s’étendait à son apogée :

  • du nord au sud, de la Méditerranée, aux rives de la Mer Noire ;
  • et de l’est à l’ouest, de la Péninsule Arabique, aux portes du Maroc.

Mais en 1915, l’empire ottoman n’était plus que l’ombre de lui-même : l’Afrique du nord était tombée dans l’escarcelle française (1830) et l’Égypte avait été conquise par l’Angleterre. La Grèce (1829) et Chypre s’était libérée et les Russes de Nicolas Ier menaçait les rives de la mer noire (guerre de Crimée (1853-1856)). Le traité de San Stefano du 3 mars 1878 sonna le glas de l’empire ottoman : la Roumanie, le Monténégro et la Serbie gagnèrent leur indépendance et la Russie annexa le delta du Danube. Lorsque la guerre éclata, en 1914, le Kaiser Guillaume II fit son possible pour rallier à sa cause hégémonique ce qui restait de l’empire ottoman. Aussi les Arméniens orthodoxes, toujours sous influence ottomane, furent-ils regardés d’un mauvais œil par le Vizir, car potentiellement alliés à l’ennemi russe. Leur sort ne tenait plus qu’à un fil.

Pourtant, nous allons le voir, le massacre avait déjà commencé depuis longtemps ; depuis que le grand vizir Abdul HAMID, à la fin du XIXème siècle, eut décidé, pour des raisons à la fois religieuses et politiques, d’épurer ses provinces des minorités non-musulmanes.

« Dans le traité qui établit la paix entre la Turquie et les Alliés (Lausanne en 1923), l’histoire cherchera en vain le mot Arménie… » Winston CHURCHILL

Les racines arméniennes

Les Arméniens constituent un peuple indo-européen, dont les racines anciennes se perdraient dans les profondeurs des terres anatolinennes (Turquie) ; on pense que ces racines se ramifieraient quelque part sur la branche occupée par les Hittites, ces premiers habitants du plateau Anatolien, l’actuelle Capadoce en Turquie.

Ils se seraient installés sur le plateau arménien (situé entre la Turquie, la Géorgie et l’Iran), vers le VIème siècle avant Jésus-Christ. Au début du IVème siècle, ils se sont convertis au christianisme, c’est-à-dire avant la France (ou plus exactement le royaume Franc de Clovis), considérée à tort comme « la fille aînée de l’église ».

Si fille aînée il y a, elle est arménienne.

Les Arméniens d’avant-14

Les Arméniens d’avant-guerre (14-18) étaient une communauté formant une sorte d’îlot chrétien inoffensif au milieu d’un océan musulman : l’empire OTTOMAN. Ce dernier, pourtant, voyait dans cette minuscule terre chrétienne, une menace. Elle était en effet un allié potentiel de la Russie orthodoxe.

Les Arméniens étaient plutôt pacifiques ; un peuple modeste de paysans. A intervalles réguliers, ils subissaient les raids dévastateurs de différentes tribus, notamment kurdes qui ravageaient leur territoire en s’emparant de ses maigres richesses.

A partir de 1870, l’empire Ottoman commença à se fissurer.

Ce fut d’abord une première défaite contre le voisin russe (Guerre russo-ottomane de 1877-1878), qui contraint l’Empire défait à accepter les termes du traité de San Stefano qui donnait un mandat aux Russes sur les Balkans. Le Tsar Nicolas Ier se présenta alors comme le garant de la sécurité des Arméniens et ira même jusqu’à proposer leur indépendance !

Pour quelle(s) raison(s) obscure(s), l’Angleterre et surtout la France s’y opposèrent-ils ? La question reste ouverte. En tout état de cause, l’Angleterre mit tout son poids politique pour faire échouer le projet russe… et obtint (en remerciement ?) de la Turquie, l’île de Chypre !

L’Arménie resta turque.

Les Russes engagèrent alors un retrait progressif de leurs troupes d’Arménie.

abdulhamid-ii-1214009631

Abdul HAMID le premier génocidaire

Le grand Vizir Abdul Hamid(1842-1918)

Débarrassé des Russes, le grand Vizir ottoman, Abdul Hamid comprit bien vite que l’Arménie était devenue une proie facile. Il fut l’auteur de la célèbre citation :

 » On supprimera la Question arménienne en supprimant les Arméniens. » Abdul-Hamid II. Seul Jean Jaurès alors se mobilise en déclarant sur les bancs de l’assemblée nationale en 1896 :

« Pas un cri n’est sorti de vos bouches, pas une parole n’est sortie de vos consciences, et vous avez assisté, muets et par conséquent complices, à l’extermination complète. » Jean JAURES.

Massacre industriel

L’Arménie était désarmée et sans allié véritable. Or, elle réclamait l’application du traité de Berlin de 1878, qui prévoyait notamment leur émancipation progressive de la tutelle ottomane. Ce traité avait été voulu par Bismarck, le chancelier allemand de Guillaume II (que l’on voit au centre du tableau de Wermer ci-dessous) et paraphé par le grand Vizir, dont les représentants (dont Mehmed Ali Pacha) figurent à droite sur le même tableau.

Seule l’incertitude portant sur une éventuelle réaction occidentale freinait encore les ardeurs génocidaires du grand Vizir.

Il fallait donc « tester » la France et l’Angleterre, trouver un prétexte pour envoyer des militaires sur place.

Le prétexte, il le trouva lorsque des tribus nomades, probablement kurdes, lancèrent un nouveau raid sur l’Arménie. Le grand Vizir envoya ses premiers contingents.

Comme prévu, les réactions européennes furent surtout diplomatiques (Hitler reprendra avec succès l’idée pour envahir les Sudètes !), laissant les mains libres au grand Vizir pour donner la première impulsion au génocide.

Le Grand Vizir ne se limita pas à l’Arménie ; il invita ses milices à poursuivre l’œuvre génocidaire au cœur de Constantinople où résidait une forte communauté arménienne. Seuls les yeux inquisiteurs de quelques observateurs européens présents à Constantinople freinèrent  quelque peu le grand Vizir dans ses monstrueuses ambitions.

Génocide arménien

Combien y-eut-il de morts ? On parle de 500 000 ! Peut-être plus…

Les jeunes Turcs (1908-1918)

L’idée génocidaire continua à prospérer dans la tête des élites turques. Fut-ce pour préserver le territoire arménien, capital en termes stratégiques, pour des questions d’ordre religieux, par pur racisme ? Un peu tout ça sans doute. L’Arménie, lâchée par ses alliés, tremblait.

