Loué soit Jésus-Christ, qui vient naître chez nous
pour que nous puissions renaître chez Lui !

Chers amis,

Comme pour sceller dans le marbre le retour à la barbarie dans laquelle nous nous enfonçons, l’Assemblée Nationale a voté, il y a un mois, à une écrasante majorité, le droit constitutionnel de tuer un être humain innocent … Mais le pire est que, selon un sondage, 58 % des catholiques – pratiquants ! – y sont favorables ! Ces malheureux savent-ils qu’ils sont excommuniés, qu’ils ne peuvent communier au Corps du Christ ? Qui le leur a dit ? Qui le leur a crié ? Que de sacrilèges s’amassent ainsi sur la conscience des membres du clergé ! Et quels châtiments ne mérite pas notre nation ! Ce nouvel épisode d’En marche vers le meilleur des mondes — d’autant meilleur qu’il s’éloigne de l’Ancien, celui que nos Pères avaient construit grâce à la lumière de la foi en Jésus-Christ illuminant leur intelligence et guidant leur volonté — s’accompagne de l’ensauvagement de notre pays au cri de « Allahou akbar ! » Il faut être aveugle pour ne pas voir une corrélation entre cette barbarie de l’Assemblée nationale et celle de la rue. L’Histoire Sainte, écrite pour notre instruction (1 Co 10.11), nous apprend que Dieu punit son peuple de ses fautes, y compris par l’invasion de barbares.

La profession de foi de l’islam : « Pas d’autre divinité qu’Allah et Mahomet est son prophète ! », autrement dit : « Non à la Sainte-Trinité et à Jésus-Christ, Fils de Dieu ! », ou la devise des anarchistes : « Ni Dieu, ni Maître ! », sont des négations, des refus de l’ordre naturel et surnaturel. Pourquoi aujourd’hui, à leur tour, enivrés par la puissance technique, les transhumanistes rejettent-ils l’Évangile de Jésus-Christ, l’existence de Dieu, de l’âme, de la liberté, sinon parce que ces vérités condamnent leur volonté de puissance, de numériser, d’esclavagiser l’humanité ? Tout au long de l’histoire, révolutionnaires et antichrists, ont prétendu conduire l’humanité au paradis, mais n’ont engendré que des malheurs sans nombre, par la négation de la dignité humaine, miraculeusement retrouvée et ressuscitée en Jésus-Christ. Nous croyons aux miracles, et c’est pourquoi nous continuons notre humble labeur au service du Christ, qui vient rendre à chacun selon ses œuvres (Rm 2.6 ; Ap 2.23 ; 22.12).

Un mot au sujet du procès de l’abbé Pagès. Il s’est clos le 29 novembre à la XVIIe Chambre correctionnelle du Tribunal judiciaire de Paris, grâce à la sagacité de maître Jérôme Triomphe, qui a fait valoir un vice de forme dans l’exposé des plaintes à son encontre. L’abbé Pagès n’est content qu’à demi de cette victoire, car elle repose sur la prise en compte de la forme, non du fond de ces plaintes … Il aurait voulu en effet que le jugement rendu en sa faveur fasse jurisprudence pour la liberté d’expression — de l’Église notamment — face à la dictature LGBTQ obligeant désormais avec force lois à tenir la perversion pour la normalité, et vice-versa … Son combat n’est donc pas fini !

Nous vous remercions de l’avoir soutenu par votre prière et votre soutien à la valeureuse association AGRIF qui a pris en charge tous les frais de ce procès.

Ceci dit, nous regrettons que les évêques contactés pour apporter le témoignage de la foi catholique lors de ce procès n’aient pas cru devoir répondre — et avec zèle ! — à ce qui nous semble relever de leur mission de salut public, car, au train où vont les choses, nul doute que la prédication de l’Église devienne bientôt hors la loi … Leur refus nous laisse pantois en comparaison de l’empressement mis par l’épiscopat à se vouloir solidaire de certains péchés jusqu’à vendre les biens de l’Église pour en dédommager les victimes, réelles ou supposées, comme si l’Eglise avait elle-même commandé ces crimes … Mais il est vrai que les dérives au plus hauts niveaux de la hiérarchie en ce domaine pourraient laisser penser qu’il n’y a plus lieu de dénoncer l’homosexualité comme un péché mortel … tandis que tel est le but poursuivi par les associations LGBTQ+ ayant initié ce procès : “… que tout citoyen, quel que soit son âge, son handicap, sa race, ses opinions politiques ou son orientation sexuelle, puisse se sentir inclus et reconnu par toute religion, et notamment la religion catholique” … L’avocat des parties civiles n’a d’ailleurs pas manqué, à l’issue de l’audience, de dire à l’abbé Pagès : “On vous garde dans notre viseur ! On ne vous lâchera pas !” …

