Travailler le Dimanche


Monsieur le président de la république a voulu augmenter les dérogations au travail dominical, au motif que madame Obama pourrait avoir envie de faire ses courses ce jour là. Et si elle avait envie de faire des courses la nuit, nous faudrait-il aussi travailler la nuit. Que monsieur Sarkozy se fasse dans sa vie privée esclave des caprices du femme c’est son affaire, mais qu’il veuille nous y entrainer est une autre affaire

Etiquettes

Commentaires à propos de : Travailler le Dimanche..


nouveau_kto

Père,

Y a-t-il une liste de ce qu’il est permis/interdit de faire le dimanche?
A -t-on le droit de faire des achats le dimanche si le tenant du magasin n’est pas chrétien?

Abbé Guy Pagès

nouveau_kto,

Voici ce que nous lisons à ce sujet dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique (auquel il faut toujours commencer par se référer et que tout catholique soucieux de vivre réellement sa vie chrétienne se doit d’avoir lu) :

« L’obligation du Dimanche

2180 Le commandement de l’Église détermine et précise la loi du Seigneur :  » Le dimanche et les autres jours de fête de précepte, les fidèles sont tenus par l’obligation de participer à la Messe  » (⇒ CIC, can. 1247).  » Satisfait au précepte de participation à la Messe, qui assiste à la Messe célébrée selon le rite catholique le jour de fête lui-même ou le soir du jour précédent  » (⇒ CIC, can. 1248, § 1).

2181 L’Eucharistie du dimanche fonde et sanctionne toute la pratique chrétienne. C’est pourquoi les fidèles sont obligés de participer à l’Eucharistie les jours de précepte, à moins d’en être excusés pour une raison sérieuse (par exemple la maladie, le soin des nourrissons) ou dispensés par leur pasteur propre (cf. ⇒ CIC, can. 1245). Ceux qui délibérément manquent à cette obligation commettent un péché grave.

2182 La participation à la célébration commune de l’Eucharistie dominicale est un témoignage d’appartenance et de fidélité au Christ et à son Église. Les fidèles attestent par là leur communion dans la foi et la charité. Ils témoignent ensemble de la sainteté de Dieu et de leur espérance du Salut. Ils se réconfortent mutuellement sous la guidance de l’Esprit Saint.

2183  » Si, faute de ministres sacrés, ou pour toute autre cause grave, la participation à la célébration eucharistique est impossible, il est vivement recommandé que les fidèles participent à la liturgie de la Parole s’il y en a une, dans l’église paroissiale ou dans un autre lieu sacré, célébrée selon les dispositions prises par l’évêque diocésain, ou bien s’adonnent à la prière durant un temps convenable, seuls ou en famille, ou, selon l’occasion, en groupe de familles  » (⇒ CIC, can. 1248, § 2).

Jour de grâce et de cessation du travail

2184 Comme Dieu  » se reposa le septième jour après tout le travail qu’il avait fait  » (Gn 2, 2), la vie humaine est rythmée par le travail et le repos. L’institution du Jour du Seigneur contribue à ce que tous jouissent du temps de repos et de loisir suffisant qui leur permette de cultiver leur vie familiale, culturelle, sociale et religieuse (cf. GS 67, § 3).

2185 Pendant le dimanche et les autres jours de fête de précepte, les fidèles s’abstiendront de se livrer à des travaux ou à des activités qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au Jour du Seigneur, la pratique des œuvres de miséricorde et la détente convenable de l’esprit et du corps (cf. ⇒ CIC, can. 1247). Les nécessités familiales ou une grande utilité sociale constituent des excuses légitimes vis-à-vis du précepte du repos dominical. Les fidèles veilleront à ce que de légitimes excuses n’introduisent pas des habitudes préjudiciables à la religion, à la vie de famille et à la santé.

L’amour de la vérité cherche le saint loisir, la nécessité de l’amour accueille le juste travail (S. Augustin, civ. 19, 19).

2186 Que les chrétiens qui disposent de loisirs se rappellent leurs frères qui ont les mêmes besoins et les mêmes droits et ne peuvent se reposer à cause de la pauvreté et de la misère. Le dimanche est traditionnellement consacré par la piété chrétienne aux bonnes œuvres et aux humbles services des malades, des infirmes, des vieillards. Les chrétiens sanctifieront encore le dimanche en donnant à leur famille et à leurs proches le temps et les soins, difficiles à accorder les autres jours de la semaine. Le dimanche est un temps de réflexion, de silence, de culture et de méditation qui favorisent la croissance de la vie intérieure et chrétienne.

2187 Sanctifier les dimanches et jours de fête exige un effort commun. Chaque chrétien doit éviter d’imposer sans nécessité à autrui ce qui l’empêcherait de garder le jour du Seigneur. Quand les coutumes (sport, restaurants, etc.) et les contraintes sociales (services publics, etc.) requièrent de certains un travail dominical, chacun garde la responsabilité d’un temps suffisant de loisir. Les fidèles veilleront, avec tempérance et charité, à éviter les excès et les violences engendrées parfois par des loisirs de masse. Malgré les contraintes économiques, les pouvoirs publics veilleront à assurer aux citoyens un temps destiné au repos et au culte divin. Les employeurs ont une obligation analogue vis-à-vis de leurs employés.

2188 Dans le respect de la liberté religieuse et du bien commun de tous, les chrétiens ont à faire reconnaître les dimanches et jours de fête de l’Église comme des jours fériés légaux. Ils ont à donner à tous un exemple public de prière, de respect et de joie et à défendre leurs traditions comme une contribution précieuse à la vie spirituelle de la société humaine. Si la législation du pays ou d’autres raisons obligent à travailler le dimanche, que ce jour soit néanmoins vécu comme le jour de notre délivrance qui nous fait participer à cette  » réunion de fête « , à cette  » assemblée des premiers-nés qui sont inscrits dans les cieux  » (He 12, 22-23).  »

Si ce texte ne vous donnait pas satisfaction, vous pouvez me contacter à nouveau.

ex-musulman

Père Guy,
Le temps où il est interdit de travailler est-il le dimanche de 00:00 à 23:59 ou bien de samedi soir à dimanche soir?

Merci.

fred

Mon père, j’ai été vraiment choqué de voir des personnes se ruer aux magasins, dimanche dernier. Je suis moi même dans ce cas. J’ai été en poste, aux saint d’une entreprise de transports, se qui veut dire, aussi, travailler le Dimanche. J’ai fini mon contrat, je suis actuellement au chômage, et cette entreprise serait prête à faire appel à moi pour la saison prochaine. Si, je n’arrive pas à trouver un travail qui me permettent de respecter le jour dominical, dois je refuser cet emploi?

Guy Pagès

Non, Fred, si vous n’avez pas d’autre moyen de subsistance, vous ne pouvez pas refuser, encore qu’il vous faille sauvegarder au maximum la possibilité d’aller à la Messe dominicale, qu’elle soit célébrée le samedi soir ou à un autre moment du dimanche. Bon courage !

patrick

Laisser la possibilité d’aller à la messe « dominicale » le SAMEDI ,n’est il pas un commencement de destruction de la vraie sanctification dominicale qui ne peut comme son nom l’indique avoir lieu que le dimanche?

Abbé Guy Pagès

patrick,

Non, la messe anticipée n’est pas contraire à la sanctification du dimanche, aussi vrai que depuis toujours l’Eglise célèbrent les premières vêpres du dimanche ou d’une fête la veille… car pour les Hébreux, le jour commence non à minuit, mais au commencement de la nuit de ce qui est pour nous le jour dit.

Laisser un commentaire


Votre courriel ne sera pas visible.