Des mouvements de résistance commencèrent à voir le jour, certains politiques, d’autres s’inscrivant dans la lutte armée.

En 1908, une révolution renversa le grand Vizir. Le mouvement des Jeunes Turcs prit le pouvoir à Istambul. Il s’agissait, à l’origine, d’une sorte de secte persécutée, réfugiée dans la clandestinité. Ses revendications étaient assez floues, souvent contradictoires, allant de :

  • l’adoption d’une constitution ;
  • au respect de la tradition musulmane ;
  • en passant par la laïcité et le panturquisme (volonté quasi-raciste de protéger le sang turc et d’étendre son influence).

Ce fut ces Jeunes Turcs qui entraînèrent l’Empire ottoman aux côtés des Empires centraux (Allemagne et Autriche) dans la première guerre mondiale. Les Arméniens, de leur côté, toujours sujets ottomans, refusèrent de combattre leurs frères Russes.

La grande guerre (1914-1918)

1914-1915

Débarrassés de la surveillance gênante des Alliés occupés sur le théâtre européen, les jeunes-Turcs décidèrent de reprendre à leur compte l’oeuvre génocidaire entamée en Arménie par le grand Vizir.

Et tout le monde participa à la fête, les Kurdes étant particulièrement appréciés.

Le 24 avril 1915 (le dimanche rouge)

Cette date du 24 avril 1915 est aujourd’hui considérée comme marquant le début du génocide. Or, nous avons vu qu’il avait déjà commencé depuis longtemps. L’élite arménienne de Constantinople fut raflée par la police turque et emmenée dans des centres de détention où elle fut éliminée. Les jeunes-Turcs ouvrirent ainsi la voie à Hitler en mettant en place les grands principes du génocide à l’échelle industrielle : rafles, déportations, convois et les camps d’extermination. Des conseillers militaires allemands furent d’ailleurs présents sur le sol turc pendant toute la période. Les deux tiers de la population arménienne furent massacrés L’Arménie-russe fut alors le seul échappatoire pour les populations désarmées.

1917 – révolutions russes et révoltes arabes

Au nord, sous l’impulsion de Lénine, la Russie se retira de la guerre (traité de Brest-Litovsk de 1917). Les Turcs en profitèrent pour chasser encore de l’Arménien, notamment dans leur dernier refuge : l’Arménie-russe.

Heureusement, dans les provinces du sud, les premières révoltes arabes mobilisèrent bientôt toute l’attention ottomane : l’empire Ottoman était vu par les Alliés, et notamment par les Anglais, comme le maillon faible de l’Axe. Ces derniers décidèrent alors d’agiter les tribus arabes de la péninsule arabique asservies depuis le XVIe siècle par les Ottomans. Les victoires arabes s’enchaînèrent grâce à l’héroïsme de Lawrence d’Arabie qui libéra, outre l’Arabie, la Jordanie, la Syrie et l’Irak du joug ottoman. L’empire ottoman était réduit dans ses frontières turques et mis en sommeil son projet génocidaire.

L’après guerre

1918-1920.

Les accords secrets de SYKES-PICOT (1916), puis le traité de Sèvres (1920), permirent aux Alliés de redessiner à leur avantage la carte du Moyen-orient, en traçant des lignes entre l’Irak, l’Iran, la Syrie… 

Les Kurdes furent ainsi dispersés entre la Turquie, l’Irak et la Syrie. L’empire OTTOMAN, qui avait (mal) choisi son camp, se retrouvait dans celui des vaincus. Le traité de Sèvres organisa son démembrement. Il donnait enfin naissance à l’Arménie! Les génocidaires de 1915 eurent droit à leur procès (une sorte de Nuremberg avant l’heure), mais la plupart se réfugièrent en Allemagne et échappèrent ainsi à leur sentence.

Le père des Turcs (Atatürk), Mustapha KEMAL (1881-1938)

Lénine rendit alors service aux Turcs : alors que la Turquie était clairement dans le camps des vaincus, le péril rouge la fit lentement glisser dans celui des vainqueurs, alliés contre le communisme… Un personnage essentiel fit alors son apparition sur la scène européenne qui changea le destin de tout un peuple :  Amoureux de la culture française, Mustafa Kemal, dit Atatürk, arriva au pouvoir avec des idées modernes… Il engagea son pays sur le chemin de la laïcité, initiative originale et encore aujourd’hui inédite dans un pays musulman.

Il est toutefois moins connu par son côté obscur qui consista à continuer l’oeuvre du grand Vizir.

On peut au passage féliciter les Français qui créèrent, en 1919, une enclave en Cilicie où 150 000 Arméniens trouvèrent refuge.

Octobre 1920 – réduction de l’enclave de Cilicie

Mustapha Kemal n’accepta jamais l’initiative française considérée à ses yeux comme de l’ingérence : l’attaque des troupes Kemalistes contre la ville sicilienne de Marash, en janvier 1920, sonna le glas des derniers espoirs des survivants de l’enclave. Les derniers retranchements (Hadjin) résistèrent sept mois, mais furent réduits en octobre 1920 à 500 résistants qui finirent par quitter la ville incendiée par les Turcs.

Octobre 1921 – les derniers chapitres

En octobre 1921, les Français acceptèrent d’évacuer la ville. Pendant ce temps, les forces nationalistes turques déclarèrent la guerre à la toute jeune République d’Arménie. Sur instructions secrètes d’Ankara, il fut ordonné la complète annihilation des Arméniens. Les populations furent déportées. La ville de Kars et ses environs furent annexés à la Turquie.

Les derniers chapitres arméniens d’Anatolie furent écrits à Izmir, lorsque les forces Kemalistes repoussèrent les armées grecques et entrèrent dans la ville en septembre 1922. Un incendie se déclencha dans le quartier arménien, repoussant les populations vers le rivage : la dernière solution fut l’exil. Ils laissèrent sur place tous leurs biens.

Mustafa Kemal acheva ainsi le travail commencé par le grand Vizir (1878) puis les Jeunes-Turcs dès 1915.