Il faut savoir que toutes ces associations de prétendues défenses des droits LGBT engraissent leurs équipes de subventions publiques et d’amendes qu’elles arrivent à obtenir par des procès semblables à celui-ci. Ainsi la Mairie de Paris a-t-elle accordé pour la seule année 2020 pas moins de 382 650 € au lobby LGBT, et la Région Île de France la somme de 2,1 million d’euros !

Si donc ces associations ont prétendu soutirer à l’abbé Pagès jusqu’à 75.000 € par l’instrumentalisation de la Justice, et ce assorti d’une peine d’emprisonnement de trois ans, selon la législation en vigueur, à combien estimer le montant de la dette qu’elles ont ainsi contractée au regard de la Justice qui veut que chacun soit payé de la mesure qu’il a utilisée ?

En ce qui concerne notre œuvre d’évangélisation, ayant achevé la distribution des 30 000 précédents tracts « Qui peut venir après le Christ ? », nous en avons réalisé un nouveau : « Voulez-vous vraiment devenir musulman ? » que vous pouvez nous commander — encore que les frais de port reviennent souvent plus cher que la quantité envoyée — en sorte qu’il peut être plus avantageux de le télécharger et faire imprimer par vos soins. Nous sommes toujours heureux de proposer notre tract d’évangélisation aux musulmans que nous croisons. La plupart l’acceptent. Il est vrai que nous l’offrons avec un grand sourire. Mais combien parmi les amis de islam-et-verite.com se sont fait un devoir d’en faire autant ? Pensent-ils devoir attendre que la France soit devenue un pays à majorité musulmane — ce qui est statistiquement prévu pour 2048 — pour commencer, chacun là où il est, à enrayer, sans peur ni reproche, cette malédiction ? Peut-être ne savent-ils pas que dans un pays réputé aussi tolérant que la Maroc, la Constitution stipule : « La lutte contre le prosélytisme chrétien conformément à la loi ne peut pas être considérée comme une atteinte aux droits de l’homme, car il s’agit d’une action visant à prévenir les tentatives de sape des valeurs religieuses immuables du pays. La liberté de croyance ne signifie pas la conversion à une autre religion. » La Déclaration universelle des droits de l’homme dans l’islam déclare : « Tout homme a le droit d’exprimer librement son opinion pourvu qu’elle ne soit pas en contradiction avec les principes de la charia (art. 22). » Et même si celle-ci a été retouchée en 2004 pour mentionner le droit à la liberté de pensée, de croyance et de religion (art. 30), ce droit ne concerne pas la liberté de quitter l’islam… La loi marocaine interdit ainsi la distribution de documentation religieuse non musulmane, bannit tout prosélytisme, et le Code pénal (n°220) punit, aujourd’hui, le fait d’ébranler la foi d’un musulman de six mois à trois ans de prison et d’une amende de 500 dirhams … L’Algérie le sanctionne de cinq ans de prison et d’une amende de 500 000 à 1 000 000 dinars (depuis mars 2006) … Chaque chrétien devrait se faire un devoir d’avoir toujours sur soi nos tracts pour les laisser en cadeau aux musulmans qu’il rencontre. Bientôt, il ne sera plus temps. Déjà, l’abbé Pagès a vu son compte LinkedIn être fermé, puis cela a été le tour de celui de Twitter, celui de Facebook est une nouvelle fois fermé pour un mois, tandis que celui de YouTube est bridé et que celui de TikTok est en sursis après avoir un temps été suspendu … Il devient de plus en plus difficile de rendre témoignage à la Vérité.

Enfin, permettez-nous de vous recommander la lecture des ouvrages de l’Abbé Pagès “Interroger l’islam” et “La Preuve du Coran ou la fin de l’islam“.

Que la naissance de notre grand Dieu et Sauveur vous comble de joie et d’espérance !

L’équipe de islam-et-verite.com