Reportage sur les bienfaits du Califat à l’égard des femmes


Comment une religion qui présente la fornication comme suprême béatitude pourrait-elle engendrer autre chose que des obsédés sexuels ?

Jésus vécut ici-bas dans la plus parfaite chasteté, comme Sa sainte Mère, tandis que Mahomet reçut le privilège d’avoir autant de femmes qu’il lui plaisait : « Ô Prophète ! Nous t’avons permis tes épouses à qui tu as donné leurs salaires, ce que ta main droite possède de ce qu’Allah t’attribue [tes esclaves !], les filles de ton oncle paternel, les filles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel et les filles de tes tantes maternelles qui avaient émigré avec toi et [toute] femme croyante si elle se donne au Prophète, si le Prophète veut l’épouser. [Ceci est] voué [seulement] à toi, hors des croyants […] (Coran 33.50-53) ». On n’est pas prophète pour rien en terre d’islam ! Vraiment, qui d’autre qu’un musulman peut ne pas se scandaliser de telles révélations ?! Dans son grand amour, Mahomet prit pour onzième épouse la ravissante Safiya le jour même où il massacra avec sa tribu des Banu Nadir, son mari et toute sa famille (Bukhari, 1.8, 367). Avoir un tel modèle implique de partager son mode de vie… Ainsi, une licence sans frein est-elle accordée non seulement au « Prophète », mais à ses émules : « Nous savons ce que nous leur avons imposé au sujet de leurs épouses et de ce que leur main droite possède [leurs esclaves], afin que tu n’aies aucune gêne. Allah est pardonneur et très miséricordieux. (Coran 33.50) » ! Si Allah semble s’inquiéter de justice en sommant Mahomet de ne plus changer d’épouses (il en aurait eu soixante huit), le frein à l’ardeur libidineuse de son envoyé ne saurait cependant concerner ses esclaves sexuelles (Coran 33.52) ! A part les musulmans, qui peut croire que Mahomet était un modèle (Coran 33.21) ? (Extrait de Interroger l’islam). 

Laisser un commentaire


Votre courriel ne sera pas visible.