La montée du nazisme

En 1933, Hitler fut nommé chancelier par le vieux Maréchal Hindenburg et commença à déstabiliser les équilibres européens. En 1936, Kemal pressa la France de rendre le district méditerranéen d’Alexandrette qui comprenait 23 000 Arméniens. La France avait la tête ailleurs : les blindés de Guderian étaient déjà massés derrière la ligne MAGINOT. La France accepta et Kemal envoya ses troupes en 1938 pour nettoyer l’enclave.

Il mourut cette même année. Mais pas sans avoir déclenché cet exode final, qui continua jusqu’en 1939. Les Arméniens partirent vers la Syrie et le Liban toujours sous mandat français (Traité de Sèvre).

La négation turque

Malgré les évidences, les témoignages, les minutes des procès des génocidaires, la Turquie nie, et nie encore ses actes criminels. On parle abondamment de la Shoah et à juste titre. Rares sont les émissions, les livres, les engagement politiques, les condamnations officielles du génocide arménien, le premier du XXème siècle, celui qui ouvrit la voie à d’autres génocides. La Shoah ferait-elle de l’ombre aux Arméniens ?

Et puis, il y a la personnalité de Kemal. Ce fut comme si, de sa biographie, on biffa toute référence à son intervention en Arménie, comme si on ne devait retenir que le laïc passionné par les écrits de Voltaire, le visionnaire, celui qui fit sortir la Turquie de l’obscurantisme…

Il est temps de regarder l’histoire en face. Le petit Père COMBES sera toujours là pour vous y aider.

 

Video : le génocide arménien

Génocide-arménienGénocide arménien

La reconnaissance de la complicité allemande

L’Allemagne reconnait enfin sa responsabilité : l’Allemagne, par la voix de son président Joachim Gauck, a reconnu jeudi 23 avril au soir le « génocide » des Arméniens, soulignant « une coresponsabilité, et même, potentiellement, une complicité » allemande dans ce crime.

« Nous devons également, nous Allemands, faire notre travail de mémoire », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie religieuse à Berlin, à la veille des commémorations officielles du centenaire des massacres perpétrés par les Turcs ottomans, qui ont fait 1,5 millions de victimes entre 1915 et 1917.

Évitant de stigmatiser la Turquie, M. Gauck, un ancien pasteur de RDA, a insisté sur les responsabilités allemandes, dans son discours prononcé lors d’une cérémonie œcuménique dans la cathédrale protestante de Berlin. Des militaires allemands « ont participé à la planification et pour une part à la mise en place des déportations »d’Arméniens, a-t-il relevé. « Des informations d’observateurs et de diplomates allemands qui ont clairement établi la volonté d’extermination contre les Arméniens ont été ignorées » car le Reich allemand, allié à l’empire ottoman, « ne voulait pas compromettre ses relations » avec lui.

Source

http://riposte-nationale.xooit.fr/t162-LE-GENOCIDE-ARMENIEN.htm

http://denisdonikian.blog.lemonde.fr/2009/04/

Capture

Si la Turquie nie le génocide arménien de 1915, c’est (aussi) pour cacher celui de 1895 et celui des Chrétiens syriaques

PUBLIÉ PAR HERVÉ ROUBAIX LE 23 DÉCEMBRE 2015
 

Screen Shot 2013-10-30 at 21.52.38 PM

Le génocide arménien est le premier génocide du 20e siècle. Mais en 1895, les musulmans turcs firent un autre génocide arménien. Et en 1915, il massacrèrent 700 000 Chrétiens syriaques, qui fait l’objet d’un autre article.

« Pendant des siècles, les Turcs ont simplement vécu comme des parasites sur le dos de ce peuple occupé et industrieux. Ils leur ont imposé une extinction économique, ont volé leurs plus belles filles pour les emmener de force dans leurs harems, ont pris les nourrissons chrétiens de sexe masculin par centaines de milles pour en faire des soldats musulmans. Je n’ai pas l’intention de décrire la terrible vassalité et l’oppression qui a duré cinq siècles. Mon but est simplement de souligner cette attitude innée du Turc musulman envers les personnes qui ne sont pas de leur propre race et religion, à savoir qu’ils ne sont pas des êtres humains mais simplement des esclaves autorisés à vivre quand ils présentent un intérêt pour leurs maîtres, ou qui peuvent être détruit sans pitié quand ils ont cessé d’être utile. Cette attitude est renforcée par un mépris total pour la vie humaine, et un plaisir intense à infliger la souffrance physique, ce qui n’est pas inhabituel chez les peuples primitifs. » – (Henry Morgenthau, ambassadeur américain à Constantinople de 1913 à 1916)

En tout, deux millions d’Arméniens furent soit déplacés de leurs terres ancestrales, soit éliminés, un peu comme les Européens le souhaitent aux Juifs de Palestine aujourd’hui.

Pour cela, les Musulmans turcs ottomans, qui ne toléraient pas les chrétiens – rien n’est nouveau – organisèrent un génocide pour se débarrasser des arméniens et des grecs. C’est ainsi que 1.5 millions de personnes perdirent la vie entre 1915 et 23, pendant et après la première guerre mondiale.

C’est ce génocide dont les turcs nient aujourd’hui l’existence (ils ne l’ont pas toujours nié).

Entre 1894 et 1896, environ 300 000 à 400 000 habitants de villages chrétiens arméniens furent massacrés

Mais avant cela, entre 1894 et 1896, environ 300 000 à 400 000 habitants de villages chrétiens arméniens furent massacrés lors de pogroms organisés par les régiments spéciaux du sultan Abdul-Hamid II, aussi connu sous le nom de « sultan rouge » pour les massacres qu’il commit contre cette population ottomane arménienne.

Le pire de ces massacres eu lieu en 1895

300 000 civils, principalement des hommes, furent sauvagement, islamiquement, abattus. Il faut dire que les chrétiens arméniens étaient de loin les plus éduqués, les plus riches du vieil Empire turc, mais aussi ceux que l’on nommait – déjà – les infidèles, les non croyants en l’islam.

Les massacres étaient -officiellement du moins- destinés à saper le sentiment nationaliste arménien en effrayant les Arméniens. Le sultan Abdul-Hamid II était effrayé par  la vivacité de l’activité des groupes politiques arméniens, et voulait freiner leur croissance avant qu’ils n’acquièrent une plus grande influence en répandant des idées sur les droits civiques et à l’autonomie. Cependant, selon les historiens, il n’envisageait pas comme ses successeurs, les Jeunes Turcs, de faire disparaître les Arméniens en tant que peuple.

