« … S’ils renient, saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez ! (Coran 4.89) »


« U 22 Un musulman ne peut pas quitter l’islam sans s’exposer à être lynché par ses anciens coreligionnaires, au premier rang desquels ses propres parents ont ce devoir : « … S’ils renient, saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez ! Gardez-vous de prendre parmi eux des amis ou des auxiliaires… (Coran 4.89) » ; « Quiconque se séparera d’Allah et de son apôtre, Allah lui fera éprouver combien il est terrible dans ses châtiments. […] Ce n’est pas vous qui les tuez, c’est Allah. (Coran 8.12-17) » ; « Quiconque a renié Allah après avoir cru ― sauf celui qui y a été contraint ― ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à la mécréance, ceux-là méritent la colère d’Allah et un terrible châtiment. (Coran 16.106 ; 2.217) » ; « J’ai bien entendu l’apôtre d’Allah dire : « Les derniers jours, il apparaîtra de jeunes fous qui diront de belles paroles mais dont la foi n’ira pas au-delà de leur gorge et qui quitteront leur religion comme la flèche sort du jeu. Alors, où que vous en trouviez, tuez-les car celui qui en tuera aura sa récompense le jour de la résurrection.«  (Récit d’Ali, Bukhari 84.64) » ; « Ali fit périr par le feu plusieurs personnes et cette nouvelle parvint à Ibn ‘Abbas, qui dit : « À sa place, je ne les aurais pas brûlées, car le Prophète a dit : Ne punissez pas par la punition d’Allah, mais je les aurais cependant bien tuées, car le Prophète a dit : Si quelqu’un abandonne sa religion, tuez-le. » (Bukhari 4.63,260) »[1]. Le meurtre des apostats, comme le ddjihad lui-même, sont alors considérés comme une prière en acte… Les articles 126 du Code Pénal soudanais et 306 du Code Pénal mauritanien prescrivent la mort de l’apostat et de celui qui invite à quitter l’islam. Le Code pénal adopté à l’unanimité en 1996 par le Conseil des Ministres arabes de la Justice prévoit la mise à mort des apostats[2], sanction que le Conseil des Ulémas marocains n’a abrogée qu’en 2017. Invoquant le Coran (Coran 5.33), les pays musulmans justifient aujourd’hui encore le meurtre de celui qui critique l’islam[3] : « Son sang et ses biens sont licites. (Cheikh jordanien Abu Muhammad al-Maqdisi, 6.09.2005) ». Si le refus de la liberté de conscience et l’atteinte à l’intégrité physique caractérisent une secte et une mafia, faut-il continuer à considérer l’islam comme une religion ?

[1] « Le Prophète d’Allah a dit : « Il n’est pas permis de verser le sang d’un musulman qui témoigne qu’il n’y a d’autre divinité qu’Allah et que je suis l’Envoyé d’Allah, sauf dans ces trois cas : l’époux adultère, le coupable d’un meurtre et l’apostat qui abandonne la communauté musulmane. » » (Sahih de Muslim, 3175).

[2] « Article 163 : L’apostat est puni de la peine de mort s’il est prouvé qu’il a apostasié volontairement et s’y maintient après avoir été invité à se repentir dans un délai de trois jours. Article 164 : Le repentir de l’apostat se réalise par le renoncement à ce qui a constitué sa mécréance; son repentir est inacceptable s’il apostasie plus de deux fois. Article 165 : Tous les actes de l’apostat après son apostasie sont considérés comme nuls de nullité absolue, et tous ses biens acquis par ces actes reviennent à la caisse de l’État. »

[3] Critique toujours nécessairement assimilée à l’insulte. Cf. L’affaire des caricatures de Mahomet.

(Extrait de « Interroger l’islam, 1501 questions à poser aux musulmans).

Persécution-minorités-dans-le-monde-islamique

calvaire-chrétienne-pakistan

Commentaires à propos de : « … S’ils renient, saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez ! (Coran 4.89) »..


anthony fabre

L’islam n’est rien qu’une secte satanique , qui maintient ses adeptes dans un climat de peur et de crainte.
L’islam méprise la femme, en la mettant , pour toute sa vie sous tutelle d’un mari, d’un frère ou d’un cousin.
L’islam permet la polygamie et la répudiation de l’épouse à tout moment.
Un religion digne de ce nom, prone la sagesse, le pardon, la charité et la fraternité entre tous les hommes.
Une religion digne de ce nom ne crée pas de discrimination entre les hommes: « Entre vous et nous , c’est l’inimitié à jamais… »
Une « religion » qui tue ses apostats, ne mérite pas le titre de religion.

L’islam n’est pas une religion, mais une anti-religion.

ernest fortin

Les musulmans veulent nous faire croire que l’assassinat de l’apostat n’est que dans les hadiths de boukhari.
le coran 4:89, nous prouve que ceux qui renient l’islam ( les apostats ) doivent etre tués.
Je suis triste , car beaucoup de musulmans refusent de voir l’évidence: l’islam mène en enfer.
Car il est écrit dans Exode 20:13 : »Tu ne tueras point ».
Seul Jésus-Christ sauve.
-jean 3:16
-marc 16:16
-jean 14:6

Laisser un commentaire


Votre courriel ne sera pas visible.