Le mariage de Camille et sa conversion à l’islam


 

L’histoire de Camille est celle d’une jeune fille de 17 ans convertie à l’islam radical après avoir été endoctrinée sur Internet. Une histoire douloureuse qu’elle a accepté de partager dans une interview à Thierry Demaizière. Son but désormais : sensibiliser les familles et le gouvernement français sur cette « emprise mentale sectaire » dont elle a été victime.

 

« Jeune sœur de 17 ans, convertie, cherchant à se marier ». Camille est de celles chez qui l’endoctrinement religieux suInternetl’a emporté. Française, baptisée, fille de militaire, elle a découvert sur les réseaux sociaux un monde qu’elle pensait fait pour elle, celui de l’Islam prêché par des prédicateurs radicaux. « Je me suis inscrite surFacebooket je me suis abonnée à des groupes communautairesmusulmans« . Ses « sœurs » de religion lui expliquaient comment aborder la foi musulmane, lui faisant miroiter un meilleur avenir. « La religion musulmane est plus accessible que le judaïsme ou le christianisme, explique-t-elle. La relation avec dieu est plus directe. »
Camille avoue s’être facilement laissé adoucir par les paroles « subtiles » de ces jeunes filles qui, pour beaucoup, « affichent Ben Laden en fond d’écran ». Au fil des discussions, la violence et la haine se sont immiscées dans les échanges. « Ils vous expliquent que la société française et les Juifs sont contre les musulmans, que la police est contre les femmes voilées, et que les Français sont racistes. Ils vous parlent de ce qu’il se passe en Palestine, raconte-t-elle. Vous avez envie de tout casser »
« Ma mère a commencé à se poser des questions parce que je m’isolais dans ma chambre », explique Camille qui lui promet de lui mettre le voile pour lui éviter de se faire tuer « quand il y aura la guerre ». « J’ai cessé de me maquiller, je m’habillais en couleurs sombres. Je ne touchais même plus mon chien, on me disait que c’était un être impur ».
Le quotidien n’est plus régi par les mêmes règles qu’auparavant. Chaque geste a une méthode, chaque chose a une explication: comment boire un verre, comment rentrer chez soi, comment avoir un rapport sexuel. Tout ce savoir n’était appris que dans un seul but: la conversion à l’islam.
« Je suis allée à la mosquée me convertir avec une autre « Française », raconte Camille. J’ai changé de prénom, d’identité. Je me suis coupé de tout le monde. Je ne faisais plus la bise aux hommes ». Le voile puis le jibeb (voile intégral qui laisse apparaître le visage) ont remplacé les jeans et les robes. « On ne voit plus votre « contour identitaire », explique-t-elle. Vous n’êtes plus qu’un fantôme, qu’un drap qui se déplace ». Un habit qu’elle avoue tout de même avoir aimé porter. « Je me sentais protégée des autres ».
Ce nouveau quotidien, elle devait le partager avec un homme. Encore mineur, elle publie une annonce sur Facebook: « Jeune sœur de 17 ans, convertie, cherchant à se marier… ». Au bal des prétendants, beaucoup de convertis. « On vous dit que les Français convertis sont souvent mieux. Comme ils ne connaissent rien, on peut facilement les endoctriner ». C’est finalement avec l’un d’eux, de onze ans son aîné, qu’elle s’engage. « Je dépendais de mon mari. Je n’étais qu’une serpillère, qu’un vagin, qu’un ventre. Voilà la place de la femme pour eux, raconte Camille. Il fallait vivre comme au Moyen-Âge. Il me faisait parfois dormir au sol quand je ne voulais pas avoir de rapports sexuels avec lui ».
Ces six mois d’humiliations lui auront finalement donné une petite fille. « Mon seul bonheur », explique-t-elle. Hospitalisée à cause des conditions terribles dans lesquelles elle vivait, elle retournera chez ses parents pour ne jamais retomber dans les griffes de son mari, avec lequel elle est maintenant divorcée. « Ma mère n’a jamais coupé le contact avec moi ». C’est ce lien continu qui lui a permis de refaire surface.
Camille témoigne « pour faire passer un message à toutes les familles » qui auraient des enfants dans son cas. « Je demande au gouvernementqu’il mette en place quelque chose pour les nombreux mineurs, qui vont sur Internet et qui confondent tout, explique-t-elle. Personne ne comprend l’emprise mentale sectaire tellement elle est subtile; comme un serpent qui t’étrangle à la fin ». 