Le témoignage de Vilbert, Shipley et Prjevalsky, représentants la France, l’Angleterre et la Russie, contredit totalement la thèse du massacre non génocidaire :

« Nous, Messieurs Vilbert, Shipley et Prjevalsky, représentants la France, l’Angleterre et la Russie, avons acquis la conviction, et sommes arrivés à la conclusion, en fonctions des preuves qui nous ont été présentées, que les Arméniens ont été massacrés sans distinction d’âge ou de sexe, et que, en fait, pendant une période de trois semaines, entre le 12 août et le 4 septembre, il n’est pas exagéré de dire que les Arméniens furent absolument chassés comme des bêtes sauvages, furent tués là où ils étaient trouvés, et si le massacre n’a pas été plus important, c’est, je pense, uniquement du à l’étendue des montagnes de cette région, qui a permis à la population de se disséminer et de s’échapper plus facilement.

En fait, et parlant avec un plein sens de mes responsabilités, je suis contraint d’admettre que s’est imposée à moi la conviction que ce n’était pas tellement la capture de l’agitateur Mourad, ou la répression d’une pseudo-révolte, qui étaient recherchées par les autorités turques, mais l’extermination pure et simple du Ghelieguzan et du Talori” (in Les massacres arméniens où le sabre de Mohammed et Les atrocités arméniennes)

Le Président américain Grover Cleveland écrit, le 2 décembre 1895 lors de son message au Congrès :

« Des événements en Turquie ont continué à provoquer l’inquiétude. Les rapports sur les massacres de Chrétiens en Arménie, et le développement, là et dans d’autres régions, dans l’esprit d’une hostilité fanatique contre l’influence chrétienne, entraîne une peur naturelle (baptisée depuis islamophobie), pour la sécurité d’hommes et de femmes dévots, appartenant à des sociétés de missionnaires américains à l’étranger, et qui résident en Turquie sous la garantie de la loi et des usages pour la pratique légitime de leur mission éducative et religieuse ».

Lorsqu’en 1896, les américains menacèrent le sultan Abdul-Hamid II afin qu’il cesse la “persécution” des Arméniens, ce dernier, dans sa réponse, fit comme son successeur Erdogan aujourd’hui : il nia toute persécution d’Arméniens, mais déclara que l’Empire Ottoman avait reçu des milliers de réfugiés musulmans qui avaient fui l’oppression de la Bulgarie et de la Russie chrétiennes.

C’est ainsi que les Turcs créèrent « la Turquie pour les Turcs ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

Captupre

Captupre

 Ces photos ont été prises à l’été 1915 par un journaliste allemand

Des mères Arméniennes « nues » portant leurs enfants ont été crucifiées à mort par des soldats turcs à l’époque de l’Empire ottoman ISLAMIQUE dans le désert de Deir al-Zour Syrie
le massacre des Arméniens
A coûté la vie de deux millions d’innocents
Et à ce jour, la Turquie persiste pour ne pas reconnaître ces crimes !
L’ISLAM EST UNE RELIGION DE PAIX !

armenian-genocide-02-jpg

 

Commentaires à propos de : Centenaire du génocide des Arméniens, dignement célébré par les fils de ses auteurs…..


serge

Dans la série ;  » Qui n’en veut ?  »

Comment faire accepter l’entrée de la Turquie dans l’Europe aux Européens ?

Petite leçon ;

Le 15 Juillet 2016 ; tentative de coup d’état !
Le président Turc par un simulacre de transmission par téléphone portable appelle la population à descendre dans la rue pour sauver la démocratie !

Le 16 Juillet 2016 ; Des milliers de turcs sont arrêtés ! le Président Turc demande le rétablissement de la peine de mort !

Le 17 Juillet 2016 ; Des responsables Européens menacent la Turquie de cesser toutes discutions sur son entrée dans l’Europe si la peine de mort est rétablie .

Il est fort à parier que le Président Turc va faire monter les enchères sur le rétablissement de la peine de mort pour des milliers d’opposants et de putschistes .

Pour finalement commuer leur peine en années de prison .

Ce qui lui viendra à dire à l’Europe ;

“ Voyez , nous avons sauvé la démocratie et nous avons renoncé au rétablissement de la peine de mort . Vous , Européens , vous ne pouvez plus nous refuser notre adhésion à l’Union Européenne ! “

Et le tour est joué !

Vladimir , au secours !

serge

Décidément , l’actualité nous prend de vitesse !
Que de sujets en perspective pour l’Abbé !

Après l’épisode (qui sera vite oublié des Français, comme les autres ) de ;  » Plus Belle la Vie à Nice  » le 14 ,
…. le 15 , qui veut faire rentrer les Turques dans l’Europe ?
Comme dirait l’autre ;  » Qui n’en veut ?  »

Les Britanniques ne doivent pas regretter leur vote de la semaine dernière !

Damien 1er

Gautron nous fatigue ! Il ne comprendra jamais qu’il n’est pas interdit d’agir intelligemment, selon le mot de Jésus Lui-Même : soyez rusés comme le renard et candides comme la colombe.
Si les papes devaient parler comme les y invite Gautron on est parti pour une nouvelle guerre de religion dont les Chrétiens seront les seuls à faire les frais, étant donné que les pays de culture chrétienne non seulement ont renié leur foi mais ils sont aussi totalement indifférents à leur sort, on ne le voit que trop ( cf. l’ineffable Hollande qui a le plus grand mal à prononcer le mot « chrétiens » quand il se sent OBLIGÉ de dire quelque chose pour condamner leurs massacres ).
Dire que les muzz adorent le même Dieu d’Abraham que nous, Dieu Unique, n’est pas faux ou alors il faut mettre les Juifs dans le même sac qu’eux ! ( Jésus a dit à la Samaritaine : vous ,vous adorez ce que vous ne connaissez pas, nous nous adorons ce que nous connaissons. On peut en dire autant des Muzz sans dénier qu’ils adorent un Dieu Unique). Je pourrai développer davantage ce que j’affirme ( et que les gens sensés ne peuvent réfuter, mais avec Gautron c’est inutile, j’en suis découragé d’avance ). Je suis sûr que notre ami est sédévacantiste, ou alors c’est tout comme.
Concernant Atatürk, il était athée et disait que Mahomet était un obsédé sexuel. Il a agi en tant que nationaliste et non comme musulman en chassant les Grecs d’Anatolie, et c’est lui qui a fait un musée de la Basilique Ste Sophie alors qu’elle avait servi de mosquée après la prise de Constantinople.

GAUTRON

@ Damien

Les muzz ,comme vous dites adorent un dieu qui n’est plus le Dieu d’Abraham ,ils en adorent un autre ,celui qui par ses écritures leur commande :
* de tuer les infidèles
* de lapider la femme adultère
* de couper la main des voleurs
* d’arracher la langue des menteurs
* de fouetter les blasphémateurs
* de mettre en servitude les non musulmans
* de conquérir le monde par l’épée
ET ILS OSENT APPELER CE DIEU LE TOUT PUISSANT LE MISERICORDIEUX

Le Dieu d’Abraham lui avait promis un MESSIE qui naitrait de son sang ,de sa race ,et ce Messie est arrivé en la personne de Jésus Christ qui a dit aux juifs qui ne croyaient pas en lui : « avant qu’Abraham
ne soit ,je fus « .

Jésus contrairement à ce qu’enseigne le coran nous dit : » qui se sert de l’épée périra par l’épée ,si on te frappe sur la joue gauche tends la droite,aimez vous les uns les autres » .

Le Dieu d’Abraham et jésus ne font qu’un et il est impossible d’adorer l’un et renier l’autre .

Les muzz se réclament d’Abraham et renient Jésus (tout au plus en parlent ils comme étant un prophète mais jamais comme étant Dieu)

Les Juifs n’ont pas reconnu Jésus le Messie qui leur était promis et l’ont mis à mort . Dans leurs écritures tout juste parlent ils de Jésus comme un agitateur et un imposteur ( cf Flavius Joseph) .
De nos jours les Juifs persistent et ne le reconnaissent toujours pas comme étant Dieu .
En septembre 2014 les rabbins ont demandé des prières à tous les Juifs pour demander à leur dieu de bien vouloir hâter la venue du messie qu’ils attendent toujours .

Je souscris entièrement à ce que dit l’abbé Pagès :  » APRES LE CHRIST NE PEUT VENIR QUE L’ANTECHRIST  »

L’antéchrist c’est qui … ??? sinon celui ou ceux qui sont contre le Christ ,donc le diable et ceux qui sont avec lui .

Jésus a dit :  » qui n’est pas avec moi est contre moi  » « je suis la voie la vérité et la vie  »

Mahomet qui est venu après le Christ est antéchrist et les Juifs qui attendent avec impatience leur messie ,attendent en fait avec impatience l’antéchrist .

Dire qu’avec les muzz et les Juifs nous adorons le Dieu unique, est une pure hérésie .

Juifs et musulmans n’adorent pas Jésus il ne peuvent donc pas adorer Dieu ,ils adorent le diable .

Qu’en disant cela ça provoque la guerre … soit ! … mais en refusant de convertir Juifs et muzz nous laissons s’installer leurs erreurs doctrinales qui ne peuvent que conduire à la guerre et à l’esclavage .

Et de plus en disant que nous avons le même Dieu que les Juifs et les muzz nous renions le Christ comme seul vrai Dieu ,et que croyez vous que nous méritions pour le prix de ce péché : LA GUERRE ET L’ESCLAVAGE

Vous choisissez le déshonneur pour éviter la guerre ,vous obtiendrez et la guerre et le déshonneur .

serge

Damien 1 er ,
D’accord à peu près sur tout !
Je ne connaissais pas la secte des  » Sédévacantistes  » .
https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9d%C3%A9vacantisme ( Wikipédia )

A la lecture de Wikipédia c’est sûr Gautron en fait partie sur toute la ligne !
Je découvre ce qu’il est et ce que c’est !

Sa dernière intervention ci dessous enfonce un peu plus le clou !
Il y a de quoi le reprendre à chaque lignes !

Et puis Zut ! On va le compter dans les  » Pertes et Profits  » !

GAUTRON

@ ALAIN
Et d’après vous qui a rompu cette unité ???
Si ce n’est le concile qui s’est assis sur la vérité enseignée pendant 20 siècles pour en proposer une autre

Un seul Seigneur c’est qui d’après vous …. ???
ALLAH ??? BOUDDHA ??? LE MESSIE QU’ATTENDENT ENCORE LES JUIFS ???

Toutes les religions adorent elles le Christ comme seul Seigneur ???

Peut on adorer Dieu le Père sans adorer Dieu le Fils ???

Vous qui semblez avoir des choses à dire … expliquez moi !!!

serge

Je vous ai répondu Amen pour mettre un terme à notre conversation qui tourne en rond et qui commence à saouler pas mal de monde !
Et pas pour approuver que nous avons le même Dieu , l’un étant Dieu et l’autre Allah ! ça n’a rien à voir et vous ne le comprenez pas !
Allez voir votre évêque !
Même l’Abbé ne veut plus vous répondre !
Quand à subir un exorcisme , on peut s’y rendre à deux si vous voulez , je prierai pour vous pendant que ça se passe !

GAUTRON

Vous ne comprenez jamais rien .

Ce n’est pas moi qui dit que nous avons le même Dieu que les musulmans .

C’est le CEC , nostra aetate et Jean Paul II QUI LE DISENT :

 » LES MUSULMANS ADORENT AVEC NOUS (les catholiques) LE DIEU UNIQUE ET MISERICORDIEUX  »

AMEN c’est pas mettre un terme ,c’est une ACCEPTATION !!!

AMEN est traduit par AINSI SOIT IL ,qui signifie : QU’IL EN SOIT AINSI !!!

serge

Re- belote !

Ce n’est pas moi qui ne comprends pas , c’est vous, puisque vous êtes en rébellion permanente contre l’Eglise .

Ce que vous dites est une nouvelle fois faux et archi-faux .

Vous dites que ;  » Ce n’est pas moi qui dit que nous avons le même Dieu que les musulmans . »

l’Eglise n’a jamais dit que nous avions le même Dieu que les musulmans ! Trouvez moi le texte ? Je ne l’ai jamais entendu d’un prêtre , d’un évêque ou d’un pape , ni compris dans le CEC !