 

Commentaires à propos de : Le mariage de Camille et sa conversion à l’islam..


Gérard

Pauvre fille ! Quelle naïveté ! (j’allais écrire : « Quelle stupidité », ce serait certainement plus approprié). Je ne comprendrai décidément jamais les femmes qui adhèrent volontairement à l’islam, cette religion d’arriérés mentaux, machistes, cruels, obtus.

serge

Pour que cette fille en arrive là ( et les autres ) , on peut se demander si ses parents l’ont bien éduquée dans la foi de l’Eglise et des promesses de son baptême ?

L’ont-ils accompagnée tous les Dimanches à la messe ?

Après il est trop tard et on s’en mord les doigts !

La progression de l’Islam en France est la conséquence directe de l’abandon des Français à la foi Catholique ! La preuve !

Benoit

L’Islam n’est pas en France depuis 10 ans, alors comment expliquer cet engouement massif et soudain. Le chômage de masse a pour conséquence mécanique le repli identitaire. L’islam tombe à pic dans ce désir d’entre-soi après les multiples frustrations et échecs et un souhait cultivé de revanche anti-coloniale. La pression du groupe, du quartier est un élément de conversion bien plus prégnant qu’une lecture consciencieuse et reposée du Coran.
Mais il est un fait peu débattu et pourtant majeur pour comprendre. Une bonne partie des musulmans laics se sont ré-islamisés grâce à internet et non par des imams dans des mosquées ou par une lecture spontanée du Coran. Des séries « documentaires » telles que « the signs », »the arrivals » ont massivement converti à différents degré les laicisés et les athées. Certains sont même partis en Syrie suite à ces vidéos.
Musiques envoûtantes (essentiellement l’hypnotisant thème musical du film « Requiem for a dream »), thématiques de l’extra-ordinaire, intrigues métaphysiques, perspectives théistes, positionnements critiques clairs et sans appel contre le spiritisme, contre la musique métal, l’architecture empreinte de symboliques occultes.
Des sujets prompts à séduire les ados. Malgré des traductions grossièrement traduites et criantes d’illettrisme, les jeunes de tous horizons n’avaient pas les moyens de défense intellectuelle contre ce nouvel hypnotisme et ni les moyens de comprendre pourquoi certains sujets complexes mais tangibles étaient exclus du débat public.
En ne laissant qu’une interprétation musulmane de ces événements et sujets tabous, nous avons laissé une voie royale pour les conversions à l’islam. Car nombre de ces sujets sont tangibles, documentés, riches en témoignages. Pourquoi aucun prêtre ne parle du W7, des EMI, des messages cachés dans les productions d’Hollywood et Disney, des clips de chanteuses explicitement sataniques, de la critique de l’évolutionnisme exclusif, de la dénonciation du spiritisme,…

CESSONS D’ESQUIVER LE SURNATUREL DANS L’ACTUALITE
En esquivant et en ne répondant aux thèmes abordés dans ces vidéos (créationnisme, EMI, paranormal, W7, ésotérisme d’Hollywood, Disney et productions de clips à succès lugubres,…), nous ne pacifierons pas les néo-convertis par une méthode d’Etat, prétendument laique. Il est impératif pour les chrétiens d’aborder les sujets tabous mais tangibles et vérifiables, et de ramener la question spirituelle dans l’espace public.
Dans le prodigieusement positif comme dans d’effroyablement négatif, l’universelle dualité s’impose à nous par l’actualité et doit faire son retour dans l’esprit de tous.
Les thèmes du créationnisme, des expériences morts imminentes, de la complexité irréductible,des rebouteux et barreurs de feu,…, sont autant de sujets accessibles, sains et positifs.
Les thèmes de la spiritualité malsaine décrite dans les clips musicaux de chanteuses célèbres ainsi que leurs confessions officielles, les spectacles connotés lors de cérémonies officielles (tunnel du gottard récemment) de plus en plus fréquents, l’exorcisme catholique, sont des sujets plus délicats mais affligeants et implaquables. Le Malin a lui-même apporté ces horreurs sur cet espace public. Dans une sorte de contrat faustien, les bientôt damnés sont obligés de révéler leur malsaine vassalité. L’ennemi commun s’amuse des Hommes en se dévoilant à la face du monde sans que plus personne ne s’en offusque. A trop vouloir frimer, il s’est dévoilé aux yeux de tous. A chacun d’en prendre acte.