Que dit l’Eglise ? :

CEC 841 Les relations de l’Église avec les musulmans.
 » Le dessein de salut enveloppe également ceux qui reconnaissent le Créateur, en tout premier lieu les musulmans qui, en déclarant qu’ils gardent la foi d’Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, juge des hommes au dernier jour  » (LG 16 ; cf. NA 3).

Bis ; “ les musulmans qui, en déclarant qu’ils gardent la foi d’Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, juge des hommes au dernier jour  » (LG 16 ; cf. NA 3). “

Ce n’est pas la même chose !

Il faut placer cela dans le contexte et je vous conseille une nouvelle fois de lire le CEC dans son intégralité pour comprendre le raisonnement de l’Eglise , et celui de l’Abbé ;

“ Et en disant cela je ne dis pas qu’il ne peut pas y avoir des personnes miséricordieuses en islam, mais que si certaines le sont, cela ne doit jamais être mis au compte de l’islam, mais attribué seulement à la bonté de notre nature humaine, créée bonne par Dieu qui fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes, et lever le soleil sur les bons et sur les mauvais, en sorte que ces personnes ne sont pas miséricordieuses à cause de l’islam, mais toujours en dépit de l’islam, lequel leur enseigne à dire à la suite d’Abraham (3.67) à l’adresse de tout non-musulman : « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul ! (Coran 60.4) ».

Notez bien ; “…… les musulmans qui, en déclarant qu’ils gardent la foi d’Abraham, adorent avec nous le Dieu unique……” CEC.
“…….lequel leur enseigne à dire à la suite d’Abraham (3.67) à l’adresse de tout non-musulman : « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul ! (Coran 60.4) ».” Abbé Pagès .

En premier lieu vous avez ;
“ ceux qui déclarent GARDER la foi d’Abraham “
et en deuxième lieu ;
“ Le coran enseigné A LA SUITE d’Abraham “ ! vous voyez la nuance ?

Vous avez beaucoup de musulmans honnêtes qui prient le Dieu unique et miséricordieux et qui gardent la foi d’Abraham et qui rejettent les horreurs du coran , comme sans doute Adam qui est intervenu il y a quelques jours ,ils sont nombreux à n’avoir jamais rien connu d’autre que l’islam, eux prient le Dieu qui leur semble bon !

Comme St Paul qui est tombé lors d’un de ses voyages sur ceux qui priaient le Dieu inconnu ! Beaucoup de bons musulmans prient Allah mais en réalité ils prient le Dieu inconnu pour eux , sans le savoir .
( Inconnu pour eux , nous nous savons qui Il est ! )
Et ensuite vous avez tous les autres débiles qui suivent le coran à la lettre et mettent en pratique ce qu’à enseigné Mahomet et compagnie ! Nous ne prions pas dans ce cas avec eux le Dieu unique , miséricordieux ,juge des hommes au dernier jour !

Dieu fait la différence , l’Eglise et l’Abbé aussi !
Vous vous avez du mal !
Ce qu’il y a de bon chez les musulmans ne vient pas d’Allah mais de Dieu .
Quand un musulman prie d’un coeur sincère et plein d’amour il prie Dieu et non Allah ! mais ça il faut leur faire comprendre et l’Abbé s’en charge très bien !

Vous avez compris Gautron ?

GAUTRON

@ Serge

Garder la foi d’Abraham est un affront au Christ ,Abraham c’était l’ancienne alliance qui se manifestait par le sacrifices des boucs et des taureaux .

Si garder l’ancienne alliance avec la foi d’Abraham était encore agréable à Dieu , MAIS QUE SERAIT DONC VENU FAIRE JESUS SUR CETTE TERRE … ??? nous dire bonjour… ??? comment ça va … ??? continuez comme ça … ??? ( comme tout ce qu’a fait JP II dans tous ses voyages )

Jésus est venu apporter au monde la nouvelle alliance qui se manifeste par son sacrifice à Lui ,auquel il nous demande de participer en mangeant son corps et en buvant son sang , » le sang de l’alliance NOUVELLE et éternelle (versé pour nous) »
et en ajoutant que ceux qui boivent son sang et mangent son corps VIVRONT ETERNELLEMENT (iront au paradis).

Ce qui veut dire que ceux qui ne boivent pas son sang et ne mangent pas sa chair n’iront pas au paradis .

Ce qui veut dire que tous ceux qui ne reconnaissent pas Jésus comme étant le seul Dieu ,ne pourront pas aller au paradis (qui n’est pas avec moi est contre moi).

Dire comme le nouveau catéchisme que :  » les musulmans qui gardent la foi d’Abraham adorent le Dieu unique avec les catholiques  » EST UNE IMPOSTURE ET UN AFFRONT AU CHRIST .

Contrairement à ce que vous affirmez il n’y a pas de nuances et c’est ce que l’Eglise a toujours affirmé pendant 20 siècles jusqu’à ce concile égout collecteur de toutes les hérésies qui circulaient sous le manteau et qui maintenant ont pignon sur rue et dont vous êtes un ardent défenseur .

serge

C’est votre point de vue , je le respecte !

Amen!

( Je dis Amen pour clore le débat , et non pour vous approuver !)

GAUTRON

@ Serge
Ce n’est pas mon point de vue c’est le point de vue de l’Eglise d’avant le concile .

Ce concile qui a mis l’Eglise en déroute ,ce concile qui a fait passer les pratiquants de 47% à 3,5% actuellement en France .

Ce concile qui par ses conséquences nous donne un François qui ces jours ci encore délire totalement en demandant pardon de l’opprobre que l’Eglise a causé aux homosexuels .

Vous défendez l’indéfendable !!!

alain

@GAUTRON .

Pourquoi l’Eglise fête-elle la solennité des saints Pierre et Paul, ou comment la Vérité se révèle-t-elle ici-bas par le paradoxe ? ( Islam et Vérité ) .

……/……
L’hérésie consiste à choisir une vérité au détriment d’une autre : la justice sans la miséricorde, ou l’inverse, l’austérité sans le sourire, la foi sans la piété, la prédestination sans le libre arbitre, etc… Les hérétiques sont ceux qui choisissent, ceux qui ne veulent pas « le Tout », ceux qui ne veulent pas être catholiques… Aussi vrai cependant qu’ « il n’y a qu’un Corps et qu’un Esprit, comme il n’y a qu’une espérance, un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et en tous. (Ep 4.4-6) », il ne saurait y avoir de salut possible en dehors de l’unité catholique…../…..

Voilà qui est dit !

GAUTRON

@ Serge
Vous défendez mordicus vôtre CEC qui comme la déclaration nosta aetate,comme Jean Paul II , nous disent que « les catholiques avec les musulmans adorent le Dieu unique  » .

Quand je vous ai démontré que ça voulait dire que « musulmans et catholiques adorent le même Dieu »,
vous avez répondu AMEN ,et maintenant vous revenez sur vôtre acceptation .

Il n’y a vraiment qu’un exorcisme qui puisse vous guérir !!!

GAUTRON

@ Serge
Saül … Saül … pourquoi me persécutes tu ???
Lui demanda le Christ

Saint Paul a eu le choix de continuer ou d’arrêter ses persécutions envers les chrétiens ,il se trouve qu’il décida d’arrêter ,d’autres continuent et ne répondent pas favorablement à la grâce .
Ceux qui répondent favorablement se convertissent au christianisme ,les autres continuent dans leurs fausses religions.

Quand l’Eglise proposait la grâce de la conversion elle était dans l’imitation du Christ ,maintenant elle s’en est détournée en disant que « toutes les religions adorent le Dieu unique et miséricordieux » .

Des St Paul nous ne pouvons plus en avoir puisque l’Eglise a fermé les vannes de la conversion.

Prenez un autre exemple celui là c’est du passé !!!

GAUTRON

@Serge
Si ce que je dis est faux ,démontrez moi pourquoi c’est faux ,ne vous contentez pas de l’affirmer.

En tous cas je remarque qu’en règle générale vous vous attaquez plus à ma personne qu’à ce que je dis , vous avez du mal à avancer des arguments sérieux .

serge

Gautron

Vous dites ;
« Si ce que je dis est faux ,démontrez moi pourquoi c’est faux ,ne vous contentez pas de l’affirmer. »

– J’ai passé des heures à vous expliquer les choses avec les références officielles de l’Eglise :  » le CEC  » que vous dites falsifié !
– Relisez tout nos échanges , je ne vais pas passer mon temps à revenir dessus !

Et aussi;
 » En tous cas je remarque qu’en règle générale vous vous attaquez plus à ma personne qu’à ce que je dis , vous avez du mal à avancer des arguments sérieux .

– En règle générale , je ne m’attaque pas à votre personne relisez nos échanges .
– Mais , après avoir passé un certain temps pour vous expliquer , et avoir usé de patience , malgré votre entêtement et votre endurcissement , je suis bien obligé de poser un constat ! Et d’appeler un chat : un chat !
– Mon cher Gautron vous n’êtes plus dans l’Eglise catholique ! je dirais même que vous êtes contre l’Eglise .
– Relisez vous !
– Allez cracher sur l’Eglise ailleurs !

Si vous contestez ce que je dis , prenez rendez- vous avec votre évêque , faites le point avec lui et reparlons en !
– Je suis tout prêt à accepter ce que vous affirmez si votre évêque vous donne raison !
– ( A c’est vrai ! d’après vous tous les évêques sont communistes et franc maçons ! )

serge

Jésus n’a t-Il pas choisi Paul qui avait la haine des chrétiens ?

Je vous vois bien Gautron en train de réprimander Jésus sur son choix et de lui dire :

 » Non mais , ça va pas Jésus de choisir Paul qui passe son temps à massacrer les chrétiens et vous voulez en faire un disciple ?  » .

A mon avis Gautron , pour vous , Vatican II a commencé là !

Bonne fête de St Pierre et St Paul !

( Pour Adam et nos frères et amis musulmans qui nous lisent , c’est une affaire entre nous dont vous pouvez prendre connaissance !)

GAUTRON

Dans cet article nous pouvons lire que :  » Mustapha Kémal ( Attaturk) acheva ainsi le travail commencé par le grand vizir puis les jeunes turcs dès 1915  »

« Acheva le travail  » ça veut dire qu’il continua l’extermination des arméniens .

Or quand Benoit XVI se rendit en Turquie le 28/11/2006 ,il déposa une gerbe sur la tombe de Mustapha Kémal .

En plus d’être un criminel ,ce Mustapha Kémal était franc maçon ,alcoolique et coureur de jupons ,tout ce qu’il faut sans doute pour mériter une gerbe de la part de Benoit XVI pape de l’Eglise catholique .

Autant déposer une gerbe sur la tombe d’Hitler ou de Staline comme on y est … !!!

QUAND JE VOUS DIS QU’IL SE PASSE DES CHOSES PAS CATHOLIQUES DEPUIS LE CONCILE !!!

serge

Gautron,

Ce site n’est pas un site anti – Eglise catholique , il est tout le contraire .
C’est ce que toutes vos interventions reflètent malgré le soin et l’attention que l’on vous a apporté dans nos réponses depuis des mois .

Ne vous êtes vous pas trompé d’endroit pour vous exprimer ?

GAUTRON

@ Serge
Dénoncer un comportement pas catholique ,d’après vous c’est être ANTI CATHOLIQUE .
Ben … ça … alors … !!!
ça m’en bouche un coin … !!!
Vous êtes inimitable !!!

yves

Gautron n’a jamais un mot de compassion pour les victimes, Jamais. On constate bien son indifférence, inversement proportionnelle à sa haine de l’église, stupéfiante, même pour une sorte de sédévacantiste qui en fait beaucoup trop pour en être un.

Ou alors il ne passerait pas son temps ici.

GAUTRON

@ Yves
L’article n’est il pas suffisamment éloquent pour en rajouter sur la folie meurtrière des musulmans envers les chrétiens ,et si nous ne voulons pas que ça recommence n’est il pas intéressant de s’attaquer aux causes ???

D’après vous j’aurai « la haine de l’Eglise » … ???

Mais alors … Benoit XVI qui a glorifié Mustapha Kémal (Attaturk) , ce massacreur de chrétiens ,en déposant une gerbe sur sa tombe ,ne faudrait il pas dire qu’il a « la haine des chrétiens « .