Une fois l’existence du Mal démontré, l’existence du Bien est d’une évidence intuitive. Dès lors, quel courant spirituel s’en relève directement ?

INVALIDATION TALMUD ET ISLAM
Il faut absolument reconnaître aux juifs, et surtout aux musulmans qui sont quasiment les seuls actuellement à décrypter les événements d’actualité antichristiques dans un silence hallucinant des chrétiens, complètement endormis ou effrayés. Mais paradoxalement (et c’est là tout le génie du Malin), les révélations talmudique et islamique ne peuvent être véridiques :
Non universalisme (suprémacismes), ambiguités de contenus donc d’interprétations infinis, constats anthropo-sociologiques par les civilisations pratiquantes (=catalyseurs de tensions sociologiques), apprentissage par les répétitions par coeur et les mouvements de têtes menant à un état de transe, Coran est humainement créé et guerrier, Talmud est clairement raciste et suprémaciste, rites loufoques, circoncisions/excisions, mariages à la journée, mépris voire assassinats des apostats, industrialisation de l’égorgement à vifs des animaux d’élevage (Cacher et Hallal), culture de la victimisation malgré les massacres commis dans leurs communautés respectives, recours théologique au mensonge (taqqya 3,28/baba kamma133a),

UN INGENIEUR OMNIPOTENT, MAIS SEMITOPHILE EXCLUSIF ?
Un Dieu capable de générer l’univers sur des lois physiques ultra-fines, d’avoir conceptualiser une cellule eucaryote truffée de mécanismes prodigieusement intelligents, d’agencer des milliards de cellules dans des organismes autant sophistiqués, d’avoir engendrer des systèmes résilients que sont la photosynthèse, l’improbable cycle de Krebs ou les complexes réactions en cascade de la réaction immunitaire, aurait-il réservé son enseignement et sa révélation uniquement aux seuls sémites ? (arabophones ou aux hébreux, au choix)
Dieu, après ce coup d’éclat qu’est la Vie, un Dieu promoteur de paix, de tolérance et miséricorde aurait choisi une seule langue dont la traduction serait soit-disant improbable sinon impossible (arabe ou hébreux)?
Dieu, après cet extra-ordinaire réalisation qu’est l’organisme humain, aurait donné aux Hommes un texte ambigue et pleins de contradictions, interprétable à souhait, réservé à une élite ayant suivi des décennies d’études (Coran ou Talmud au choix) ?
A l’inverse, le message du Christ est relativement simple à énoncé, traduisible facilement, facile à comprendre.

Le monde est ainsi, pensé dans une dualité universelle aveuglante :
-il est évident qu’un Ingénieur a pensé le monde (complexité irréductible, sentiment de beau devant un paysage naturel non dégradé par l’Homme, calibrages des lois physiques ayant permis la création de l’Univers, degré de sophistication déconcertant de l’unité de vie Cellule, …),
-il est évident qu’un nombre de personnes influentes idolâtrent un bouc lubrique, (c’est pénible à constater mais vrai et de plus en plus fréquent en place publique)
-il est évident que Dieu ne peut être ni celui des juifs, ni celui des musulmans,
-il est évident que , bien que la religion catholique a connu une série de dévoiement, elle est la seule qui tient la route dans la théorie comme dans les faits (apparitions, miracles, stigmates, saints exemplaires,..)
-il est évident que l’Expérience vie humaine est une sorte d’examen de l’âme.

L’Eglise doit riposter en préparant de la même manière, puisque c’est un mode de média privilégié, des documentaires abordant ces thèmes et sujets tabous avec son regard et ses éléments de preuves.
J’aimerais y contribuer.

Laisser un commentaire


Votre courriel ne sera pas visible.