C’est devenu une habitude très répandue de nos jours (surtout chez les francs maçons) d’inverser les rôles ,la victime qui dénonce devient le coupable .

serge

Le Pape François prend le risque de s’oser à faire du rentre dedans !
Il nous rappelle Benoit XVI à Ratisbonne et Jean-Paul II avec en son temps le  » Socialo-Communisme  » !

C’est très bien !

Génocide : le pape réjouit les Arméniens et rend furieux les Turcs

AFP – 26.06.2016 – 17:15

Le pape François, avec un lâcher de colombes vers le mont Ararat, a achevé dimanche sa visite en Arménie par un geste de réconciliation en direction de la Turquie, furieuse de son emploi du terme « génocide » pour décrire les massacres de 1915-1916.
Arrivé aux sons de cloches de l’austère sanctuaire de Khor Virap, à quelques kilomètres de la frontière turque, le pontife a d’abord prié puis est sorti sur le belvédère et laissé un oiseau s’envoler en direction de l’imposante montagne au sommet enneigé couronné de nuages.

Visiblement ému, il a ensuite donné l’accolade au Catholikos Karékine II, chef de l’Eglise apostolique arménienne, qui a relâché une autre colombe.

Au pied du mont Ararat, où se serait posé selon la tradition orale l’Arche de Noé et aujourd’hui en territoire turc, le pape a choisi un lieu symbolique pour conclure sa visite. Il a décollé peu après pour Rome.

Le quatorzième voyage du pontife à l’étranger aura été tout au long de ses trois jours dominé par la mémoire des tueries qui ont fait selon les Arméniens 1,5 million de morts sous l’Empire Ottoman.

En ajoutant dès son arrivée vendredi le mot fatidique de « génocide » à un discours où il n’était pas prévu, François a réjoui les Arméniens mais provoqué la colère de la Turquie, bousculant une diplomatie du Saint-Siège prudente au Moyen-Orient.

Cette déclaration est « très malheureuse. Il ne s’agit pas d’une déclaration objective qui soit conforme à la réalité », a réagi le vice-Premier ministre turc Nurettin Canlikli samedi soir, cité par l’agence Anadolu.

« Il est possible de voir toutes les marques et les réflexions caractéristiques de la mentalité des Croisades dans les activités du pape », a ajouté le dirigeant turc.

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a répondu que le pape « ne fait pas de croisades » et n’a « pas prononcé un mot contre le peuple turc ».

François, a-t-il expliqué, s’efforce toujours de « bâtir des ponts au lieu des murs ». Il entend créer des « fondements pour la paix et la réconciliation », a-t-il précisé dans un point de presse, répondant aux questions sur les conséquences de ces propos pour les chrétiens du Moyen Orient et la tension régionale.

La défense des Arméniens est une cause constante du Saint-Siège, depuis Benoît XV qui avait écrit par trois fois au Sultan pendant la première guerre mondiale pour faire cesser les tueries.

– ‘Réconciliation’ –
Avant la visite, tous les signaux envoyés par le Vatican à la presse indiquaient que le pape éviterait d’employer le terme, afin de ne pas créer des tensions supplémentaires au Moyen-Orient et de ne pas mettre en difficulté les nombreux réfugiés chrétiens, notamment en Turquie.

En 2015, Ankara avait rappelé son ambassadeur au Vatican après que le pape eut prononcé le mot dans la basilique Saint-Pierre.

Finalement, le pape a montré une nouvelle fois qu’il préférait la franchise à la prudence recommandée par la Secrétairerie d’Etat.

Pour Jorge Bergoglio, établir la vérité de l’histoire est une base pour toute réconciliation durable et sincère.

Tout en appelant pendant son voyage les Arméniens à défendre leur mémoire collective, il les a exhortés à s’en servir non pour se venger mais au contraire pour mettre fin à la spirale des violences. Sur la principale place d’Erevan samedi soir, il a ainsi évoqué une « effroyable et folle extermination » mais appelé à la « réconciliation entre les peuples arménien et turc ».

Lors de sa visite, le pape a également appelé les Arméniens au dialogue avec les Turcs et les Azerbaïdjanais, alors que le Cathokilos affirmait samedi devant lui que l’Arménie est « victime d’une guerre qui ne dit pas son nom ».

Karékine II parlait du conflit qui oppose depuis un quart de siècle Bakou à Erevan, au sujet du Nagorny Karabakh, région disputée peuplée en grande majorité d’Arméniens où des affrontement meurtriers affrontements ont éclaté au printemps.

Dimanche matin, le pape a plaidé avec insistance, en participant la « Divine liturgie » de l’Eglise apostolique arménienne aux côtés de son chef Karékine II, de « hâter le pas vers la pleine communion » qui tarde entre Rome et les Eglises orientales. Il a voulu rassurer ceux qui craignent une perte d’identité: cette unité « ne doit être ni soumission l’un à l’autre, ni absorption ».

Mickael

Bonjour, j’ai appris beaucoup de choses notamment sur la manière dont la France et la Grande-Bretagne ont dessinés la région du Moyen-Orient au début du XXe siècle.

Cependant, le génocide des arméniens est tout simplement le deuxième génocides du XXe et non le premier. Justement, le premier a été perpétré contre les assyriens en 1914. Forcément, ce génocide est moins connu car la première Guerre Mondiale a éclaté presque au même moment.

Pour finir, il faut savoir que la France reconnait ce génocide et d’ailleurs au Val d’Oise (95), dans la ville de Sarcelles (95200) – ville a forte communauté chaldéenne – le maire de Sarcelles (François Pupponi ) l’a dit et répété que le premier génocide du XXe siècle a souvent tendance a être oublié.

Beaucoup d’historien ont décidés que le premier génocide du XXe siècle est celui des arméniens mais regroupe un petit peu les communauté assyriennes, grecques et chaldéennes) sans dire que ces peuples – malgré leur similitudes – sont bien distincts.

Sinon, pas mal ce passage dans le passé et merci de m’avoir appris certaines choses, j’ajoute que malheureusement, l’état islamique va sûrement finir le travail des turcs, hélas.

Comment croire librement sous la menace de l’enfer ? | France Royaume de Dieu

[…] Marie est apparue au début du siècle passé, en pleine guerre mondiale, et alors que s’achevait le génocide des Arméniens par les Turcs, en un lieu appelé «Fatima », pour y montrer l’enfer, «où les âmes tombent comme des […]

Laisser un commentaire


Votre courriel ne sera pas visible.